Littératures africaines, une nouvelle époque, de nouveaux enjeux ?

image
Sorbonne - Paris, 1956
© Communauté Africaine de Culture

Du premier Congrès des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne en septembre 1956 au Manifeste des 44 : changement d’époque, nouveaux enjeux ? En tous les cas, une même exigence. Et, à l’évidence, l’émergence d’une nouvelle littérature africaine. Qui prend le monde d’aujourd’hui à bras-le-corps, sans rien oublier du passé.

Lumières noires
De Bob Swaim (52’, 2006)
Il y a 50 ans, une poignée de créateurs noirs revendiquant l’appellation de « Nègres » rassemblaient artistes et écrivains venus de toutes les terres noires du globe. À la tribune, Alioune Diop, Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Richard Wright. Dans la salle, Claude Lévi-Strauss, René Depestre, Édouard Glissant, James Baldwin. Picasso signe l’affiche de la manifestation. Comment et pourquoi un tel événement a-t-il pu voir le jour, comment et pourquoi les autorités de l’époque – de la France de la IVe République à l’Amérique et à l’URSS – ont-elles tout fait pour perturber ce congrès, en dénigrer les conclusions, en étouffer la portée ? Un film rare et indispensable. Pour mieux comprendre les enjeux du présent. Dont débattront à 11 h 30 Alain Mabanckou, Léonora Miano, Abdourahman Waberi, Wilfried N’Sondé, Bessora.

Exposition “1er congrès international des écrivains et artistes noirs”