Dico des invités depuis 1990

KING John

Anglais

White trash (Au Diable Vauvert, 2014)

Alors que les politiciens Tony Blair et John Major décrètent la fin « des classes », John King, écrivain de la working class, dénonce la dérive d’un système où la société britannique ne parvient plus à protéger les plus faibles. Ce romancier anglais, né en 1960, aime jouer avec les stéréotypes, explorer et décrypter sans fard et faux semblant une Angleterre prolétaire régie par des structures hiérarchiques née dans les années 60. Écrivain du réel, il aborde des sujets variés tels que : le football, le punk-rock, la littérature, la politique…

Passionné de football, John King introduit le sport dans la littérature à la fois comme une métaphore de la vie et comme un élément sociologique pour analyser une société et un pan de l’histoire britannique. Il connaît un succès immédiat avec son premier roman Football Factory paru en France en 1998 qui traite du hooliganisme et de la classe ouvrière des années 90. Ce premier tome d’une trilogie composée de La Meute et Aux Couleurs de l’Angleterre trace une fresque d’une Angleterre amoureuse du football, en proie au chômage et au racisme. Par une écriture rythmée et même nerveuse proche de la musique punk, son autre passion, il plonge le lecteur dans une descente aux enfers et le mêle aux contradictions, aux frustrations et aux défaites de la société britannique. Loin d’être des outils de protestation ou de prise de position idéologique, ses personnages sont seulement l’image d’une société rude et désenchantée.

Human Punk poursuit dans la veine réaliste qui lui est propre, formidable analyse du peuple anglais, de sa culture et des racines sociales de la violence : punk, hooligans et « autres joyeux damnés ». John King est également l’auteur de deux romans du réel : The Prison House non traduit en France et Skinheads (2012), qui décrivent une facette de l’Angleterre, violente et attachante à la fois.

Avec le fuck d’une main squelettique sur fond de drapeau anglais en illustration de couverture et une insulte pour titre, John King donne le ton. Cru, âpre, rude, White Trash est un véritable coup de poing littéraire. Il nous entraîne dans les couloirs sinistres d’un hôpital en compression d’effectifs où deux voix se confrontent, celles d’une infirmière et de son supérieur. Dans ce roman noir de 2002 enfin traduit en français, John King bouscule son lecteur et le mène sur une pente totalement inattendue en révélant la fracture sociale qui gangrène la Grande Bretagne.
À l’heure où les systèmes de santé sont au cœur des problématiques des gouvernements occidentaux, White trash remet en perspective le caractère trompeur des déclarations politiques.


Bibliographie

  • White Trash trad. Clémence Sebag (Au Diable Vauvert, 2014) (Vintage, 2002)
  • Skinhead trad. Alain Defossé, (Au Diable Vauvert, 2012) (Jonathan Cape, 2008)
  • Au Couleur de l’Angleterre trad. Alain Defossé, (Edition de l’Olivier, 2005)
  • Human Punk trad. Alain Defossé, (Edition de l’Olivier, 2003) (Vintage, 2000)
  • La Meute trad. Alain Defossé, (Edition de l’Olivier, 2000) (Vintage, 1998)
  • Football factory trad. Alain Defossé, (Edition de l’Alpha Bleue, 1998) (Vintage, 1996)

Non traduit

  • The Prison House (Jonathan Cape, 2004)
White Trash

White Trash

Au diable Vauvert - 2014

White Trash met en scène l’affrontement d’une infirmière et de son supérieur dans un hôpital en compression d’effectifs. À partir du démantèlement des services sociaux britanniques, John King, "l’écrivain du football et de la classe ouvrière anglaise", se livre à une satire des stéréotypes de classes et traite finalement des inégalités et de la place de l’humain dans la société.
Il nous offre un roman noir puissant sur la fracture sociale, émouvant et d’une actualité troublante

Aux couleurs de l'Angleterre

Aux couleurs de l’Angleterre

Editions de l’Olivier - 2005

Unis dans le même élan patriotique, « 100 % Anglais, 100 % Chelsea », ils sont en guerre. Au pub de l’Unity, leur QG, Harry et sa bande ont mis au point leur programme. Prendre le ferry pour Amsterdam, beuveries, drogues, bagarres et coucheries, puis rejoindre en train Berlin pour assister au match Angleterre-Allemagne et défendre leurs couleurs à n’importe quel prix.

