Hugo Pratt, Les Chemins du Labyrinthe

Jean-Claude Guilbert - Ethiopie, la trace du scorpion (Casterman, 2005)
image
La traversée du Labyrinthe, par Hugo PRATT

Les fidèles du festival se souviennent encore de la rencontre entre Hugo Pratt et Alvaro Mutis : un moment d’émotion pure, où deux esprits frères se découvraient. Jean-Claude Guilbert, grand ami de Pratt, était présent. Il nous revient dix ans après la mort de son complice en aventure avec un grand livre (La Traversée du Labyrinthe) et une exposition exceptionnelle, dont il est largement à l’initiative : 60 originaux du maestro et une vingtaine de photos de Marco d’Anna, le photographe qui l’accompagna en 2004 dans son expédition en Afrique, sur les traces des Scorpions du Désert.

 

 

Dix ans après la mort d’Hugo Pratt, la fascination pour ses héros mystérieux et secrets jusqu’à l’ésotérisme n’a pas faibli et c’est tant mieux. Dans son livre Avec Hugo, sa fille Silvina nous brosse un portrait tout en tendresse et en finesse de l’inventeur du roman graphique et de sa géographie familiale : Venise, Paris, Barcelone, Brocéliande, l’île de Pâques...


Description de l’exposition :

Il fut des amis d’Etonnants Voyageurs dès la première heure. Et le resta jusqu’à la fin. Les fidèles du festival n’ont pas oublié la monumentale exposition dont il nous fit le cadeau lors de la première édition, et la rencontre littéralement magique avec Alvaro Mutis, chacun bouleversé de découvrir à quel point étaient frères en esprit leurs personnages, de Corto Maltese et de Maqroll le gabier, nés tous deux d’une rêverie littéraire... À ses côtés était le grand ami et complice Jean-Claude Guilbert.

Dix années après sa disparition, son œuvre perdure. Et cette inclination particulière pour les civilisations peu connues, voire méprisées, pour les comportements et les attitudes à la marge, suprêmement élégantes, restent éminemment modernes. Hugo Pratt, plus que jamais présent. Les souvenirs de Jean-Claude Guilbert recueillis dans son livre La traversée du labyrinthe, la reprise de la saga des Scorpions du désert de Pierre Wazem et la nouvelle version en couleurs du recueil Les Éthiopiques en sont la preuve la plus récente. Le volume Éthiopie - La trace du scorpion, c’est un peu le retour sur une œuvre, sur sa genèse.
Et particulièrement cette année, à Saint-Malo avec cette grande exposition, ici présentée avant qu’elle entame un tour d’Europe. À ne pas manquer, donc !

C’est une caravane d’artistes qui est réellement partie pour l’Afrique sur les traces de Pratt, emmenée par Jean - Claude Guilbert, l’ami africain du ”maestro”, le photographe Marco d’Anna qui réalisera les photos du livre, et l’auteur, Pierre Wazem. Cette exposition retrace, au-delà du support de la bande dessinée, cette nouvelle aventure éditoriale. Avec 60 originaux d’Hugo Pratt et une vingtaine de photos de Marco d’Anna.