Feuilleter le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger la grille
(Fichier PDF - 228.1 ko)

Casting

Ecrit par Mélanie Brand (Collège Saut du Lièvre de Strasbourg), sujet 1. Publié en l’état.

To be or not to be ?
Cette fois, la bonne formule serait plutôt : Sois une autre et fais face.
Une seconde plus tard, une vive lumière l’éblouit.

Ses yeux s’adaptèrent graduellement à la luminosité. Elle put découvrir le monde que lui projetait son casque. L’équipe de tournage et les autres candidates avaient disparu pour laisser place à ce qu’on appelait la forêt amazonienne sur terre. Alicia se tourna pour voir l’ensemble du paysage et se retrouva face à ce qui ressemblait à un désert de glace et de neige. La jeune fille était à la lisière des deux mondes. Son rôle lui revint brusquement en tête : Enquêtrice galactique. Qu’aurait fait une aventurière sûre d’elle et audacieuse ? Jeter un coup d’œil, analyser (ou pas) et foncer.

Alicia inspecta son accoutrement. Elle portait une ceinture où pendait une arme laser et une dague. Sa combinaison lui collait strictement à la peau et sur sa poitrine se trouvait un badge qui symbolisait la justice par une balance. Elle travaillait pour restaurer la paix et l’ordre.
Un grésillement retentit dans son oreille gauche comme si on était au téléphone dans un tunnel. Alicia palpa son casque et appuya par mégarde sur un bouton.

-M’entendez-vous ? fit une voix rauque

C’était une oreillette !

-Oui, je vous entends, répondit l’enquêtrice

-Je suis un des survivants de l’équipage EE2 : Eclaireur Edena 2. Etes-vous Enquêtrice galactique ?

-Oui, on m’a envoyée pour vous retrouver.

-Nous nous sommes fait attaquer par des aliens ! Soyez prudente ! l’avertit l’humain qui paraissait soulagé que quelqu’un se soucie de leur sort.

-D’accord, où êtes-vous ? demanda Alicia

-Je ne sais pas. Nous avons fui et nous nous sommes fait enfermer dans une grotte.
Ça ne pouvait pas être du côté de la banquise qui n’offrait aucune perspective de cachette.

-J’arrive. Combien êtes-vous ?

Le grésillement revint. La communication était coupée.

-Zut ! jura Alicia.

Elle se dirigea donc vers la direction qui lui parut la plus logique : la forêt tropicale.
Des oiseaux chantaient et voletaient. Une cascade bruissait, l’air était humide et la température plutôt douce. Elle marcha vers la falaise d’où coulait la source. Un papillon multicolore passa devant elle en se dirigeant vers un drôle d’escalier taillé dans la pierre qu’Alicia n’avait pas aperçu jusqu’alors. En se remettant de sa surprise et en laissant sa curiosité la gagner, la jeune fille grimpa l’escalier. La première chose qu’elle aperçut furent les grandes ombres rectangulaires d’immeubles en verre noir qui trônaient au milieu d’un désert aride de sable. Ses yeux se levèrent et le soleil l’aveugla. Elle se protégea avec sa main et put mieux voir les nombreux et énormes gratte-ciels luisants. On n’en voyait plus les sommets. De petits points noirs clignotaient alternativement et rapidement d’un bâtiment à l’autre.

D’un coup, Alicia sentit quelqu’un tirer sur la manche de sa combinaison moulante noire. Derrière elle se tenait un petit être mauve de la tête aux pieds en passant par ses grandes oreilles pointues et ses minuscules griffes. La créature avait des yeux en fente couleur bleu azur dont les pupilles verticales rappelaient celles des chats. Ses vêtements en toile brune lui donnaient un air humain. Son style était plutôt simple. La jeune fille ravala sa peur.

-Ta ka téké ? demanda la petite extra-terrestre.

L’homme de l’équipage avait dit qu’ils s’étaient fait attaquer par des aliens. Parlait-il de ce genre d’êtres ? L’aventurière devait être prudente. La petite créature paraissait pourtant inoffensive avec son joli minois. Sans crier gare, une fonctionnalité de son casque s’enclencha.

-Traduction en cours, déclara la voix robotique de l’appareil. « Je peux t’aider » ? traduisit-elle.

