Téléchargez le Dimanche Ouest France
(Fichier PDF - 2.7 Mo)

Dico des invités

GUENE Faïza

Algérie - France

Du rêve pour les oufs (Hachette Littératures, 2006)

Faïza GUENE
© Jean-Marc Gouron

Française d’origine algérienne, Faïza Guène vit avec ses parents dans la cité des Courtillères à Pantin. En 2004, elle réalise un moyen-métrage, Rien que des mots, dont elle a signé le scénario. Elle suit désormais des études de lettres après avoir écrit son premier roman Kiffe kiffe demain. À 21 ans, Faïza Guène sort son deuxième roman, Du rêve pour les oufs.

In english
En español


Bibliographie :

  • Du rêve pour les oufs (Hachette Littératures, 2006)
  • Kiffe kiffe demain (Hachette Littératures, 2004)

Résumé de Du rêve pour les oufs :

Ahlème a 24 ans. Elle vit à Ivry en banlieue sud avec « Le patron » (son père) et Foued, son petit frère de 13 ans. « Le patron », personnage loufoque, a perdu la boule il y a trois ans lors d’un accident de chantier où sa tête a heurté une solive.
N’ayant plus toute sa tête, dépassé par les événements, c’est un « patron » dont l’autorité repose avant tout sur Ahlème qui a fort à faire avec Foued, un vrai petit chétane (voyou). La seule chose qui le retient de ne pas collectionner les conneries (plus ou moins drôles et plus ou moins graves), c’est la surveillance de sa soeur. Le problème est qu’elle aussi a fort à faire, entre ses missions intérim (les comptages de clous chez Leroy Merlin), les files d’attente à la préfecture pour renouveler sa carte de séjour (tous les trois mois) et ses histoires d’amour foireuses (pourquoi ses copines s’entêtent-elles à lui présenter des ploucs ?).
Malgré sa vigilance, elle ne peut donc empêcher longtemps son petit frère de glisser sur la mauvaise pente et va donc se défouler de plus en plus souvent chez « tantie Mariatou », professionnelle du dicton et mère par procuration. La sienne, la vraie, a été assassinée en Algérie en 1992. Depuis, la vie de Ahlème c’est donc la France, le souvenir d’un bonheur perdu et surtout l’espoir d’un bonheur à venir.
Elle est encore jeune et parfois naïve mais, souvent, elle a l’impression d’avoir vécu mille vies. Sans doute un effet des délires du « Patron » et du déluge de galères ? Ainsi, elle apprend un matin que, suite à ses démêlés judiciaires, Foued est menacé d’expulsion.
Certains auraient baissé les bras et arrêté de rire. Mais pas elle. Car, comme dit Tantie Mariatou : « On a beau couper la queue du lézard, elle repousse toujours. »


Filmographie :

  • Rien que des mots (2004)
  • Mémoires du 17 octobre 1961 (2002)
  • RTT (2002 - 2ème prix du festival CinéVidéo 93)
  • Rumeurs (2002)

Résumé de Rien que des mots :

Leila, 17 ans, a une passions pour le théâtre qu’elle cache à ses parents, des résultats scolaires médiocres qu’elle cache à ses parents, un petit ami qu’elle cache à ses parents.
Un jour, son père revient du bled avec la ferme intention de la marier…


LES ENGRAINEURS

L’association Les Engraineurs, basée sur le quartier des Courtillières à Pantin depuis 1997, travaille l’écriture audiovisuelle avec des jeunes de 13 à 25 ans qui participent à toutes les étapes de réalisation des films.
Sur Rien que des mots, quinze jeunes ont intégré les équipes technique et artistique.

Rien que des mots

Rien que des mots

(Faiza Guène, Nexus Films, Algérie, 2004, 27’) -

Leila, 17 ans, a une passions pour le théâtre qu’elle cache à ses parents, des résultats scolaires médiocres qu’elle cache à ses parents, un petit ami qu’elle cache à ses parents.
Un jour, son père revient du bled avec la ferme intention de la marier…

Projection suivie d’une rencontre avec Faiza Guène (13h30)

Un homme, ça ne pleure pas

Fayard - 2014

Le "padre" profite de sa retraite pour bricoler dans son jardin et y accumuler des vieilleries. La mère regrette le bled et trouve ses enfants trop maigres malgré la quantité de nourriture qui trône sur la table. Dounia, la soeur aînée, est une féministe engagée. Mina, la cadette, rougit au moment de la publicité pour le gel douche. Et le frère ? Mourad se sent partagé entre son désir de liberté et son pire cauchemar, celui de devenir un vieux garçon obèse aux cheveux poivre et sel se noyant dans de l’huile de friture. Son refuge à lui, ce sont les livres. Après un départ théâtral et dix ans d’absence, Dounia réapparaît un jour, les cheveux courts et les dents qui rayent le parquet, elle se lance en politique. Mourad sait d’autant moins comment recoller les morceaux qu’il est nommé professeur stagiaire à Montreuil dans le 93, très loin de Nice où réside sa famille. Ses élèves qu’il met en garde contre les clichés lui parlent de leurs potes de "Cliché-sous-Bois", certains le voient comme le messie, d’autres se battent les "yeuk" de son autorité… Hébergé dans les beaux quartiers chez Miloud, un cousin gigolo qui se saoule au raï, Mourad ne sait plus très bien où il en est. Tout le monde conspire à l’arracher à ses livres... La seule chose dont il est sûr, c’est qu’un homme, ça ne pleure pas. C’est ce que le padre lui a appris. Se glisser dans la peau d’un garçon qui n’aspire qu’à la paix permet à Faïza Guène de prendre à rebours toutes les idées reçues sur cette France "issue de l’immigration" dont elle est devenue, dès le succès phénoménal de son premier roman Kiffe kiffe demain (Hachette littérature, 2004), une des voix les plus originales.


Du rêve pour les oufs

Hachette Littératures - 2006