Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

DELFINO Jean-Paul

France

Saudade (Le Passage, 2014)

© Christophe Billet

Enfant, Jean-Paul Delfino a trois rêves : jouer au foot, être professeur de français et devenir romancier. Trois rêves qu’il a pu exaucer ! Très jeune membre de l’équipe de France de football, une grave blessure l’oblige à arrêter son sport favori à 11 ans. Il se tourne alors vers l’écriture. Après des études de journalisme, il enseigne durant une année le français avant de publier son premier livre en 1988, Brasil Bossa Nova, une anthologie musicale. On lui doit ensuite une série de romans noirs se déroulant dans la capitale phocéenne, sa ville de cœur, avec L’Île aux femmes, Tu touches pas à Marseille, De l’eau dans le grisou et Embrouilles au Vélodrome, qu’il inscrit volontiers dans la veine du "polar marseillais". En parallèle, il publie plusieurs pièces radiophoniques pour Radio France.

L’autre passion de Delfino, c’est le Brésil et sa musique, toile de fond de sa Suite brésilienne qui compte à ce jour huit romans et qui parcourt toute l’histoire du pays-continent. Tout commence à 20 ans : il s’y rend pour la première fois, et a l’étrange sensation de rentrer chez lui. En 2005, paraît le premier opus d’une longue série de romans, Corcovado, salué par le prix Amerigo Vespucci, qui récompense des ouvrages de voyage ou d’aventure. Le succès est immédiat et la presse brésilienne elle-même l’applaudit, puisque l’équivalent brésilien du Monde terminait ainsi un article dithyrambique : "Avec Corcovado, l’écrivain Jean-Paul Delfino a écrit au Brésil la plus belle lettre d’amour qu’aucun romancier étranger n’a jamais écrite." À la demande de son éditrice, il termine bientôt une trilogie avec Dans l’ombre du Condor en 2006 et Samba triste en 2007. Puis, motivé par les nombreuses lettres de ses lecteurs, il part sur les traces des aïeux de ses deux héros récurrents hauts en couleurs, Jean Dimare et Lucina, brossant ainsi l’histoire brésilienne de la fin du 17e siècle aux années 1980, en insérant ses petites histoires dans la grande Histoire (Samba triste, Zumbi, Pour tout l’or du Brésil et Pour l’amour de Rio). Ses romans, très documentés, sont truffés d’ humour qui est, selon Jean-Paul Delfino, la meilleure des armes pour notamment, dénoncer les pouvoirs en place.
Avec Brasil, il signe le septième volume de sa Suite brésilienne. Cette fresque historique s’ouvre sur la défaite du roi Dom Joao VI et les prémices de l’indépendance qui sera reconnue par le Portugal en 1825. Le Brésil est désormais gouverné par son fils Dom Pedro, un être tyrannique qui pourtant réussit à séduire la jeune Madalena qui quitte tout pour lui. Rapidement réduite à l’état d’esclavage, elle n’aspire plus qu’à la vengeance alors que sa fille et son mari sillonnent le pays pour échapper aux soldats de l’empereur. Un roman passionnant qui nous embarque dans un tourbillon d’aventures et d’émotions au cœur d’un Brésil en quête de modernité.

Cette année, Jean-Paul Delfino revient en force avec deux actualités littéraires brésiliennes : Saudade, le 8e opus de la Suite brésilienne, qui paraît aux éditions Le Passage en mai 2014, se situe à l’aube du XXe siècle, tandis que l’esclavage vit ses dernières heures et que Rio de Janeiro devient peu à peu une métropole au rayonnement international. L’autre nouveauté de l’auteur, c’est Couleur Brasil, édité chez Le Passage et en co-édition avec Radio France : une histoire de la musique brésilienne en 40 chansons, où il dévoile en connaisseur gourmand les plus grands standards musicaux brésiliens, chansons mythiques fredonnées aux 4 coins du globe. Ses multiples histoires et anecdotes nous révèlent un monde fantastique, celui des trésors méconnus de la musique populaire brésilienne, sans oublier les relations amoureuses qui, depuis toujours, unissent la France et le Brésil. Un feuilleton à suivre en juillet août sur les grandes ondes.
Et J.-P. Delfino ne saurait rater l’occasion de la Coupe du Monde de football de 2014 et des Jeux Olympiques d’été 2016, qui mettront le Brésil sous les feux des projecteurs. Trois projets de scénarii en cours actuellement : un docu-fiction de 90 minutes pour la chaîne de télévision ARTE et TV Globo Brasil, diffusé pour le 450e anniversaire de la fondation de Rio de Janeiro en 2015, un long métrage consacré à l’histoire de la bossa nova et, pas des moindres, un film F2014, réalisé par Frédéric Auburtin,
sur la grande histoire de la FIFA, avec notamment à son casting Gérard Depardieu et Tim Roth… pour une sortie mondiale en juin 2014 ! La boucle est bouclée.


