Quand la peinture inspire le 9e art

BANDES DESSINÉES - CHAPELLE SAINT-SAUVEUR, INTRA MUROS, SAMEDI 8 JUIN À 17H.
image

Là où l’une, la peinture, happe le regard et invite à l’immobilité, l’autre, la bande dessinée, convoque mouve- ments et actions. Quand la première est contemplative et unique – elle enferme le regard qui tournoie dans les limites du cadre –, la seconde, narrative, entraîne le regard de case en case, de pages en pages, dans le sens de la lecture. Là où le peintre joue des surfaces, du geste, des couleurs dans un cadre inscrit, le dessinateur de bande dessinée raconte une histoire découpée en séquences et vise la compréhension immédiate de son trait.

Après avoir restitué avec virtuosité la vie du grand peintre hollandais Rembrandt (Casterman 2015), Typex s’est penché pendant 5 ans sur l’icône américaine du XXe siècle, Andy Warhol, convoquant dans un roman graphique dense Andy, contes de faits (Casterman 2018), tous les acteurs de la culture américaine qui ont gravité autour de la star du Pop Art.

Brecht Evens, qui a choisi de vivre à Paris, parcourt inlassablement la capitale de jour, Paris Vuitton Travel Book 2016 mais aussi de nuit, Les Rigoles (Actes Sud BD 2018), dont il saisit comme nulle autre, dans de somptueuses aquarelles, la vie trépidante, scintillante, électrique.

Quand Hugues Micol ne fait pas de BD, il peint, ou vice versa. Qu’il parte dans une course-poursuite échevelée à la poursuite de l’ultime dessin, Saint Rose (Futuropolis 2019), monument d’autodérision et hommage aux comics de sa jeunesse ou qu’il s’amuse avec les codes du western, Whisky (Cornélius 2018), le plaisir de faire et l’humour sont indéniables.

Souvent exclus, voire internés car considérés comme anormaux, les inspirés ou artistes de la marge sont dotés d’une créativité exceptionnelle, souvent obsessionnelle mais aussi salvatrice. Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg, émus par ces destins hors-norme, donnent la parole à plusieurs d’entre eux – Auguste Lesage, Madge Gill, Le Facteur Cheval, Aloïse, Marjan Gruzewski, Judith Scott – et évoquent avec talent l’étincelle mystérieuse qui anime ces créateurs inclassables : Enferme-moi si tu peux (Casterman 2019).

Handicapé, sourd, Pierre Avézard, le garçon vacher suscite moqueries et railleries. Passionné de mécanique, il saura pourtant créer, à partir de récupérations diverses, une œuvre originale et poétique, connue dans le milieu de l’art brut sous le nom du manège de Petit Pierre. Daniel Casanave au trait et Florence Lebonvallet au scénario, retracent à merveille la vie rurale du Loiret et la naissance d’une œuvre multiforme, œuvre de toute une vie : Petit Pierre – La mécanique des rêves (Casterman 2019).

Depuis de nombreuses années, des éditeurs de bande dessinée collaborent avec les grands musées français, Orsay, Le Louvre, donnant carte blanche à des auteurs. Venise, 1610, en pleine Renaissance italienne, les peintres rivalisent d’inventions. Au fil des pages d’une fiction ultra-documentée, Jean Dytar nous entraîne dans les pratiques des ateliers de la Sérénissime dirigés par les frères Bellini, Giorgione, Titien... Cette année, nous offre également Les tableaux de l’ombre (Delcourt 2019), bande dessinée pour enfants, consacrée aux œuvres mineures du Louvre qui souffrent de leur proximité avec les chefs-d’œuvre, une fiction originale sur le regard.

En avant-première, quelques planches originales de Stéphane Levallois qui après Les disparues d’Orsay (Futuropolis 2018), entre au Louvre sur les pas de Léonard 2 Vinci (Futuropolis septembre 2019).

VISITE GUIDÉE DE L’EXPOSITION EN COMPAGNIE DES ARTISTES, SAMEDI 8 JUIN À 17H.

Portfolio