Bibliothèque

Dictionnaire amoureux des îles

Plon

Un “Dictionnaire amoureux” qui marie l’Odyssée et le plus contemporain de notre actualité, Thomas More et les archipels menacés par le réchauffement climatique. On vagabonde, on rêve, on frissonne, on se souvient. Les îles pourraient bien être chemins de vérité.

Ce n’est pas parce qu’il a bourlingué, du Groenland à la Polynésie, du Japon au Chili, qu’Hervé Hamon est un collectionneur de cartes postales. Et ce n’est pas parce qu’il aime naviguer que les cocotiers et le sable blanc le fascinent.
L’île, avant l’île, c’est le voyage vers l’île. Avec tous les imaginaires inimaginables. Celui du conquérant, de l’exilé ou du migrant, du naturaliste ou du missionnaire, du négrier ou du pirate, celui du déporté, celui de qui se rêve roi d’un monde pur. Celui qui quitte une île pour une autre.
Les îles ne sont pas des navires à l’ancre mais des montagnes émergées, quand bien même elles ne dépassent que de quelques mètres. Elles sont la plaque sensible de notre monde cerné d’eau, elles racontent nos convoitises, nos guerre, nos croyances, nos espoirs. Elles nous parlent d’écologie et de mondialisation autant que de distinction et de solitude.
Pas étonnant que la littérature s’en soit emparée. Melville aux Marquises, Hugo à Guernesey, Tchekhov à Sakhaline, Perec à Ellis Island, Albert Londres à l’île du Diable, Slojenitsyne à Solovki, Dumas à If, Césaire ou Glissant à la Martinique, et ainsi de suite. Ce dictionnaire amoureux va de Fred et de Philémon sur le A d’océan Atlantique, à Robinson sur Juan Fernandez (où Defoe, du reste, n’a jamais mis les pieds).

Dictionnaire amoureux des îles

Dictionnaire amoureux des îles

Plon - 2020

Un “Dictionnaire amoureux” qui marie l’Odyssée et le plus contemporain de notre actualité, Thomas More et les archipels menacés par le réchauffement climatique. On vagabonde, on rêve, on frissonne, on se souvient. Les îles pourraient bien être chemins de vérité.

Ce n’est pas parce qu’il a bourlingué, du Groenland à la Polynésie, du Japon au Chili, qu’Hervé Hamon est un collectionneur de cartes postales. Et ce n’est pas parce qu’il aime naviguer que les cocotiers et le sable blanc le fascinent.
L’île, avant l’île, c’est le voyage vers l’île. Avec tous les imaginaires inimaginables. Celui du conquérant, de l’exilé ou du migrant, du naturaliste ou du missionnaire, du négrier ou du pirate, celui du déporté, celui de qui se rêve roi d’un monde pur. Celui qui quitte une île pour une autre.
Les îles ne sont pas des navires à l’ancre mais des montagnes émergées, quand bien même elles ne dépassent que de quelques mètres. Elles sont la plaque sensible de notre monde cerné d’eau, elles racontent nos convoitises, nos guerre, nos croyances, nos espoirs. Elles nous parlent d’écologie et de mondialisation autant que de distinction et de solitude.
Pas étonnant que la littérature s’en soit emparée. Melville aux Marquises, Hugo à Guernesey, Tchekhov à Sakhaline, Perec à Ellis Island, Albert Londres à l’île du Diable, Slojenitsyne à Solovki, Dumas à If, Césaire ou Glissant à la Martinique, et ainsi de suite. Ce dictionnaire amoureux va de Fred et de Philémon sur le A d’océan Atlantique, à Robinson sur Juan Fernandez (où Defoe, du reste, n’a jamais mis les pieds).

Pour l’amour du capitaine

Seuil - 2015

Un armateur gréco-russe propose, pour se refaire après un mauvais coup, une improbable « croisière pour la planète ». Il y aura un capitaine courageux, un chef mécanicien au langage débridé, une danseuse russe fatale, un théologien libertin – et l’on en passe, on en passe énormément. Les plastiques sont dissimulés sous des boiseries renouvelables, Be-bop, le chef mécanicien, reçoit l’ordre de blanchir sa fumée, et les conférenciers invités parleront de Nature...

Mais le propre des comédies, c’est que le drame n’est jamais loin. Il y aura même une mort tout ce qu’il y a de tragique, il y aura du sexe et des larmes, et la Nature va se venger d’inquiétante manière. D’effroyables affaires, dont on ne saurait ici dévoiler la quintessence, vont se mettre en place, gangrener l’existence apparente, la vie suspendue des croisiéristes en goguette. Le capitaine Shrimp, amoureux transi de Pamela Hotchkiss, va bientôt s’apercevoir que son « paquebot pour la planète » est un lieu de perdition. Pire : le siège d’une banque vraiment offshore… Mais l’orchestre continue de jouer, quoi qu’il arrive. Le Grand Animateur continue d’animer. Et les méchants seront presque punis. Presque…

Un roman jubilatoire au second degré, écrit avec allégresse.


Paquebot

Panama (Ed du...) - 2007

Besoin de mer

Seuil - 1997

Les hommes et la mer

Les cafés littéraires
Avec : BARRAULT Jean-Michel, HAMON Hervé, LARSSON Björn - Saint-Malo 1999

L’ici et l’ailleurs

Les cafés littéraires
Avec : BOURLES Jean-Claude, HAMON Hervé, JAOUEN Hervé - Saint-Malo 1997

Rêveries portuaires

Avec Hervé Hamon, Josiane Gueguen et Damien Roudeau - Saint-Malo 2015


Avec Hervé Hamon, Josiane Gueguen et Damien Roudeau, une rencontre animée par François Bellec


Huis clos sur le vaste océan

Avec Hervé Hamon, Jean-Luc Coatalem et Sylvain Coher - Saint-Malo 2015


Avec Hervé Hamon, Jean-Luc Coatalem et Sylvain Coher, une rencontre animée par Alain Gabriel Monot