Bibliographie :

Romans

  • Saudade (Le Passage, 2014)
  • Brasil (Le Passage, 2013)
  • Pour l’amour de Rio (Le Passage, 2012)
  • Pour tout l’or du Brésil (Passage, 2011)
  • Zumbi (Buchet Chastel, 2009)
  • Samba triste (Métailié, 2007)
  • Kâmâ sûtra : plaisirs et positions amoureuses (texte, en collaboration avec Clara Morgane, P. Petiot, 2006)
  • Dans l’ombre du Condor (Métailié, 2006)
  • Corcovado (Métailié, 2005)
  • Embrouilles au Vélodrome (Métailié, 2002)
  • Chair de lune (Métailié, 2001)
  • De l’eau dans le grisou (Métailié, 2001)
  • La Faction (Atout Éditions, 2000)
  • L’Île aux femmes (Métailié, 1999)
  • Tu touches pas à Marseille (Métailié, 1999)
  • L’Affaire sang et or (Les Vents contraires, 1995)
  • Insectes... (Edisud, 1995)
  • Les colères de l’eau (Edisud, 1994)
  • Brasil Bossa Nova (Edisud, 1988)

Livres pour la jeunesse :

  • Mais où est donc passée Princesse Lulu ? (Lulin Matin, 2004)
  • L’Incroyable aventure de Momo-le-Mérou (Envol, 2003)
  • Gaïa, le peuple des Horucks (Envol, 2002)
  • Plus fort que les montagnes (Envol, 2001)

Collectif

  • Bleu, blanc, sang, (Fleuve Noir pour la France – Gialli Mondadori pour l’Italie – 2002)
  • La fiesta dessoude (L’écailler du Sud – 2001)
  • Meurtres sur un plateau (L’écailler du Sud – 2003)
  • Le tacle et la plume (L’écailler du Sud – 2003)
  • Saudade, (avec Cédric Fabre et Gilles Del Pappas) (CLC – avril 2005)
  • Va y avoir du sport !, (Gallimard Jeunesse – 2006)

Documents-Essais

  • Couleurs Brasil. Petites et grandes histoires de la musique brésilienne (Le Passage, 2014)
  • Brasil Bossa Nova, (Edisud - 1988 - Grand Prix du Label France Brésil – Préface de Georges Moustaki)
  • Brasil : a musica , 1re anthologie de la musique populaire brésilienne en Europe, (Parenthèses – 1998)

Brasil

Le Passage - 2013

Rio de Janeiro, 1821. Vaincu par les manigances de Cour de la noblesse portugaise et des Cortes, Dom Joao VI, roi du Brésil, se voit dans l’obligation de rejoindre Lisbonne et la vieille Europe. Derrière lui, il abandonne une colonie sur le point de conquérir son indépendance et qui sera désormais dirigée par son fils, Dom Pedro I, un être infâme et tyrannique qui s’autoproclamera bientôt premier empereur du Brésil.
Irrésistiblement attirée par les fastes du pouvoir et du palais impérial, la jeune Madalena, fille de la très estimée Dona Josefina, gardienne d’un culte spirite, va tout quitter pour cet empereur de pacotille. Hélas, rapidement réduite à l’état d’esclave par celui-ci, elle ne rêvera que de vengeance et d’assassinat pendant que sa fille Marina et son mari Zumbi, afin d’échapper aux soldats de l’empereur, sillonneront le pays en intégrant une troupe de cirque.
Dans un pays qui n’aspire qu’à la modernité, où les gens de la rue côtoient des capitaines d’industries aux fortunes colossales, où les immeubles luxueux se multiplient et où les immigrants affluent par milliers pour se bâtir de nouvelles vies, cette fresque historique, obéissant à un sens profond du romanesque, emporte le lecteur dans un tourbillon d’aventures et d’émotions qui constitue un véritable chant d’amour pour le Brésil.
Brasil est le septième volume de la Suite brésilienne de Jean-Paul Delfino, une fresque commencée en 2005 avec Corcovado et qui couvre une période de près de trois siècles.

