Téléchargez le Dimanche Ouest France
(Fichier PDF - 2.7 Mo)

Dico des invités

MARS Kettly

Haïti

L’Ange du patriarche (Mercure de France, 2018)

(c) Stéphane Haskell

Poète, nouvelliste et romancière, elle est une des figures majeures de la jeune littérature haïtienne. Née en 1958 à Port-au-Prince sous le régime dictatorial de Duvalier, Kettly Mars se lance dans l’écriture au début des années 1990. Elle écrit pour affirmer la vérité et la beauté de son héritage multiculturel, mais aussi pour en dénoncer les travers. Incisive, percutante, elle fait partie de cette génération d’auteurs haïtiens qui portent un regard fin et sans complaisance sur leur île. Son dernier roman Je suis vivant se déroulait un an après le séisme et observait l’évolution de la société haïtienne avec réalisme. Cette fois, fini le réalisme et place au fantastique avec L’Ange du patriarche : un thriller vaudou à couper le souffle digne des plus grands maîtres américains.

Poète, nouvelliste et romancière, Kettly Mars, est une des figures les plus importantes de la littérature haïtienne. Plongeant dans la brutalité des années de dictature, son œuvre tente de comprendre les tendances à l’auto-destruction de son peuple.

Née en 1958 à Port-au-Prince sous le régime autoritaire de Duvalier, Kettly Mars s’est lancée dans l’écriture au début des années 1990. Dès 1996, elle reçoit le premier prix du Concours Jacques-Stephen Alexis de la Nouvelle pour Soleils Contraires. Après son premier roman Kasalé (Imprimeur II, 2003), son deuxième roman, L’Heure hybride est consacré par le Prix Senghor de la Création littéraire en 2006.

Kettly Mars écrit pour préserver ce qu’il y a d’humanité au sein même de l’incohérence. Elle écrit pour affirmer la vérité et la beauté de son héritage multiculturel, mais aussi pour en dénoncer les travers. Incisive, percutante, elle fait partie de cette génération d’auteurs haïtiens qui portent un regard fin et sans complaisance sur leur île.

En 2008, elle publie Fado, un récit qui se présente comme un long poème sur la féminité bafouée et la vie des marginaux. En 2010, Saisons sauvages décrit une période charnière et douloureuse de l’histoire d’Haïti, et tisse ensemble deux histoires : l’intime – le destin de Nirvah et de sa famille, et l’universel – le régime politique dictatorial de Duvalier et ses exactions. Puis elle écrit à quatre mains avec Léslie Péan Le prince noir de Lillian Russell, qui évoque la figure éclatante de l’actrice Lilian Russell, coqueluche du New-York fin-de-siècle et amante d’Henri de Delva, son mystérieux prince noir… Elle publie ensuite Je suis vivant, qui se déroule un an après le séisme, où elle porte un regard réaliste sur la société haïtienne actuelle.
Elle revient cette année avec un roman, L’Ange du patriarche, dont l’action se déroule une nouvelle fois sur Haïti, l’île si chère à son coeur. Après l’inventaire des années Duvalier, la douleur du séisme, l’auteure s’empare du genre fantastique pour nous plonger dans un thriller vaudou à couper le souffle. Peut-être le roman le plus américain de Kettly Mars, pour notre plus grand frisson !


Bibliographie :

  • L’Ange du patriarche (Mercure de France, 2018)
  • Je suis vivant (Mercure de France, 2015)
  • Le prince noir de Lillian Russell, avec Leslie Péan (Mercure de France, Paris, 2011)
  • Saisons sauvages (Mercure de France, Paris, 2010)
  • Fado (Mercure de France, Paris, 2008)
  • Kasalé (Vents d’Ailleurs, La Roque d’Anthéron, 2007)
  • L’Heure hybride (Vents d’Ailleurs, La Roque d’Anthéron, 2006)
  • Feulements et poèmes (Imprimeur II, Haïti, 2001)
  • Mirage-Hôtel (Imprimerie Caraïbe, Haïti, 2002)
  • Un parfum d’encens (Imprimeur II, Haïti, 1999)
  • Feu de miel (Imprimeur II, Haïti, 1997)
L'Ange du patriarche

L’Ange du patriarche

Mercure de France - 2018

Emmanuela ne saurait dire comment mais elle a le sentiment d’un déplacement subtil dans l’ordre physique des choses, comme si chaque objet autour d’elle bougeait, se déplaçait ou penchait juste un peu, un centimètre ou deux, lui enlevant le sentiment de sécurité que lui prodigue de savoir chaque chose strictement à la place qu’elle lui a assignée. Une illusion dérangeante. Le surmenage, peut-être.
Haïti. Lorsque Couz, soixante-dix-neuf ans, convoque sa cousine Emmanuela pour lui raconter de sombres histoires de famille, lui parler d’anges, de démons et d’un karma sauvage, Emmanuela l’écoute à peine, elle considère ces histoires de fantômes et d’esprits vengeurs comme peu crédibles. Pourtant, elle doit bien reconnaître que des choses de plus en plus inquiétantes se passent autour d’elle. Elle commence à avoir peur. Et si les propos de Couz n’étaient pas seulement le fruit d’un esprit dérangé…
Kettly Mars nous entraîne dans une histoire haletante aux nombreux rebondissements, alliant souffle épique et moments d’émotion intense, prouvant que la culture vodoue est une source d’inspiration et un incroyable moteur romanesque.

