Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

MEHTA Suketu

Inde

Bombay, maximum city (Buchet-Chastel, 2006)

Biographie

Suketu MEHTA

Journaliste et écrivain, Suketu Mehta nous fait découvrir dans Bombay, maximum city, la plus grande ville du monde, annonciatrice d’une nouvelle génération d’immenses mégapoles dont les excès vont très prochainement redéfinir le concept de ville.

Occasionnellement scénariste pour Bollywood (« Interroger un Indien sur les motifs de son amour pour Bollywood, c’est lui demander les raisons de son amour pour sa mère ! »), il a grandit à Bombay avant que ses parents n’émigrent aux Etats Unis.

En 1998, il redécouvre bouleversé sa ville natale, dilatée et rebaptisée Mumbai sous l’impulsion du parti nationaliste hindou. Depuis les bas-fond de Bombay jusqu’aux studios de Bollywood, il la parcourt en ethnographe urbain et compose Bombay, maximum city, un témoignage foisonnant, à mi-chemin entre le reportage et le récit, pour donner à voir le portrait à la fois intimiste et émouvant des métamorphoses de sa ville natale. Une formidable biographie urbaine qui a été finaliste pour le Prix Pulitzer en 2005.


Bibliographie :

  • Bombay, maximum city (Buchet-Chastel, 2006)

Présentation de Résumé de Bombay, maximum city

Avec 14 millions d’habitants (19 dont sa banlieue), Bombay est la plus grande ville du monde ainsi que « la plus rapide et la plus riche » de l’Inde.
De retour à Bombay (Mumbaï depuis 1995), après une absence de 21 ans passés à New-York, Suketu est désemparé par les métamorphoses de la ville aimée de son enfance.
En enquêtant sur les sanglantes manifestations entre hindous et musulmans de 1992/1993, il rencontre des hindous ayant massacré des familles entières de musulmans et remonte jusqu’à Bal Thackeray, parrain maffieux de la ville et fondateur du parti nationaliste, le Shiv Sena.
L’auteur nous fait pénétrer le monde du crime organisé jusqu’à la figure crainte mais charismatique du commissaire de police, Anjay Lal et de ses nombreux indicateurs.
L’industrie pornographique de Bombay est examinée sur le même mode documentaire à travers deux de ses acteurs : Monalisa, devenue malgré elle, entraîneuse dans un bar, après une enfance vécue dans la misère et la promiscuité sexuelle. Et Honey/Manoj, « femme née homme par erreur » suivie par Suketu Mehta dans son étrange double vie.
On ne peut parler de Bombay sans évoquer Bollywood ! Le cinéma indien est le plus prolifique du monde avec presque mille longs métrages tournés par an. Suketu Mehta nous promène sur les plateaux pendant le tournage de Mission Kashmir (2000) de Vidhu Vinod Chopra et nous raconte le quotidien hilarant des stars masculines vieillissantes.
Bombay, c’est aussi le déferlement de femmes, d’hommes et d’enfants qui quittent leurs villages pour tenter une vie meilleure, mais terminent leur exode sur les trottoirs et dans les bidonvilles.
Selon l’auteur, Bombay est annonciatrice d’une nouvelle génération d’immenses mégapoles dont les excès vont très prochainement redéfinir le concept de ville.

Revue de presse :

  • « Extraordinaire. [...] La qualité de l’enquête journalistique de Mehta, le talent qu’il déploie pour persuader truands et assassins de se confier à lui sont absolument stupéfiants. C’est le meilleur livre écrit à ce jour sur cette grande métropole décadente, sa ville qui est aussi la mienne, et il mérite de trouver un très large public. » Salman Rushdie

In english
En español


Bombay, maximum city

Buchet Chastel - 2006

De retour à Bombay en 1998, après une absence de vingt et un ans, Sukety Mehta est frappé par les métamorphoses de la ville tant aimée de son enfance : il décide d’en aborder tous les extrêmes et pour commencer, celui des émeutes de 1992-1993 entre hindous et musulmans. Ce conflit le propulse au cœur des violences de la guerre des gangs pour le contrôle de la vie politique et économique de la cité, une guerre souvent orchestrée par des parrains mafieux installés à Dubaï ou au Pakistan. L’auteur prend le risque de nouer des liens personnels, avec à la fois des tueurs sans merci et des indicateurs de la police, pour mieux nous guider dans le labyrinthe du crime organisé au sein d’une ville corrompue. Parmi les myriades de personnages du livre, il y a Mona Lisa qui, après une enfance de misère à l’image de celle des millions de déshérités des bidonvilles de Bombay, est devenue une belle danseuse, une entraîneuse capiteuse qui, la nuit venue, enflamme les désirs des hommes dans les bars chauds de la ville ; certains soirs on y rencontre même Honey/Manoj " une femme née homme par erreur ", que Suketu Mehta suit aussi dans sa double vie. Avec son millier de films par an produits par l’industrie cinématographique de Bombay, Bollywood n’a aujourd’hui plus rien à envier à Hollywood : là encore, Suketu Mehta nous convie avec complicité derrière les décors de ses studios. Passionnée, intimiste, émouvante, courageuse, impudique, tout à tour drôle et déchirante, cette formidable biographie urbaine initie un nouveau genre littéraire. De même l’hallucinante Bombay, la plus grande mégapole d’Asie, préfigure la génération des mégapoles surpeuplées de demain.