Saudade

Saudade

Le Passage - 2014

Follement amoureux de son pays, Dom Pedro II, empereur humaniste, a une
mission : transformer Rio de Janeiro en une capitale étincelante et le Brésil du
xixe siècle en l’une des nations les plus puissantes du monde. S’inspirant des
idées généreuses des Lumières, il bouscule l’ordre établi, ouvre les frontières à la
modernité, encourage le développement des arts et des sciences et accompagne
l’essor des chemins de fer, de l’industrie, de la photographie… alors que le
peuple
lutte pour sa survie, sa liberté et la fin de l’esclavage.
Dans ce roman foisonnant se croisent les destins de personnages hauts en couleur
 : Zumbi, un homme autrefois injustement condamné, mutilé, les yeux
crevés, qui garde l’espoir que sa fille, Marina, après dix ans passés en prison,
viendra le retrouver ; Rosa, une ancienne prostituée au grand coeur ; Filomena,
fille d’un fazendeiro réactionnaire et raciste et d’une esclave Minas ; Raimundo,
maton dans la lugubre prison du Calabouço et mélomane à ses heures ; l’énigmatique
Madame de Barral, issue à la fois du peuple et de la noblesse, de Bahia
et de Paris, mariée et amante impossible de Dom Pedro II…
Amours contrariées, soubresauts de l’histoire, assassinats, révoltes, espoirs, luttes
fratricides, traite négrière, mais aussi musique populaire, poésie, délices gastronomiques,
sensualité et coups de théâtre ponctuent cette saga brésilienne. Et
lorsque se calment la fureur et les larmes, affleure la saudade, ce sentiment si
particulier teinté de langueur et de nostalgie.


Couleurs Brasil

Le Passage - 2014

Samba, carnaval ou bossa nova… Gilberto Gil, Tom Jobim ou Joao Gilberto…
La musique brésilienne est loin de se limiter à ces quelques noms. Sa richesse est
infinie. Dans Couleurs Brasil, Jean-Paul Delfino nous dévoile en connaisseur
gourmand les plus grands standards musicaux brésiliens, devenus partout dans
le monde des chansons mythiques que l’on fredonne sans toujours en connaître
l’origine.
Qui sait que Si tu vas à Rio est, à l’origine, une chanson écrite pour célébrer la
mémoire d’une étoile morte ? Que Essa moça tá diferente de Chico Buarque a
attendu vingt ans avant de devenir un tube mondial ? Que Caetano Veloso a
sublimé en version bossa nova les hits d’Elvis Presley, de Michael Jackson ou de
Franck Sinatra ? Que la Lambada n’est pas brésilienne, mais bolivienne ? Que
Gilberto Gil a écrit Toda menina baiana comme un chant d’amour pour sa fille,
alors adolescente ?
Et en France, si Georges Moustaki, Pierre Barouh ou Claude Nougaro sont
sans doute les artistes les plus « brésiliens » de l’Hexagone, la liste, souvent
étonnante, est loin de s’arrêter là : Brigitte Bardot qui enflamme Rio de Janeiro
avec Maria Ninguem, Dalida et Manha de Carnaval, France Gall et La Banda,
Michel Fugain et Fais comme l’oiseau ou encore Henri Salvador, Lio, Philippe
Katerine… Couleurs Brésil s’attarde aussi sur les relations amoureuses qui,
depuis toujours, unissent la France et le Brésil. Ses multiples histoires et anecdotes
nous révèlent un monde fantastique, celui des trésors méconnus de la
musique populaire brésilienne.


Brasil

Brasil

Le Passage - 2013

Rio de Janeiro, 1821. Vaincu par les manigances de Cour de la noblesse portugaise et des Cortes, Dom Joao VI, roi du Brésil, se voit dans l’obligation de rejoindre Lisbonne et la vieille Europe. Derrière lui, il abandonne une colonie sur le point de conquérir son indépendance et qui sera désormais dirigée par son fils, Dom Pedro I, un être infâme et tyrannique qui s’autoproclamera bientôt premier empereur du Brésil.
Irrésistiblement attirée par les fastes du pouvoir et du palais impérial, la jeune Madalena, fille de la très estimée Dona Josefina, gardienne d’un culte spirite, va tout quitter pour cet empereur de pacotille. Hélas, rapidement réduite à l’état d’esclave par celui-ci, elle ne rêvera que de vengeance et d’assassinat pendant que sa fille Marina et son mari Zumbi, afin d’échapper aux soldats de l’empereur, sillonneront le pays en intégrant une troupe de cirque.
Dans un pays qui n’aspire qu’à la modernité, où les gens de la rue côtoient des capitaines d’industries aux fortunes colossales, où les immeubles luxueux se multiplient et où les immigrants affluent par milliers pour se bâtir de nouvelles vies, cette fresque historique, obéissant à un sens profond du romanesque, emporte le lecteur dans un tourbillon d’aventures et d’émotions qui constitue un véritable chant d’amour pour le Brésil.
Brasil est le septième volume de la Suite brésilienne de Jean-Paul Delfino, une fresque commencée en 2005 avec Corcovado et qui couvre une période de près de trois siècles.


