Dico des invités depuis 1990

MAKUMBI Jennifer Nansubuga

Royaume-Uni

Kintu, traduit de l’anglais par Céline Schwaller (Anne-Marie Métailié, 2019)

© Mark Rusher

Avec son premier roman, l’Ougandaise fait une entrée prodigieuse sur la scène littéraire grâce à l’extraordinaire accueil qu’il reçoit, public comme critique (Prix Transfuge 2019 du meilleur premier roman, prix Windham-Campbell aux Etats-Unis, etc.). Considéré comme un "classique" instantané, Kintu, rend à son pays, comme elle le souhaitait, sa profondeur historique. Mêlant les époques, les lieux, les ambiances avec une force narrative proprement époustouflante, manœuvrant avec souplesse et humour dans les méandres de l’histoire, du mythe, des légendes populaires, déployant un incroyable casting de personnages, tous liés par le sang, tous condamnés, Kintu est un premier roman magistral, foisonnant, un répertoire shakespearien des turpitudes humaines. Dans une langue magnifique, sans céder un millimètre aux bons sentiments, Jennifer Nansubuga Makumbi dresse une épopée terriblement contemporaine, aussi puissante, profonde et impitoyable qu’un fleuve.

Kintu

Kintu

Anne-Marie Métailié - 2019 - 2019

Les malédictions ont la vie dure. Depuis que Kintu, gouverneur d’une lointaine province du royaume du Buganda, a tué accidentellement son fils adoptif d’une malheureuse gifle, en 1750, un sort est lancé sur tous ses descendants, les vouant à la folie, à la mort violente, au suicide.
Et en effet, trois siècles plus tard, les descendants de Kintu semblent abonnés au tragique : Suubi harcelée par sa sœur jumelle qu’elle n’a jamais connue, Kanani, le « réveillé » évangéliste, fanatique mais lubrique, Isaac Newton, torturé par l’idée d’avoir transmis le sida à sa femme et à son fils. Et enfin, Miisi, le patriarche, l’intellectuel éduqué à l’étranger, harcelé par des visions et des rêves où s’invitent l’enfance, les esprits, l’histoire du clan et de la nation toute entière.
Un par un, ils sont appelés par les anciens du clan, dans une forêt aux confins de l’Ouganda, dans une ultime tentative de conjurer le sort.
Mêlant les époques, les lieux, les ambiances avec une force narrative proprement époustouflante, manœuvrant avec souplesse et humour dans les méandres de l’histoire, du mythe, des légendes populaires, déployant un incroyable casting de personnages, tous liés par le sang, tous condamnés, Kintu est un premier roman magistral, foisonnant, inattendu ; un répertoire shakespearien des turpitudes humaines tout autant qu’une formidable plongée dans un pays méconnu.
Dans une langue magnifique, sans céder un millimètre aux bons sentiments, Jennifer Nansubuga Makumbi dresse une épopée terriblement contemporaine, aussi puissante, profonde et impitoyable qu’un fleuve. Et fait une entrée fracassante dans la littérature universelle.


Revue de presse :

  • « La jeune écrivaine ougandaise a écrit « Kintu » avec l’idée de rendre à son pays sa profondeur historique. Elle a réussi. » Le Monde
  • « Kintu est un premier roman magistral, foisonnant, inattendu ; un répertoire shakespearien des turpitudes humaines tout autant qu’une formidable plongée dans un pays méconnu. » France Bleu
  • « Makumbi has here written a multi-generational epic that is equal parts imagination and research. » The Guardian