Bibliothèque

Paletó et moi. Souvenirs de mon père indigène

Marchialy

Une anthropologue brésilienne plonge au cœur de la forêt amazonienne pour étudier une tribu aux rites ancestraux : elle y trouve un père adoptif auquel elle rend hommage dans ce texte bouleversant.

En 1986, l’anthropologue brésilienne Aparecida Vilaça se rend dans la forêt amazonienne, dans la tribu des Wari’. Débute alors un travail de trente années auprès de ce peuple, mais aussi une relation particulière avec un homme nommé Paletó qui deviendra son père. Chez les Wari’, les liens familiaux empruntent des chemins bien différents que la simple hérédité et revêtent d’autres significations.

Ce texte écrit après la mort de Paletó lui rend hommage en même temps qu’il raconte sa vie, les traditions ancestrales de la tribu, ses rites funéraires cannibales, mais aussi l’arrivée de l’homme blanc, la déforestation, les massacres qui ont suivi. Il nous raconte les premiers voyages de Paletó dans les grandes villes brésiliennes, comme Rio, et le regard qu’il porte sur les bouleversements des dernières décennies dans la forêt amazonienne. Loin d’une étude anthropologique, ce livre est le récit de la collision de ces deux mondes et, de cette collision, la naissance d’une relation pure, universelle. C’est l’histoire très personnelle de l’autrice, dévoilée sans artifice, de sa rencontre avec son père.

Traduit du portugais par Diniz Galhos


  • « Bouleversant témoignage sur une personne rare, sur une civilisation maintenant en partie disparue et sur les dimensions affectives, souvent ignorées, du métier d’anthropologue. » Philippe Descola
  • « Paletó et moi se distingue des récits de voyage de ce type par son empathie, la finesse des notations sur le peuple wari et son immense joie de vivre, ou sur sa problématique acculturation. À travers ce reportage vibrant et très personnel sur un monde perdu dont Paletó lui légua les clés, Aparecida Vilaça nous interroge sur les mille et une manières d’être véritablement humain. » Le Monde
  • « Aparecida VIlaça rend un tendre hommage au patriarche indigène, en égrenant ses propres souvenirs de la forêt comme les réactions de l’Indien dans la ville : le grand étonnement de ce dernier au cinéma ou devant les telenovas (l’idée de jeu d’acteur dans l’esprit wari’, est assez incompréhensible). Paletó et moi, outre l’hommage, est un éloge de la rencontre et une fascinante plongée au coeur de l’altérité. » Livres Hebdo
Paletó et moi. Souvenirs de mon père indigène

Paletó et moi. Souvenirs de mon père indigène

Marchialy - 2023

Une anthropologue brésilienne plonge au cœur de la forêt amazonienne pour étudier une tribu aux rites ancestraux : elle y trouve un père adoptif auquel elle rend hommage dans ce texte bouleversant.

En 1986, l’anthropologue brésilienne Aparecida Vilaça se rend dans la forêt amazonienne, dans la tribu des Wari’. Débute alors un travail de trente années auprès de ce peuple, mais aussi une relation particulière avec un homme nommé Paletó qui deviendra son père. Chez les Wari’, les liens familiaux empruntent des chemins bien différents que la simple hérédité et revêtent d’autres significations.

Ce texte écrit après la mort de Paletó lui rend hommage en même temps qu’il raconte sa vie, les traditions ancestrales de la tribu, ses rites funéraires cannibales, mais aussi l’arrivée de l’homme blanc, la déforestation, les massacres qui ont suivi. Il nous raconte les premiers voyages de Paletó dans les grandes villes brésiliennes, comme Rio, et le regard qu’il porte sur les bouleversements des dernières décennies dans la forêt amazonienne. Loin d’une étude anthropologique, ce livre est le récit de la collision de ces deux mondes et, de cette collision, la naissance d’une relation pure, universelle. C’est l’histoire très personnelle de l’autrice, dévoilée sans artifice, de sa rencontre avec son père.

Traduit du portugais par Diniz Galhos


  • « Bouleversant témoignage sur une personne rare, sur une civilisation maintenant en partie disparue et sur les dimensions affectives, souvent ignorées, du métier d’anthropologue. » Philippe Descola
  • « Paletó et moi se distingue des récits de voyage de ce type par son empathie, la finesse des notations sur le peuple wari et son immense joie de vivre, ou sur sa problématique acculturation. À travers ce reportage vibrant et très personnel sur un monde perdu dont Paletó lui légua les clés, Aparecida Vilaça nous interroge sur les mille et une manières d’être véritablement humain. » Le Monde
  • « Aparecida VIlaça rend un tendre hommage au patriarche indigène, en égrenant ses propres souvenirs de la forêt comme les réactions de l’Indien dans la ville : le grand étonnement de ce dernier au cinéma ou devant les telenovas (l’idée de jeu d’acteur dans l’esprit wari’, est assez incompréhensible). Paletó et moi, outre l’hommage, est un éloge de la rencontre et une fascinante plongée au coeur de l’altérité. » Livres Hebdo