Berlin est à feu et à sang mais la réputation anglaise est sauve. Bill Farrell, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui connaît bien Harry et les autres – ils fréquentent le même pub –, est horrifié par ces hooligans et par le discours des journalistes présentant leurs bagarres comme une « guerre ». Qu’ont-ils à voir avec le jeune soldat débarqué sur la côte normande en juin 1944 pour défendre fièrement la bannière de son pays ?

Aux couleurs de l’Angleterre, dernier volet d’une trilogie entamée avec le mythique Football Factory, raconte deux traversées de la Manche à cinquante ans d’intervalle et dresse un parallèle percutant entre guerre et hooliganisme. Cru, tantôt burlesque ou tragique, ce roman résolument politique dénonce la violence gratuite et l’opportunisme des médias.


Football factory

Football factory

Editions de l’Olivier - 2004


Tom Johnson est un supporter de Chelsea. Chaque samedi après-midi, lui et sa bande accompagnent leur équipe favorite. Victoire, défaite, peu importe, car c’est toujours le même scénario qui se déroule après le match : bière, baston avec les supporters des clubs rivaux et castagne avec les flics.

Comme des milliers de jeunes, ils sont les parias d’une société britannique en crise, ravagée par le chômage et l’alcoolisme, auxquels s’ajoutent le racisme et le machisme ordinaires.

John King les montre tels qu’ils sont, alternant son récit avec des portraits de Londoniens, témoins impuissants de l’hypocrisie politique des années 90 et du fameux « mal anglais ».

Réaliste, cru, dérangeant, Football Factory est « le livre le plus authentique jamais écrit sur le foot et la classe ouvrière anglaise » (Irvine Welsh). Comme Trainspotting, ce roman culte doit beaucoup au légendaire Last Exit to Brooklyn de Hubert Selby.


La Meute

La Meute

Editions de l’Olivier - 2003

lls sont cinq – Carter, Will, Harry, Balti et Mango. Cinq garçons amateurs de sexe, de bière et de football. Copains depuis la communale, ils ne se sont jamais quittés. Vont-ils enfin se résoudre à grandir ?

« John King signe le second et passionnant volet d’une trilogie pleine de révolte contre cette Angleterre qui oublie son peuple au bord de la route. Son récit est cru mais pas dépourvu de sensibilité. » Frédéric Péguillan, Télérama


Human Punk

Editions de l’Olivier - 2003

Joe a 15 ans en cet été 1977... Il vit à Slough, ville satellite du Grand Londres, autant dire nulle part... Et quand on a 15 ans à Slough en 77, on est Punk ou Skin... Joe et ses potes Gary (dit Smiles), Dave et Chris ont opté pour la version Punk. Ils ne jurent plus que par les Pistols ou The Clash. Boire des "snakebites", s’envoyer du speed et mater les filles plus âgées et donc inaccessibles, voilà la vie de ces gamins de banlieue... Et puis y’a les bastons bien sûr, avec les Teds ou les Skins. C’est au soir de l’une de ces bastons que Joe et Smiles sont roués de coups et jetés à l’eau... Joe s’en tire bien, mais Smiles garde des séquelles mentales irréversibles après plusieurs semaines de coma...

Eté 1988... Joe vient de passer 3 ans en Asie. Barman à Hong-Kong, il est parti pour faire un long séjour en Chine. C’est là qu’il apprend le suicide de Gary qu’on n’appelait plus Smiles depuis longtemps...

Eté 2000... Joe est maintenant un DJ... l’époque Punk est bien loin derrière, mais les souvenirs sont bien présents pourtant encore dans sa mémoire. Dans un cimetière, il rencontre Gary ! Mais est-ce bien lui ????

Superbe roman de John King, peut être le meilleur. Moins violent que ses livres sur les Skins et Hooligans, l’histoire touchante d’un gamin de la banlieue londonienne en ces années noires du thatchérisme et de la récession.

L’écriture du réel

Avec Sylvain Pattieu, Pascal Dessaint, Anibal Malvar, John King. - Saint-Malo 2015

Avec Sylvain Pattieu, Pascal Dessaint, Anibal Malvar, John King. Rencontre animée par Hubert Artus.


LE MONDE RÉEL

Saint-Malo 2015

Avec Russell Banks, Sylvie Laurent, John King. Rencontre animée par Kerenn Elkaim