Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

RAIZER Sébastien

L’Alignement des équinoxes (Gallimard, Série Noire, 2015)

© Hélie Gallimard

Né en 1969, après bien des expériences dans l’édition musicale, et une rencontre déterminante avec Gérard Guégan, Sebastien Raizer vit actuellement à Kyôto. Il est l’auteur d’un premier roman, Le Chien de Dédale, paru en 1999 aux éditions Verticales.

Il est également co-fondateur des éditions du Camion Blanc (1992), qui ont publié des cargaisons d’ouvrages sur le rock, du classique à l’extrême, puis fonde la collection Camion Noir (2006), aliénée aux cultures sombres.

L’Alignement des équinoxes est son premier roman à paraître à la Série Noire chez Gallimard.

L'alignement des équinoxes

L’alignement des équinoxes

Gallimard - 2015

Karen Tilliez, fille étrange et fasci- nante, se prend pour un samouraï, atteint l’équinoxe de la mystérieuse loi de l’alignement en décapitant un homme d’un coup de sabre.
Diane Lempereur, jeune femme aussi séduisante que déboussolée, travaille dans un sex-shop et abandonne tous les repères de sa vie tourmentée en se laissant guider par un psychiatre aux expérimentations singulières.
Silver, boxeuse zen laotienne, et Wolf, ancien commando déphasé, deux flics de la brigade criminelle, vont être entraînés dans ce lavage de cerveau existentiel en forme de grand huit, au son des Stooges, de Kraftwerk et de Coil, dans un univers mutant et mouvant, où rien ne semble impossible — ni aller de soi. Et pendant ce temps, la Vipère règle ses comptes, en attendant son propre équinoxe...

Corrida détraquée

Grasset - 2001

« Son front a percuté mon arcade et nous sommes retombés comme deux vieux cadavres de guerriers dans une poussière maculée de sang ». Deux guerriers ? Oui, si la guerre sert de métaphore à l’amour, et si dans les yeux d’Eva, « ses prunelles d’un noir sans fond cerclées de bleu », qui ont parfois la froideur d’un ciel gelé, parfois la colère d’une bête blessée, on ne devait voir que le désir de soumettre son amant - « corrida » oblige Désir ? Oui, car il s’agit bien du désir qui mène les personnages errants de ce « road-book » à l’extrémité de leurs forces : on boit à l’Estoril, où glapissent dans la nuit de l’alcool « des voix plus ou moins rauques, avinées, anisées, maltées, mélancoliques et fabulatrices ». C’est Bukowski place Stanislas, à la poursuite du langage salvateur, où deux paumés, Jonas et Le Christ, récitent des psaumes arrosées, requiem nocturne pour un Dieu auquel ils ne croient plus. C’est aussi la vision romanesque d’une certaine France provinciale « underground » - aurait-on dit souterraine ? - si ce livre n’était aussi marqué par la littérature déjantée de Bukowski à Despentes -, celle des paumés, des survivants, des débiteurs. Sébastien Raizer confirme ici son jeune talent : un lyrisme mis à mort, des mots comme des balles, et une tendresse tragique qui glisse sur la peau moirée d’une femme.


Le chien de Dédale

Gallimard - 1999

Vous croyez être en vie, mais sentez-vous cette odeur de pourri ? Vous n’avez plus qu’une étincelle de vie et on est en train de vous la bouffer. Fort de cet avertissement de Philip K. Dick, Bertrand Spinoza, le narrateur du Chien de Dédale, quitte son travail, abandonne Sarita, sa compagne, et Gloria, la mystérieuse femme des bars. Il prend la route du Nord magnétique, sur le chemin de Maastricht, puis de Groningen, entre digues immenses et polders insondables. Le Chien de Dédale est cette fuite hors d’un monde où les lampions de la fête ne brillent que sur les écrans, c’est aussi l’histoire d’un refus : celui des sinistres bataillons des vieilles séductions, des croyances, des impostures ou des simulacres sur lesquels on se bâtit une façon de raisonner, une manière de penser, une certitude de vivre. Ecrit dans une langue directe, vivace, rythmée, Le Chien de Dédale nous entraîne - en pleine déréalisation cannabique - au coeur du labyrinthe où tourbillonnent les limites et les non-sens de notre époque. Un périple sombre mais vivifiant dans lequel il faut se perdre avant d’en deviner l’issue.

Romans noirs : quand le fantastique s’en mêle

Avec Saul Black, Antoine Tracqui, Sebastien Raizer, Indrek Hargla. Rencontre animée par Dominique Chevallier - Saint-Malo 2015

Avec Saul Black, Antoine Tracqui, Sebastien Raizer, Indrek Hargla. Rencontre animée par Dominique Chevallier