Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

LAUT François

France

Il faudra repartir (Payot, 2015)

François Laut
D-R

Né en 1953, Parisien de mère genevoise, François Laut est agrégé d’histoire et a enseigné en France et à l’étranger : au Mexique de 1979 à 1981, au Japon également de 1989 à 1998. Le Japon où François Laut se lancera dans l’écriture avec (l’amour) en 1994.

Le Japon. La Suisse. Comme deux mondes un peu à part, l’un est île, l’autre l’est presque. Une île qui aurait perdu la mer. C’est au Japon que François Laut fait la connaissance de Nicolas Bouvier avec qui il se lie d’amitié. Il y a plus que des ressemblances entre les deux vagabonds suisses.

Après avoir publié plusieurs romans, François Laut publie une biographie de Nicolas Bouvier saluée par la critique, nourrie de leurs échanges, de l’accès qui lui a été accordé aux archives Bouvier et notamment à sa correspondance avec le peintre Thierry Vernet.
En 2016, il consacre une nouvelletribune à Nicolas Bouvier en réunissant plusieurs de ses textes, correspondances et récits de voyages à travers le monde, dans des pays sur lesquels il n’a rien publié de son vivant.


Bibliographie

  • Il faudra repartir (Payot, 2015)
  • Nicolas Bouvier, l’oeil qui écrit (Payot, 2007)
  • Tohu-Bahut (Editions du Rocher, 2006)
  • Tête Plongeante (Le Serpent à Plumes, 2003)
  • Pari Capital (Editions du Laquet, 2000)
  • Révolutions (Serpent à Plumes, 1998)
  • Temps variable (Serpent à Plumes, 1995)
  • Aï (l’amour) (Serpent à Plumes, 1994)
Il faudra repartir

Il faudra repartir

Payot - 2015

Des textes de Nicolas Bouvier (1929-1998) rédigés en des pays sur lesquels il n’a rien publié de son vivant : telles sont, sur près d’un demi-siècle, les pépites réunies dans ce volume. En 1948, le jeune homme de dix-huit ans écrit son premier récit de voyage entre Genève et Copenhague, rempli d’illusions qu’il veut rendre réelles ; en 1992, l’écrivain reconnu sillonne les routes néo-zélandaises, émerveillé mais fourbu. On découvrira aussi avec lui la France et l’Afrique du Nord en 1957-1958, l’Indonésie en 1970, la Chine en 1986 et le Canada en 1991. Autant de voyages initiatiques aux divers âges de la vie, entrepris par un Bouvier portraitiste et observateur hors pair, mais aussi reporter, historien, ethnographe, conférencier, photographe et poète.

Nicolas Bouvier, l’œil qui écrit

Payot - 2008

Le Serpent à Plumes - 1994