Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

PAUL Ronald C.

Haïti

Les enfants des cyclones (Le Soupirail, 2014)

Né à Port-au-Prince en 1957, Ronald C. Paul s’est consacré au développement du livre et de la lecture en Haïti ; il a par ailleurs conçu un musée d’art virtuel de la peinture contemporaine.

En 2014, dans le cadre du prix ADELF-AMOPA de la première œuvre littéraire francophone, le troisième prix a été remis à Ronald C. Paul pour son premier roman Les enfants des cyclones. Le prix a été remis par Jacques Chevrier, président et Marie-Neige Berthet, secrétaire générale : « le grand mérite du livre est d’évoquer la violence quotidienne avec colère et pudeur. Les émeutes, les tontons macoutes, les trafics, (...) toutes les déambulations misérables sont énoncées sans pathos. »

Les enfants des cyclones a aussi reçu le Prix Éthiophile 2015, remis par Lilyan Kesteloot et les membres du jury.


Bibliographie :

  • Les enfants des cyclones (Le Soupirail, 2014)
Les enfants des cyclones

Les enfants des cyclones

(Le Soupirail, 2014) - 2014

« La nuit abuse des heures de l’aube. »

« Dans le balancier des cyclones caraïbes, Ronald c. Paul raconte, avec un sens impressionnant des détails, la vie de deux jeunes enfants en Haïti dans un moment bien particulier de notre histoire où tous les rêves d’une génération vont faire naufrage comme emportés par les eaux des grandes intempéries. La force de ce récit c’est d’avoir mis en parallèle deux vies, celles de Willio et de Willia, un frère et une sœur que rien n’aurait dû séparer et, qui, dans leur véhément désir de se rencontrer, malgré les aléas de la vie, sont mus par l’appel profond du sang, peut-être capable de mettre à la raison les lois de la physique. L’écriture de Ronald c. Paul nous restitue à la fois la singularité d’une ville chaotique, Port-au-Prince, et l’agitation démentielle des personnages possédés par les démons de la survie. Voici un très beau roman qui démontre encore une fois la vitalité de la littérature haïtienne. » Gary Victor