Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

MELO Patricia

Brésil

Le voleur de cadavres (Actes Sud, 2012)

Patricia Melo, la nouvelle star des lettres brésiliennes, explore avec noirceur la violence urbaine de son pays natal et porte un regard sans concession sur la réalité du système brésilien - paysans sans terre, abattoirs clandestins, déforestation, narcotrafic, violence des favelas. La romancière et dramaturge dresse le roman noir du Brésil d’aujourd’hui avec une force visionnaire et un humour ravageur. Le langage est cru, haletant et rapide, les phrases sont courtes et les nombreux dialogues créent la dynamique de son écriture.

Originaire de São Paulo, l’auteure partage sa vie entre le Brésil et la Suisse. Elle a d’abord travaillé comme scénariste pour la télévision avant d’écrire son premier roman en 1994, Acqua-Toffana. Depuis, elle explore l’univers violent des quartiers pauvres dans Ô Matador puis dans Enfer, publié en 2000 et récompensé par le prix Jabuti, le plus grand prix littéraire du Brésil. Dans Éloge du mensonge, elle retrace le parcours tragi-comique d’un écrivain raté devenu plus tard un écrivain à succès ainsi que l’assassin du mari de la femme qu’il aime. Monde perdu nous plonge dans la violence urbaine à travers un road-movie haletant aux trousses de Maiquel, dit le matador. Ce tueur à gages, de retour à São Paulo après dix ans de planque, part à la recherche de sa fille Samantha. Dans sa quête d’une existence plus calme et honnête, il n’en finit pas de courir derrière son rêve alors que tout espoir de rédemption semble perdu pour lui.

En 2012, elle signe Le voleur de cadavres, roman noir qui se déroule dans la chaleur torride du Brésil, dans lequel elle ausculte la petite corruption d’un homme ordinaire, celle du narrateur qui a quitté les grondements de la ville pour se réfugier dans une petite ville du Pantanal. Il y mène une vie tranquille jusqu’au moment où s’écrase un avion alors qu’il pêche. Au milieu des décombres, il trouve un paquet de cocaïne qu’il décide de remettre à la police. C’est alors que sa vie bascule... Un livre fort qui interroge la mince frontière qui sépare le bien et le mal.


Bibliographie :

  • Le voleur de cadavres (Actes Sud, 2012)
  • Monde perdu (Actes Sud, 2008)
  • Le Diable danse avec moi (Actes Sud, 2005)
  • Acqua-toffana (Actes Sud, 2003)
  • Enfer (Actes Sud-Babel, 2001)
  • Éloge du mensonge (Actes Sud-Babel, 2000)
  • Ô Matador (Albin Michel, 1996)
Le voleur de cadavres

Le voleur de cadavres

Actes Sud - 2012

Après un revers professionnel, un homme quitte São Paulo pour se mettre au vert dans une petite ville tranquille aux portes du paradis écologique du Pantanal. Il somnole sur une berge du Paraguay quand le fracas de l’explosion d’un avion privé qui plonge dans le fleuve le sort de sa torpeur. Se portant charitablement au secours de la victime, il trouve dans le cockpit le corps sans vie du pilote et, sur le siège du passager, un sac à dos avec une bonne mesure de cocaïne. Fautil signaler le cadavre aux autorités ou se tirer avec la blanche ? La décision s’impose mais elle comporte son lot de désagréments car, même si “trouver n’est pas voler”, notre bon Samaritain commence à explorer en pente douce les chemins sinueux de la corruption de l’âme pour s’enfoncer dans l’immoralité la plus vile, entraînant dans sa chute une faune haute en couleur.
Substituant à la jungle urbaine l’exubérance naturelle d’un éden tropical, Patrícia Melo complète ici un panorama implacable du Brésil contemporain et de ses petits arrangements avec la morale ; une bassesse ordinaire qui franchit allégrement la ligne de l’équateur.

Monde perdu

Monde perdu

Actes Sud - 2008

Après dix ans de cavale, le tueur professionnel Máiquel, “comme Máiquel Jackson, l’artiste”, revient à São Paulo pour enterrer la vieille tante qui constituait sa seule famille. Plus solitaire que jamais, il réalise qu’il lui reste au monde sa fille Samanta, tombée aux mains des évangélistes.
Grâce au pécule hérité de tante Rosa, il entreprend un road movie effréné à travers le Brésil des hors-laloi pour retrouver l’enfant qu’il n’a pas vue grandir. D’un bout à l’autre du pays, il multiplie les rencontres, les cadavres et les amours sans lendemain. Paysans sans terre, abattoirs clandestins, déforestation sauvage, caïds du narcotrafic, sectes qui délestent surtout les crève-la faim : un monde en perdition, loin du mythique Rio qui “en jette”.
Si toute la compassion dont il est capable va au chien famélique qui l’accompagne, les épreuves du périple avivent la détermination de Máiquel. Malgré ses désirs de vengeance, il en vient à concevoir la possibilité d’un avenir meilleur : une vie tranquille, un travail honnête. L’issue de sa course folle lui fera perdre ses dernières illusions. Dans ce monde perdu, point de salut hors de la devise tatouée sur son bras droit : “Rien à foutre”.
Et l’auteur d’élargir, en incisive analyste, le spectre d’une dérive du Brésil contemporain qui nourrit toute son oeuvre.


Enfer

Enfer

Actes Sud - 2004

Tel un Enée moderne, ghetto blaster en main, aux portes de l’enfer, Petit Roi, enfant des favelas de Rio, cherche sa route dans un royaume qui n’a pas de chemin pour les vivants. Acides, hip-hop et violence à tous les étages. A la maison, la rage de l’amour maternel laisse quelques ecchymoses, la frustration fait son lit dans une pauvreté tyrannique, les feuilletons à l’eau de rose font le reste. Dans la rue, le code de l’honneur, l’odeur de l’argent, la voix des armes. Mais si, au faîte du pouvoir, Petit Roi se pose en trafiquant aguerri, il demeure un colosse aux pieds d’argile qui offre un temple à sa mère pour que, enfin, elle aime son fils.


Éloge du mensonge

Éloge du mensonge

Actes Sud - 2000

Sous pseudonymes américains, José Guber propose à son éditeur des synopsis de ces œuvres que l’on dit incontournables. Tous sont pourtant écartés en raison de la faiblesse de leur trame narrative : il ne s’agit guère, en effet, que de L’Etranger ou de Crime et Châtiment…
En quête de documentation pour un prochain best-seller, l’impénitent plagiaire fait la connaissance d’une biologiste aussi ravissante que mariée, qui exerce la profession de nutritionniste pour serpents. S’installe alors un fatal chassé-croisé amoureux tandis que naît entre eux la tentation du meurtre parfait. Loin d’accepter de disparaître, le mari encombrant se montre étonnamment rétif et sa mauvaise volonté n’ira pas sans contrarier les plans des amants diaboliques.
La trame de l’apparent thriller semble simple, le crime évident, les intérêts communs. Mais, dans cette allègre ronde de la mort, victime et bourreau ne sont pas là où on les attend.

France Culture - Carnet Nomade de Colette Fellous : Je vous écris de Saint-Malo

Saint-Malo 2014

Avec Sorj Chalandon, Riad Sattouf, Bernardo Carvalho, Patricia Melo et Jean-Paul Delfino.


Dans le cratère furieux des villes prodigieuses

Saint-Malo 2014

Avec : Patricia Melo, Edyr Augusto, Luiz Ruffato et Jean-Paul Delfino.
Animé par Hubert Artus.

Nos excuses, le début du débat n’a pas été enregistré.