Téléchargez Dimanche Ouest France
(Fichier PDF - 2.7 Mo)

Dico des invités

VERTLIB Vladimir

Autriche

Lucia et l’âme russe (Métailié, 2018)

©Philippe Matsas/Opale

Auteur prolifique et multirécompensé, Vladimir Vertlib, nourri par son expérience d’émigré juif russe vivant en Autriche, écrit sur l’exil, l’identité, les cultures multiples. Ses romans, à la structure narrative recherchée, sont servis par un style précis et un goût prononcé pour l’ironie. Il signe en mai Lucia et l’âme russe, critique acerbe et pleine d’humour de Vienne et de ses habitants au bord de la crise de nerfs, entre racisme, gentrification et politiquement correct.

Auteur d’une dizaine de romans et d’essais récompensés de nombreux prix, Vladimir Vertlib est également traducteur et collabore à des revues littéraires.

Né à Saint-Pétersbourg (à l’époque Léningrad) dans une famille juive russe, il émigre avec ses parents et vit successivement en Israël, en Italie, aux Pays-Bas et aux États-Unis avant de s’installer en Autriche en 1981. Son œuvre est ainsi profondément marquée par les thèmes de l’exil et de l’identité, du déracinement, de l’entre-deux culturel. Ses romans, sans nier la réalité, évitent le tragique grâce à son style précis et ironique, ainsi que son goût pour le tragicomique. Aussi passionnants que divertissants, d’une structure narrative recherchée sans pour autant perdre le lecteur, ils sont souvent qualifiés de « grands romans russes. »

Il s’est fait connaître en France avec la parution en 2016 de son quatrième roman, L’étrange mémoire de Rosa Masur, dont la traduction par Carole Fily a été récompensée du Prix Pierre-François Caillé 2017. A travers les souvenirs - plus ou moins arrangés - de Rosa Masur, vieille Juive russe installée en Allemagne, il retrace avec brio et un humour grinçant l’histoire du XXème siècle et l’antisémitisme qui l’a accompagné.

Il signe cette année Lucia et l’âme russe, l’histoire tragicomique de Lucia Binar, vieille dame viennoise, partie en quête d’une employée d’un centre d’appels des services sociaux de la ville qui lui a répondu de manger des biscottes en attendant le retour de ses repas chauds la semaine suivante. Une critique acerbe et pleine d’humour d’une ville au bord de la crise de nerfs, entre racisme, gentrification et politiquement correct.


Le site de l’auteur (en allemand).


Bibliographie

  • Lucia et l’âme russe (Métailié, 2018)
  • L’étrange mémoire de Rosa Masur (Métailié, 2016)
Lucia et l'âme russe

Lucia et l’âme russe

Éditions Métailié - 2018

L’âme russe existe. Elle se cache à Vienne. Impossible de ne pas penser au Maître et Marguerite de Boulgakov.
On ne fera pas croire à Lucia Binar, vieille dame indigne, fan de poésie, que le monde ira mieux quand sa rue des Maures sera rebaptisée rue des Carottes. Elle a bien d’autres chats à fouetter, entre sa clavicule cassée, son propriétaire qui – gentrification oblige – veut la forcer à partir de l’appartement où elle est née et son repas chaud qui n’arrive pas. Quand les services sociaux de la ville lui recommandent de manger des biscottes en attendant la semaine suivante, elle sort de ses gonds et décide de retrouver l’employée pour lui dire ses quatre vérités. En attendant, les ascenseurs ont des comportements irrationnels, les hommes (moitié bachkirs, moitié tchouvaches) préfèrent raconter leur histoire plutôt que faire l’amour, les chauffeurs de taxi se répandent en invectives racistes, et Viktor Viktorovitch propose de découvrir les mystères de nos tréfonds et de pénétrer l’Esprit universel – mais dans quel état en sortira-t-on ?

Avec une incroyable agilité et un sens de l’humour à toute épreuve, Vertlib nous embarque dans une ville au bord de l’explosion, sous le signe de Kafka et Boulgakov. Une critique acerbe et sans concession du politiquement correct et du mythe de l’identité par un grand maître de la narration.

Traduit de l’allemand (Autriche) par Carole Fily.


Revue de presse

  • "Un éclairage satirique des coins les plus sombres de l’âme viennoise." (Austria Presse Agentur)
  • "Vertlib, grand conteur, sait écrire une critique mordante de situations d’une grande actualité." (Tagesspiegel)
  • "Comme dans toutes ses œuvres en prose, Vladimir Vertlib […] parvient à réunir autant d’images impressionnantes." (Der Standard)
L'étrange mémoire de Rosa Masur

L’étrange mémoire de Rosa Masur

Éditions Métailié - 2016

Pour son sept cent cinquantième anniversaire, la petite ville de Gigricht en Allemagne décide de favoriser l’intégration des étrangers : 5000 marks sont offerts à ceux d’entre eux qui auraient quelque chose d’intéressant à raconter. Rosa Masur, quatre-vingt-douze ans, vieille Juive russe à qui on ne la fait pas et dotée d’un sens de l’humour à toute épreuve, se porte candidate. Elle a une anecdote. L’anecdote du siècle.

Ce siècle, justement, elle l’a vécu de bout en bout, avec tous ses coups bas, ses tressaillements, ses révolutions, ses guerres mondiales, ses drames, ses tragédies. Petite Juive dans un village biélorusse où les pogroms ne sont jamais loin, jeune fille émancipée dans la Leningrad des années 20, ouvrière dans une usine textile par moins 20 degrés (à moins 25 le travail en extérieur est interdit), puis employée comme traductrice de l’allemand, directrice de “colonie de vacances” sous les bombes allemandes de l’été 1941... Pendant l’interminable siège de la ville, mère de deux enfants, elle en est réduite à faire du bouillon avec la colle du papier peint, alors que ses voisins dévorent leur canari, ou pire ; après la guerre elle doit batailler avec les pires bureaucrates pour que son fils puisse étudier, l’antisémitisme étant entre-temps revenu à la mode.
Sorcières, apparatchiks, soldats, cannibales, passeurs, commères, tous les personnages du XXe siècle défilent dans une épopée terriblement vivante, menée tambour battant par une femme extraordinaire, drôle, intelligente, et qui n’a pas froid aux yeux. Même face à Staline.

Vladimir Vertlib écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant, qui vous entraîne à sa suite aussi sûrement que le cours de l’Histoire.

Traduit de l’allemand (Autriche) par Carole Fily.


Revue de presse

  • "Rosa (et du même coup l’auteur) nous entraîne dans des zones où l’invraisemblable prend pied dans le réel, laissant le lecteur interdit, mais ravi !" (Jean-Luc Tiesset, En attendant Nadeau)
  • "Un roman solide, à la narration très bien construite, qui, par la vertu de ce témoignage individuel, parvient à faire pénétrer pleinement une période historique, et l’antisémitisme qui l’a accompagnée ; ce n’est pas un mince compliment." (Didier Smal, La Cause littéraire)
  • Son livre est traversé à la fois par le souffle russe et l’humour désabusé de la littérature juive d’Europe centrale. (Frédérique Franchette, Libération)

De l’humour en littérature

Avec Einar Már Guðmundsson, Bernard Quiriny et Vladimir Vertlib - Saint-Malo 2018

Avec Bernard Quiriny, Einar Már Guðmundsson traduit de l’islandais par Éric Boury et Vladimir Vertlib, traduit de l’allemand par Arnaud Prêtre.
Animé par Arnaud Wassmer.