Feuilleter le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger la grille
(Fichier PDF - 228.1 ko)

Bibliothèque

Maunten

(Au Vent des îles, 2019)

Maunten, montagne en tok pisin, langue véhiculaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

En 1968, le vent de l’indépendance commence à souffler sur la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Léonard, réalisateur anthropologue anglais, est invité par la toute nouvelle université du pays pour réaliser un film sur des tapa (tissus d’écorce) exceptionnels, peints par les femmes d’un village perdu dans les hauteurs de la montagne.

Il est accompagné par sa jeune épouse hollandaise, Rika, qui se lie d’amitié avec un groupe d’universitaires étrangers et de jeunes intellectuels papous. Mais c’est lorsqu’elle rencontre les frères de peau, Jacob et Aaron, que sa vie — leur vie à tous — change pour de bon.

Pourquoi et comment ? C’est ce que leurs enfants Bili et Jéricho tentent de démêler en 2005, trente ans après l’indépendance de ce pays qui a toujours fasciné l’imaginaire européen, en particulier celui des surréalistes, mais qu’ils vont devoir démystifier.

Drusilla Modjeska explore les contradictions du colonialisme et du post-colonialisme, les difficultés à unifier ce pays aux huit-cents langues, et le décalage vertigineux entre fonctionnement coutumier et démocratie occidentale. Elle nous donne à écouter tous les acteurs, sans jamais simplifier.

Revue de presse

  • « En tissant la grande histoire et les histoires personnelles en véritable virtuose, Modjeska a construit un roman complexe, extraordinaire, éblouissant. » The Australian
  • « Maunten (…) s’apparente à un tour de force où Modjeska mêle histoires personnelles et grande histoire pour offrir à la fois un récit d’apprentissage, une réflexion sur la décolonisation et sur le mythe du développement, et la chronique d’un amour — synthèse magistrale » Le Monde Diplomatique
  • « Maunten, fresque magique, représente une main tendue vers l’autre, celui que l’on ne connait pas, dont on a un peu peur, qui rebute. Maunten souffle le chaud qui brûle sur la peau, qui éclaire et obscurcit. », Le JDD
Maunten

Maunten

(Au Vent des îles, 2019) - 2019

Maunten, montagne en tok pisin, langue véhiculaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

En 1968, le vent de l’indépendance commence à souffler sur la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Léonard, réalisateur anthropologue anglais, est invité par la toute nouvelle université du pays pour réaliser un film sur des tapa (tissus d’écorce) exceptionnels, peints par les femmes d’un village perdu dans les hauteurs de la montagne.

Il est accompagné par sa jeune épouse hollandaise, Rika, qui se lie d’amitié avec un groupe d’universitaires étrangers et de jeunes intellectuels papous. Mais c’est lorsqu’elle rencontre les frères de peau, Jacob et Aaron, que sa vie — leur vie à tous — change pour de bon.

Pourquoi et comment ? C’est ce que leurs enfants Bili et Jéricho tentent de démêler en 2005, trente ans après l’indépendance de ce pays qui a toujours fasciné l’imaginaire européen, en particulier celui des surréalistes, mais qu’ils vont devoir démystifier.

Drusilla Modjeska explore les contradictions du colonialisme et du post-colonialisme, les difficultés à unifier ce pays aux huit-cents langues, et le décalage vertigineux entre fonctionnement coutumier et démocratie occidentale. Elle nous donne à écouter tous les acteurs, sans jamais simplifier.

Revue de presse

  • « En tissant la grande histoire et les histoires personnelles en véritable virtuose, Modjeska a construit un roman complexe, extraordinaire, éblouissant. » The Australian
  • « Maunten (…) s’apparente à un tour de force où Modjeska mêle histoires personnelles et grande histoire pour offrir à la fois un récit d’apprentissage, une réflexion sur la décolonisation et sur le mythe du développement, et la chronique d’un amour — synthèse magistrale » Le Monde Diplomatique
  • « Maunten, fresque magique, représente une main tendue vers l’autre, celui que l’on ne connait pas, dont on a un peu peur, qui rebute. Maunten souffle le chaud qui brûle sur la peau, qui éclaire et obscurcit. », Le JDD