Revue de Presse

  • Avec « L’Ange du patriarche », roman vaudou urbain, la romancière haïtienne passe en mode thriller d’épouvante. Accrochez-vous ! (Le Point)
  • À travers cette histoire d initiation, de transmission, où la réalité flirte avec les hallucinations, l’intime avec l’histoire collective, Kettly Mars offre des portraits de femmes complexes, puissantes et indépendantes, en première ligne sur tous les combats. Sur toutes les luttes, visibles ou invisibles. (Véronique Rossignol, Livres Hebdo)
  • Après plusieurs romans ancrés dans la réalité de Port-au-Prince, Kettly Mars s’échappe vers le thriller fantastique. Un roman toujours haïtien, mais influencé par les auteurs américains. (…) Une partie de l’histoire se déroule d’ailleurs chez l’Oncle Sam. Mais il n’empêche : on retrouve le style de Kettly Mars, avec cette attention toute particulière portée aux odeurs, aux sensations, aux corps. Un thriller sensuel, en somme. (Gilles Biassette, La Croix)

Je suis vivant

Mercure de France - 2015

Environ un an après le séisme de janvier 2010 et suite à l’épidémie de choléra qui s’est déclarée dans le pays, une famille de la bourgeoisie reçoit l’avis de l’institution psychiatrique qui garde leur fils/frère depuis plus de quarante ans de venir le récupérer car on ferme boutique. Ils ont 48 heures pour reprendre définitivement parmi eux ce quasi inconnu, ce parent parti depuis l’adolescence et dont on ne parlait pas beaucoup dans la famille. Branle-bas de combat chez les Bernier (mais surtout branle-bas dans leurs âmes - celle du "malade" aussi) qui vont revivre, chacun à sa façon, le film des souvenirs, émotions, douleurs, nostalgies, mais aussi vivre les peurs et les bonheurs inattendus que va susciter ce retour. Tout cela se passe sur une grande propriété où vivent plusieurs membres de la famille et leur personnel domestique et c’est aussi l’occasion d’un regard réaliste sur la société haïtienne.


Aux frontières de la soif

Mercure de France - 2013

La mer devenait de plus en plus bleue à la fenêtre de la Jeep. Tatsumi était sereine, en connexion avec le paysage qui filait sous ses yeux. Fito était reconnaissant de sa présence, de son mystère et de sa simplicité. Ils se rendaient compte à quel point ils étaient étrangers l’un pour l’autre. Ils ne se parlèrent pas beaucoup. Fito se concentrait sur sa conduite en même temps qu’il absorbait le paysage, la profusion de vert, le soleil dans les nuages. Et quand ils se parlaient les mots avaient vocation d’explorer, une sorte d’acclimatation, de mise en humeur. Ils allaient au-devant de quelque chose mais ne savaient pas exactement de quoi. Ils sentaient seulement que l’air qu’ils respiraient devenait de plus en plus léger. Haïti, janvier 2011. Fito Belmar est architecte-urbaniste et écrivain. Après le succès de son premier livre, il vit aujourd’hui de ses rentes et mène une existence rythmée par les soirées bien arrosées avec ses amis... Mais il cache aussi un lourd secret : certaines nuits, il se faufile dans le camp de Canaan et approche de toutes jeunes filles que la misère vend au plus offrant. Gigantesque camp de réfugiés créé juste après le séisme de janvier 2010, Canaan est devenu depuis un immense bidonville regroupant quelque 80 000 personnes vivant dans la précarité, la violence et le dénuement. Lorsqu’il accueille Tatsumi, une journaliste japonaise avec laquelle il n’a communiqué que par messagerie électronique, Fito doit jouer l’hôte parfait. Il n’est pas insensible au charme gracile de la Japonaise et un rapprochement amoureux semble possible… Tatsumi saura-t-elle ramener Fito vers une existence plus lumineuse ?


