Bibliothèque

Roissy

Sabine Wespieser Éditeur

Sans cesse en mouvement, tirant derrière elle sa valise, la narratrice de ce roman va d’un terminal à l’autre, engage des conversations, s’invente des vies, éternelle voyageuse qui pourtant ne montera jamais dans un de ces avions dont le spectacle l’apaise.
Arrivée à Roissy sans mémoire ni passé, elle y est devenue une « indécelable » – une sans domicile fixe déguisée en passagère –, qui a trouvé refuge dans ce non lieu les englobant tous. S’attachant aux êtres croisés dans cet univers fascinant, où personnels navigants ou au sol côtoient clandestins et laissés-pour-compte, instituant habitudes et rituels comme autant de remparts aux bribes de souvenirs qui l’assaillent et l’épouvantent, la femme sans nom fait corps avec l’immense aérogare.
Mais la bulle de sécurité finit par voler en éclats. Et quand un homme, qui tous les jours vient attendre le vol Rio-Paris – le même qui, des années auparavant, s’est abîmé en mer – tente de l’aborder, elle fuit, effrayée. Comprenant, à sa douceur et à son regard blessé, qu’il ne lui fera aucun mal, elle se laissera pourtant aller à la complicité qui se nouera entre eux.
Magnifique portrait de femme rendue à elle-même à la faveur des émotions qui la traversent, Roissy est un livre polyphonique et puissant, qui interroge l’infinie capacité de l’être humain à renaître à soi et au monde.


  • « […] Dans toutes ces descriptions, l’atmosphère est parfaitement rendue, saisissante, l’écriture précise, détaillée, poétique toutefois, et même lyrique. […] L’émergence de l’espoir et d’une possible rédemption dans cette sombre fresque, âpre socialement et psychologiquement, est la grande réussite de ce roman. Elle laisse le lecteur sur cette idée qu’une fleur peut toujours éclore quel que soit le terrain sur lequel la graine est tombée. » La Croix
  • « Difficile d’oublier Anna, l’héroïne du roman de Tiffany Tavernier. À 51 ans, l’auteure française, fille du cinéaste Bertrand Tavernier, signe sans doute son récit le plus singulier. […] Dans cette intrigue ciselée, Tiffany Tavernier restitue l’univers de ces sans-abri qui vivotent dans les aéroports […]. Une formidable tension règne dans ce récit pétri d’humanité et de pudeur. » Le Parisien Weekend
Roissy

Roissy

Sabine Wespieser Éditeur - 2018

Sans cesse en mouvement, tirant derrière elle sa valise, la narratrice de ce roman va d’un terminal à l’autre, engage des conversations, s’invente des vies, éternelle voyageuse qui pourtant ne montera jamais dans un de ces avions dont le spectacle l’apaise.
Arrivée à Roissy sans mémoire ni passé, elle y est devenue une « indécelable » – une sans domicile fixe déguisée en passagère –, qui a trouvé refuge dans ce non lieu les englobant tous. S’attachant aux êtres croisés dans cet univers fascinant, où personnels navigants ou au sol côtoient clandestins et laissés-pour-compte, instituant habitudes et rituels comme autant de remparts aux bribes de souvenirs qui l’assaillent et l’épouvantent, la femme sans nom fait corps avec l’immense aérogare.
Mais la bulle de sécurité finit par voler en éclats. Et quand un homme, qui tous les jours vient attendre le vol Rio-Paris – le même qui, des années auparavant, s’est abîmé en mer – tente de l’aborder, elle fuit, effrayée. Comprenant, à sa douceur et à son regard blessé, qu’il ne lui fera aucun mal, elle se laissera pourtant aller à la complicité qui se nouera entre eux.
Magnifique portrait de femme rendue à elle-même à la faveur des émotions qui la traversent, Roissy est un livre polyphonique et puissant, qui interroge l’infinie capacité de l’être humain à renaître à soi et au monde.


  • « […] Dans toutes ces descriptions, l’atmosphère est parfaitement rendue, saisissante, l’écriture précise, détaillée, poétique toutefois, et même lyrique. […] L’émergence de l’espoir et d’une possible rédemption dans cette sombre fresque, âpre socialement et psychologiquement, est la grande réussite de ce roman. Elle laisse le lecteur sur cette idée qu’une fleur peut toujours éclore quel que soit le terrain sur lequel la graine est tombée. » La Croix
  • « Difficile d’oublier Anna, l’héroïne du roman de Tiffany Tavernier. À 51 ans, l’auteure française, fille du cinéaste Bertrand Tavernier, signe sans doute son récit le plus singulier. […] Dans cette intrigue ciselée, Tiffany Tavernier restitue l’univers de ces sans-abri qui vivotent dans les aéroports […]. Une formidable tension règne dans ce récit pétri d’humanité et de pudeur. » Le Parisien Weekend
Isabelle Eberhardt, un destin dans l'islam

Isabelle Eberhardt, un destin dans l’islam

Tallandier - 2016

Sa vie est un roman. Quoi de plus libre que la vie brève et intense d’Isabelle Eberhardt ? Née en Suisse en 1877 d’une aristocrate russe et de père inconnu, l’éducation avant-gardiste qu’elle reçoit la conduit à la rébellion, à l’exotisme et à l’aventure. Morte tragiquement à vingt-sept ans, elle connaît toutes les fulgurances et ose tous les tabous. Excessive et idéaliste, scandaleuse et mystique, Isabelle Eberhardt ne se pose aucune limite. Sa vie sera celle de tous les possibles. La jeune fille parle huit langues, dévore les livres et rêve de devenir écrivain. La mode est à l’orientalisme, elle embarque pour l’Algérie et ses grands espaces. Eblouie, la jeune russe, habillée en cavalier arabe, chevauche le désert en se rebaptisant "Si Mahmoud ". Ses aspirations à la beauté, à la paix intérieure sont comblées lorsqu’elle se convertit à l’islam. Mais peu importe les règles de la foi, pourvu qu’elle ait l’ivresse, car Isabelle est une jouisseuse qui fume du kif et enchaîne les conquêtes masculines. Première occidentale initiée soufie, première femme reporter de guerre, l’écrivain dénonce les méfaits d’un certain colonialisme et nous propulse au coeur d’un monde arabe fascinant.


Revue de presse :

  • « L’intérêt de cette biographie fictionnalisée est d’inventer au plus près des livres déjà écrits sur ou par Isabelle Eberhardt en donnant l’illusion de partager ses émois, ses épreuves et ses émerveillements. »
    Christiane Chaulet Achour, Diacritik
  • « Tiffany Tavernier raconte, au plus près du personnage, l’attachement indéfectible au Sahara et à ses habitants, sa quête d’absolu par l’écriture, mais aussi les excès de boissons et toutes sortes de débauches. »
    Nathalie Iris, Mots en marge
  • « Un livre lumineux, éclairé par le destin de cette femme hors du commun. »
    Olivia Phelip, ViaBooks