Dico des invités depuis 1990

ADJEI-BRENYAH Nana Kwame

États-Unis

Friday Black (Albin Michel, 2020)

© Limitless Imprint Entertainment

Un humour subversif, une imagination cruelle et un réalisme troublant constituent la marque de fabrique de cet écrivain noir-américain, d’origine ghanéenne, distingué comme l’un des cinq meilleurs auteurs américains de moins de 35 ans par la National Book Foundation. Son recueil de nouvelles a eu l’effet d’une petite bombe : mêlant des genres aussi divers que la dystopie ou le fantastique, il dénonce avec une lucidité effarante et absolument cruelle, les inégalités raciales, le consumérisme et les tueries de masse. Un recueil dérangeant qui donne à voir l’Amérique d’aujourd’hui avec une singulière (dés)humanité.

Friday Black

Friday Black

Albin Michel - 2020

Dans les douze nouvelles réunies ici, l’auteur fait vivre à ses personnages, tout à fait ordinaires, des situations extraordinaires qui révèlent avec une effrayante acuité la violence et les injustices auxquelles sont confrontés quotidiennement les Noirs-Américains. On y suit le procès d’un homme blanc qui a décapité cinq enfants noirs à la tronçonneuse sur le parking d’une bibliothèque (il sera acquité), et le parcours d’un jeune homme de couleur qui tente de faire diminuer son « degré de Noirceur » pour décrocher un emploi et se fondre dans la masse. Puis on découvre un parc d’attractions qui fait du racisme une source de divertissement, et un vendeur prêt à tout pour atteindre les objectifs de sa direction, mais qui doit faire face à une véritable scène d’apocalypse lorsqu’il réalise que ses clients sont devenus des zombies…

Mêlant la dystopie, le fantastique et la satire pour évoquer avec un réalisme troublant les inégalités raciales, les tueries de masse et le consumérisme, Friday Black donne à voir avec une effarante lucidité la déshumanisation du monde d’aujourd’hui, et impose son auteur comme une nouvelle voix saisissante.

Revue de presse

  • « L’imagination sans limite de l’auteur, ses idées ingénieuses et sa puissante et infatiguable voix font ce recueil un livre de premier plan. La révélation d’une voix satirique à découvrir d’urgence » Publishers Weekly
  • « Un humour subversif et une imagination cruelle cohabitent dans ces nouvelles avec une intelligence profondément humaine, pour donner à voir dans toute sa violence le cœur divisé de l’Amérique d’aujourd’hui. » Kirkus Reviews
  • « Inquiétant et menaçant, le premier livre de Nana Kwame Adjei-Brenyah est un puissant signal d’alarme nous appelant à redéfinir ce qui reste de notre humanité et à en reprendre possession. » Booklist
  • « Je ne me rappelle pas le dernier livre qui m’a remuée, dérangée et inspirée comme l’a fait Friday Black. Interrogeant les préjugés inconscients du lecteur à travers un narrateur qui chiffre son « degré de noirceur » sur une échelle de 1 à 10, puis créant une expérience mentale à moitié spéculative dans laquelle le racisme est traité comme un passe-temps culture, ces nouvelles sont nourries par un humour satirique qui va aussi loin et fait aussi mal que sa violence brute. » The New York Times Book Review