Le prince noir de Lilian Russel

Mercure de France - 2011

J’ai voulu la revoir à ce même restaurant pour recréer la magie de notre première rencontre. J’ai perçu le tremblement au bord de ses cils quand je lui ai dit « je suis revenu pour vous, Lillian… sans vos yeux je meurs ». Je l’ai retrouvée belle, chaque fois plus belle. Les cheveux relevés, ses lèvres rouges comme le sang lui faisaient la peau plus pale. À chaque mouvement de sa tête frémissaient les plumes d’autruche parfumées qui ornent sa capeline. La peau de Lillian me fascine, on la dirait faite de la même matière qu’un pétale de rose.

En mai 1891, Henri de Delva quitte Haïti pour New York : il doit organiser une expédition navale destinée à renverser le gouvernement dictatorial de son pays. Ses commanditaires lui ont confié beaucoup d’argent à cette fin.
À New York, Henri de Delva tombe immédiatement sous le charme de la sublime Lillian Russell, star du music hall qui règne sur le Broadway de l’époque. Pour la séduire, il la couvre de fleurs et de cadeaux somptueux : l’argent destiné à la mission fond rapidement...
Bientôt, le tout-New York bruisse des rumeurs les plus folles. La relation passionnelle de l’actrice et de celui qui se présente comme un mystérieux prince noir défraye la chronique. Les deux amants sont entraînés dans un tourbillon. Cernés par les agents secrets de tous bords, ils doivent aussi affronter la haute société américaine qui ne tolère pas leur amour transgressant tous les tabous.


Saisons Sauvages

Mercure de France - 2010

« Je suis la femme de Daniel Leroy et la maîtresse d’un secrétaire d’État macoute. C’est vrai je suis lâche, j’aurais pu me battre, refuser, crier au scandale. Mais j’aurais été seule, tout à fait seule. Seule face à la peur. J’aurais pu disparaître, me faire torturer et violer, comme il y a quelques années, au tout début de la dictature, cette journaliste, mère de cinq enfants. Maintenant la peur couche dans mon lit, je la baise, lui donne du plaisir, je profite de ses largesses. En me soumettant au secrétaire d’État je garde Daniel en vie. Pour le reste, pour demain, je ne sais rien. »

Port-au-Prince, années 60 : Duvalier et ses tontons macoutes éliminent systématiquement les opposants au régime. Daniel Leroy, rédacteur en chef du principal journal d’opposition, vient d’être enlevé. Pour obtenir de ses nouvelles, son épouse Nirvah se rend chez le secrétaire d’État de la Sécurité Publique, Raoul Vincent. Le redoutable chef de la police est subjugué : pour assurer la survie de son époux et pour protéger sa famille, Nirvah se soumet au désir du fonctionnaire. Devenir la maîtresse officielle d’un homme fort du régime n’a pas que des désagréments. Encore faut-il supporter le regard inquisiteur des voisins et les questions muettes de ses propres enfants…
Kettly Mars décrit une période charnière et douloureuse de l’histoire d’Haïti et tisse ensemble deux histoires : l’intime – le destin de Nirvah et de sa famille, et l’universelle – le régime politique dictatorial de Duvalier et ses exactions.


Revue de presse :

  • « Saisons sauvages est un subtil roman féministe et politique, qui plonge en apnée dans un pays où « personne ne meurt de mort naturelle ». » Le Nouvel Observateur
  • « Une œuvre forte, parfois dérangeante (…) » La Croix
  • « Dans cette écriture de la clarté obscure des consciences où elle excelle depuis L’Heure hybride et Fado, Kettly Mars défait avec beaucoup de maîtrise ces clichés qui constituent l’écran contre lequel se heurte la raison quand elle cherche paresseusement à comprendre. » Culturessud.com
  • Voir l’émission « Un livre, un jour » sur France 3

Le tragique du monde

Avec David Vann, Eka Kurniawan, Kossi Efoui et Kettly Mars - Saint-Malo 2018

Avec David Vann (traduit par Sophie Aslanidès), Eka Kurniawan (traduit par Nathalie Wirja), Kossi Efoui et Kettly Mars
Animé par Claudine Glot


Identité(s) Caraïbe(s)

Avec Kettly Mars, Gisèle Pineau, Miguel Duplan, Romain Cruse. - Saint-Malo 2015

Avec Kettly Mars, Gisèle Pineau, Miguel Duplan, Romain Cruse. Débat animé par Sophie Ekoué


Quand les écrivains submergent les journalistes

Saint-Malo 2010

Avec Lyonel Trouillot, Dany Laferrière, Louis-Philippe Dalembert, Emmelie Prophète, Kettly Mars. Un débat animé par Thierry Leclere.

Quand les écrivains submergent les journalistes

Les spectres du passé

Saint-Malo 2010
Les spectres du passé
Avec Kettly Mars, Jean-Euphèle Milcé et Evelyne Trouillot. Un débat animé par Yves Chemla.