-Qui es-tu ? hasarda l’enquêtrice sachant très bien que l’extra-terrestre ne la comprendrait pas.

-Une Terrienne ! Jamais aucun Terrien ne nous rend visite. Au fait, je m’appelle Kavéla. Je suis du clan Chatouki.

Sous le choc, Alicia avait les yeux ronds comme des billes.

-Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai une mygale sur l’épaule ? paniqua Kavéla.

-Non... Je ne m’attendais pas à ce que tu me comprennes...

-Tout le monde ici apprend toutes les langues de l’univers. On est très avancés au niveau technologique par rapport à vous.
Un interrogatoire s’imposait.

-Aurais-tu vu d’autres Terriens ? Ce sont des amis à moi qui se sont fait attaquer par...

Comment allait-elle formuler ce qu’elle voulait dire sans blesser l’alien ? Les oreilles de Kavéla frémirent et se rabaissèrent sur sa tête, penaudes. Elle passa une main dans ses longs cheveux mauves.

-Ils étaient bleus, je parie ? soupira l’extra-terrestre, ce sont les Chakilos. Un clan très craintif et qui se méfie de tout ce qu’il ne connaît pas, malgré l’éducation dont il a bénéficié. Et non je n’ai pas vu tes amis.

-Ils sont dans une grotte. Sais-tu où c’est ?

-Oui ! Il n’y en a qu’une sur ma planète. Suis-moi. Je te raconterai l’histoire de mon peuple en même temps.

Alicia s’émerveillait du monde qu’elle traversait avec Kavéla. Elles longèrent les immeubles dont on ne voyait pas la fin. Les points noirs qui se baladaient de bâtiment en bâtiment s’avérèrent être des voitures volantes ovales et plates sur le dessous pour pouvoir atterrir. Il y avait aussi beaucoup de verdure, des pots de fleurs géants flottaient dans l’air, des arbres rasaient les murs. Personne ne les remarquait, malgré le fait qu’Alicia déteignait dans la masse de gens mauves. L’enquêtrice fronça les sourcils quand elle aperçut certaines de ces personnes disparaître en posant le pied sur de drôles de plateformes. Kavéla lui expliqua que c’étaient des téléporteurs.
La petite alien lui relatait l’évolution magistrale de tout un peuple dans ses moindres détails. Tous les êtres habitant ici avaient la même apparence sauf que d’une tribu à l’autre leur couleur changeait. Certains étaient bleus, mauves, jaunes ou oranges, et d’autres étaient verts, bruns, blancs ou rouges. Les peuples d’Edena 2 s’avéraient être aussi les gardiens de la Connaissance. Leur mémoire n’était nullement altérée par le temps et au fur et à mesure que l’Histoire s’écrivait, elle était consignée dans le Sanctuaire du Savoir. On y trouvait les événements les plus importants ainsi que toutes les actions les plus insignifiantes de gens qui vivaient leur vie sans toucher au cours de l’histoire. Aussi, quant à eux, les habitants de Edena 2 ou les Edenadiens aimaient trop leur planète pour la détruire (comme le font les humains d’après Kavéla), c’est pour cela qu’il y avait très peu de villes qui ne s’étendaient qu’en hauteur.
L’extra-terrestre expliqua qu’elle était plus vieille qu’elle en avait l’air car les créatures comme elle vivaient extrêmement longtemps.

-Donc, tu as l’impression que j’ai neuf ou dix ans mais en réalité j’ai un peu moins d’un millénaire, neuf cent quatre-vingt dix-sept ans pour être précise, mais pour nous c’est jeune. Je suis encore une enfant, tu sais. Nous sommes arrivés.

A quelques pas de la ville bouillant d’énergie, se trouvait une seule et unique montagne de pierre grise devant laquelle elles s’étaient arrêtées. Une énorme pierre bouchait l’entrée de la cavité. Alicia colla son oreille sur le roc pour tenter de capter un son des survivants. Des claquements de dents et des bruits de pas résonnaient.

-Ils sont là. Maintenant, il faut trouver comment les faire sortir. Tu aurais une idée ?

-Rien de plus simple ! La lévitation ! s’exclama l’enfant mauve

-Pardon ?