Pour l’amour de Rio

Seuil Points - 2013

Chassé de son trône en 1807 par l’armée de Napoléon, Dom João, le prince régent du Portugal, est contraint de fuir vers sa lointaine colonie du Brésil. Ébloui par la baie de Rio à son arrivée, il ambitionne de donner à ce pays multiracial les moyens de sa grandeur. Il organise l’exploration de terres inconnues, fait construire une École des Sciences et des Beaux-Arts... Au même moment, une initiée du candomblé, religion venue d’Afrique, s’attire les foudres de l’Église pour avoir dénoncé la condition des esclaves au Brésil. Dom João décide de se rallier à sa cause et la prend sous sa protection.


Pour tout l’or du Brésil

Seuil Points - 2012

Colonie du Portugal, eldorado dont on dit les rivières gorgées d’or et de diamants, le Brésil accueille toute la canaille du royaume. Refusant sa condition d’esclave, Zumbi part tenter sa chance dans les eaux boueuses d’Ouro Preto. Dans les mines royales, l’or tue ses frères noirs. Luttant pour la liberté des siens, il va croiser le destin de Dom Cristiano da Fonseca, intendant de la Couronne.


Samba triste

Seuil Points - 2009

La prison, la torture, le viol, la mort d’êtres chers et l’exil n’auront pas eu raison de Lucina. De retour au Brésil, la jeune femme se bat, aux côtés du père Thomas, pour les enfants des favelas, les pivetes. Mais les Escadrons de la Mort rôdent. Dirigés par un amoureux éconduit, ils prennent le contrôle du pays. Parviendront-ils à contrôler sa vie ?


Revue de presse

  • « Dans le roman Samba triste, qui achève sa trilogie brésilienne, Jean-Paul Delfino fait revivre les dernières années de la dictature militaire, celles de la décomposition. Passionnant et instructif. » L’Humanité

Dans l’ombre du Condor

Seuil Points - 2007

Lucina, seize ans, a deux passions : la musique et la politique. Paulinho, vingt ans, rêve de richesse et de femmes. La vie est douce, à Rio de Janeiro, au rythme de la bossa-nova naissante et du football qui fait rêver tout un peuple... Mais en ce début des années 1960, le plan Condor élaboré par la CIA pour mettre au pas les démocraties du Sud va étendre son ombre sur le Brésil. Et changer à jamais la destinée des deux jeunes gens...

Musiques du Brésil

Saint-Malo 2014

Planète football ? Planète musique, aussi : prodigieusement vivante, rythmée, colorée, fruit de multiples métissages, la musique accompagne chaque instant de la vie. Plus qu’une musique : une conception du monde, une manière de vivre, par le rythme. Ne dit-on pas de l’art du dribble qu’il s’inspire de la samba ? De la musique, donc, comme l’âme du Brésil : une rencontre immanquable à 15h30 avec Jean-Paul Delfino (Saudade) et Paulo Lins, auteur d’un livre sur la samba, à paraître en France...
Avec : Jean-Paul Delfino, Paulo Lins
Animé par : Patrice Blanc-Francard


Fous de foot

Saint-Malo 2014

Avec : Jean-Paul Delfino, Benoît Heimermann, Luiz Ruffato
Animé par : Hubert Arthus


France Culture - Carnet Nomade de Colette Fellous : Je vous écris de Saint-Malo

Saint-Malo 2014

Avec Sorj Chalandon, Riad Sattouf, Bernardo Carvalho, Patricia Melo et Jean-Paul Delfino.


Brésil, une passion française

Saint-Malo 2014

La Condamine, Bonpland, d’Orbigny : l’histoire des sciences naturelles françaises est brésilienne. Comme il y a une histoire française de l’Amazonie d’Alfred Métraux à Claude Levi-Strauss. Une longue histoire qui se prolonge en littérature : Jules Verne, Blaise Cendrars, Benjamin Péret, Bernanos, Paul Claudel, Henri Michaux, Jules Supervielle, Gilles Lapouge – mais qui vaut dans les deux sens : le temps n’est pas si lointain où Paris était la destination de cœur des écrivains brésiliens. Une histoire qu’évoqueront (et prolongeront) Gilles Lapouge, Pascal Dibie, Jean-Yves Loude, Jean-Paul Delfino, Patrick Straumann. Et en ouverture, le film admirable d’Alain Gheerbrandt, Des hommes qu’on appelle sauvages, contrepoint de son livre, Expédition Orénoque-Amazone, devenu un classique.
Animé par : Josiane Guéguen


Sur un air de musique

Saint-Malo 2014

Avec Velibor Colic, David Fauquemberg et Jean-Paul Delfino.
Animé par Yann Nicol.


Dans le cratère furieux des villes prodigieuses

Saint-Malo 2014

Avec : Patricia Melo, Edyr Augusto, Luiz Ruffato et Jean-Paul Delfino.
Animé par Hubert Artus.

Nos excuses, le début du débat n’a pas été enregistré.