Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Bibliothèque

La langue des bêtes

Editions du Rouergue

Au fond des bois, vit une communauté d’anciens membres d’un cirque. Depuis très longtemps ils ne donnent plus de spectacle. Un jour, de grands travaux grignotent le territoire autour d’eux, et on oblige l’enfant de la famille, La Petite, à rejoindre l’école du village.

Dans la continuité de son roman précédent, Le Cœur des louves, Stéphane Servant raconte une fable contemporaine, sur la perte de nos origines primitives, le rapport aux animaux et à la nature dans notre monde contemporain.


Revue de presse

« Tout le roman durant, nous allons suivre leur bataille, à cette enfant sauvage et son entourage un peu marginal et y découvrir de la vie, de la rage, de l’humiliation, de l’humilité, de l’amour, des fêlures, beaucoup de fêlures, de la mort, de la joie, de la force et beaucoup d’imaginaire. Jusqu’à être presque déçu, perdu de refermer le livre. Parce qu’on avait fini par se l’approprier. » La soupe de l’espace

« La langue des bêtes nous entraîne dans une histoire hors normes, hors du temps, déroutante, avec un soupçon de surnaturel et finalement déstabilisante mais tellement attrayante ! » Opalivres

« Si la langue des bêtes est un mystère pour les hommes, celle de Stéphane Servant nous ravit et nous émerveille. J’ai beaucoup aimé son écriture, son intérêt pour la langue et les mots qui transparaît également dans son histoire. Il y a de la poésie, de la fureur, du mensonge, de la beauté, de l’horreur et la vérité…on ne ressort certainement pas indemne d’un roman de Stéphane Servant. » Bob et Jean-michel

La langue des bêtes

La langue des bêtes

Editions du Rouergue - 2015

Au fond des bois, vit une communauté d’anciens membres d’un cirque. Depuis très longtemps ils ne donnent plus de spectacle. Un jour, de grands travaux grignotent le territoire autour d’eux, et on oblige l’enfant de la famille, La Petite, à rejoindre l’école du village.

Dans la continuité de son roman précédent, Le Cœur des louves, Stéphane Servant raconte une fable contemporaine, sur la perte de nos origines primitives, le rapport aux animaux et à la nature dans notre monde contemporain.


Revue de presse

« Tout le roman durant, nous allons suivre leur bataille, à cette enfant sauvage et son entourage un peu marginal et y découvrir de la vie, de la rage, de l’humiliation, de l’humilité, de l’amour, des fêlures, beaucoup de fêlures, de la mort, de la joie, de la force et beaucoup d’imaginaire. Jusqu’à être presque déçu, perdu de refermer le livre. Parce qu’on avait fini par se l’approprier. » La soupe de l’espace

« La langue des bêtes nous entraîne dans une histoire hors normes, hors du temps, déroutante, avec un soupçon de surnaturel et finalement déstabilisante mais tellement attrayante ! » Opalivres

« Si la langue des bêtes est un mystère pour les hommes, celle de Stéphane Servant nous ravit et nous émerveille. J’ai beaucoup aimé son écriture, son intérêt pour la langue et les mots qui transparaît également dans son histoire. Il y a de la poésie, de la fureur, du mensonge, de la beauté, de l’horreur et la vérité…on ne ressort certainement pas indemne d’un roman de Stéphane Servant. » Bob et Jean-michel


Le cœur des louves

Le cœur des louves

Le Rouergue - 2013

Célia et sa mère, une écrivaine à succès en panne d’écriture, reviennent vivre dans la maison de leur grand-mère, morte depuis des années, au cœur d’un village perdu dans les montagnes. Leur retour est mal vécu par certains, comme s’il ravivait de vieilles histoires enfouies. Le cœur des louves est un roman impressionnant, flirtant avec le fantastique pour décortiquer les secrets d’une communauté fermée sur elle-même.


Revue de presse

« Difficile de résister au charme de ce conte vénéneux, dense, addictif, à ce foisonnant roman d’initiation plein de fureur, mais aussi de sagesse. Inutile de vouloir ordonner le chaos du monde, juste écouter la nature et y trouver sa place. Ne pas chercher à tout comprendre. « Le calme et la beauté sont les seuls mystères. » Télérama

« L’écriture travaillée et poétique participe à créer l’atmosphère toute particulière de ce roman. En effet, dès les premières pages, le lecteur est saisi par l’ambiance feutrée et étouffante de ce village prisonnier des montagnes et des secrets. » Lecturejeunesse.org


Boucle d'ours

Boucle d’ours

Didier Jeunesse - 2013

Dans la famille Ours, on se prépare : ce soir c’est le grand carnaval de la forêt ! Papa Ours est déguisé en grand méchant loup, Maman Ours en Belle au bois dormant, et Petit Ours ? En Boucle d’ours pardi ! Papa Ours est dans tous ses états. Les jupes et les couettes, c’est pour les filles, les oursonnes, les femmelettes, les cacahouètes, les hommelettes ! Pourtant, à l’arrivée du Grand Méchant Loup, déguisé en Chaperon Loup, Papa Ours n’en est plus sûr du tout.


Le masque

Le masque

Didier Jeunesse - 2011

Petit frère trouve un masque au coin de la rue, en sortant de l’école. Un masque qui peut le transformer en n’importe quel animal.
Une histoire bouleversante entre rêve et réalité.


Guadalquivir

Guadalquivir

Gallimard Jeunesse - 2009

Frédéric a surmonté l’épreuve du feu. Il fait maintenant partie de la Meute, la bande de skinheads qui sévit dans le quartier, et s’appellera désormais "Croco". Croix gammée, violence, drogue... La rage de Frédéric a de quoi s’exprimer. Mais lorsqu’il apprend que sa grand-mère, Pepita, s’est enfuie de l’hôpital pour revoir une dernière fois sa terre natale, Frédéric la rejoint. Commence alors pour les deux fugitifs un voyage un peu fou à travers l’Andalousie. Sur les traces de ses origines, Frédéric va de mésaventures en révélations, mais surtout, il rencontre Kenza qu’il déteste autant qu’elle lui ressemble...
Le portrait sensible et tout en nuances d’un adolescent à vif qui cherche sa voie.

Un premier roman très visuel qui vous embarque, comme un road-movie, de l’ombre vers la lumière.

Prix Chronos 2010, catégorie 4e/3e.
Prix littéraire départemental des collégiens de l’Hérault 2010.
Prix D’un livre à l’Aude 2010.


Revue de presse

« Des rebondissements inattendus et des personnages à vif, très attachants. Un très bon moment de lecture ! » (Citrouille, juin 2009)

« Des personnages écorchés vifs mais très touchants, une belle quête du sens de la vie, un rythme du récit qui ne faiblit pas » (la revue des livres pour enfants, juin 2008).