-Je croyais que tu aurais compris que les habitants de Edena 2, comme tu dis, sont plus intelligents que vous, les humains. Grâce à notre intellect nous avons développé des pouvoirs. Visiblement, tu es bien celle que tu es. Vous êtes tous dénués de bon sens, vous les humains !

Sans écouter les protestations d’Alicia, Kavéla leva haut les bras et la pierre se mit à trembler violemment. Elle roula sur le côté, libérant l’accès à la grotte. Un homme était debout et deux femmes étaient assises par terre, serrées l’une contre l’autre, sûrement autant pour se rassurer quant à leur sort, que pour se réchauffer de l’air froid qui régnait dans la caverne. Tous trois étaient couverts de poussière et de taches de saleté noire. De petites plaies parsemaient leurs visages. Leurs habits étaient déchirés à certains endroits. L’homme était très grand et très musclé, ses cheveux étaient coupés en brosse et son teint basané. Il portait une combinaison noire tout comme Alicia sauf que la sienne arborait un logo représentant une clé à mollette. Les deux femmes étaient le contraste l’une de l’autre. La plus petite portait une combinaison blanche sale, sur laquelle une croix rouge était dessinée, qui amplifiait la pâleur de son teint. Son chignon était décoiffé et roux. On aurait dit un stéréotype d’une infirmière de dessin animé. L’autre femme était brune, à la peau mate et aux longs cheveux d’ébène tout emmêlés. Elle était élancée et de taille moyenne. Le chiffre 2 était noté sur sa combinaison grise qui semblait la plus abîmée de toute.

-Dieu merci ! dit-elle.

-Je vous présente Kavéla, elle m’a aidé à vous trouver.

-Je suis Emmy, l’informaticienne numéro 2 de l’équipage, poursuivit la femme brune, et voici Linda notre infirmière, et David le chef mécanicien de notre vaisseau qui s’est écrasé dans la forêt de sapin derrière la montagne.

Soudain, un bruit de lancer de feux d’artifice leur transperça les oreilles et le faisceau lumineux qui l’avait produit s’écrasa sur la paroi rocheuse de la caverne près de David.

-Courez ! hurla Kavéla en attrapant le poignet d’Alicia qu’elle entraîna vers la ville de verre.

Les autres suivirent. Ils ne regardèrent pas derrière eux pour ne pas perdre de temps. Tout se passa très vite, Kavéla criait des mots incompréhensibles et tous priaient pour qu’aucun projectile n’atteigne leur cible. Heureusement ceux-ci ne touchaient que le sable. Le bruit des armes, qui fusait de partout, leur perçait les tympans.

Au bout cinq minutes, ils arrivèrent à un téléporteur. David refusa de monter.

-Fais-moi confiance ! lui lança la jeune Edenadienne.

-Quoi ? Il n’est pas question de fraterniser avec l’ennemi ! s’indigna le survivant.

-Tous les mêmes, les humains ! Je te l’avais dit, Alicia. L’ignorance rend aveugle.

-Nous avons failli être tués par des bêtes bleues !

-Ils sont ignorants et ces bêtes bleues, comme tu les appelles, vous ressemblent plus que vous ne le croyez. C’est à eux que nous devons notre technologie mais leur capacité de raisonnement n’est pas la meilleure que nous connaissons. L’ignorance fait faire des choses ignobles, tout comme certains hommes de votre histoire !

-Non, si ça se trouve, c’est un piège, protesta le mécanicien.

Emmy le tira brusquement sur la plate-forme et Alicia pria pour ne pas s’être trompée sur le compte de Kavéla et qu’elle ne les avait pas trahis comme l’avait fait remarquer David.
D’un coup le paysage changea. Un vaisseau avait troué la couche de sapin au-dessus de leur tête.

Alicia sentit quelque chose se planter dans son dos au niveau des reins. Elle n’eut pas le temps de crier qu’elle était au sol, face contre terre. La douleur lui paralysait tout le bassin. Le décor tourna comme si elle allait s’évanouir.
Au loin, des murmures disaient : "Elle a oublié le membre suspect de l’équipage." Et d’autres voix chuchotaient : "Elle va être éliminée des candidates." Alicia avait envie de pleurer. Elle s’en voulait de ne pas avoir été assez attentive. Qui l’avait trahie ?

-COUPEZ ! hurla le producteur. On la garde !

Feuilleter le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger la grille
(Fichier PDF - 228.1 ko)