Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

NAHAPETIAN Naïri

Iran

Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? (Liana Lévi, 2009)

Naïri Nahapetian
© Sophie Bassouls

Naïri Nahapetian est journaliste et écrivain. D’origine iranienne, elle fuit la révolution islamique et quitte son pays natal pour la France en 1980. Après avoir travaillé comme journaliste free-lance pendant plusieurs années, elle travaille désormais au mensuel Alternatives économiques.
Déjà auteur de plusieurs nouvelles parues dans différentes revues telles que Rue Sainte Ambroise et d’un essai remarqué intitulé L’usine à vingt ans, elle signe aujourd’hui Qui a tué l’ayatollah Kanuni ?, un roman policier sur fond de société iranienne. S’inspirant de son pays natal, dans lequel elle se rend régulièrement, elle souhaite donner de l’Iran une autre image, loin des stéréotypes occidentaux.

In English


Revue de presse Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? :

Le Monde des livres
Humeur vagabonde sur France Inter
RFI
Le Parisien
Politis.fr


Bibliographie :

  • Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? (Liana Lévi, 2009)
  • L’usine à vingt ans (Les petits matins, 2005)

Présentation de Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? :

Téhéran, juin 2005, veille de l’élection de Mahmoud Ahmadinejad. L’ayatollah Kanuni, un juge tout-puissant qui préside depuis 25 ans à la répression des opposants iraniens, est retrouvé assassiné dans son bureau du Palais de justice. S’agit-il d’une revanche des Moudjahedin du peuple ? Ou bien est-ce un nouveau règlement de comptes entre mollahs ? Malgré eux, trois personnages se trouvent mêlés à cette affaire. Narek Djamshid, qui, après avoir quitté l’Iran enfant avec son père pour se réfugier à Paris, rentre pour la première fois dans ce pays. Leila Tabihi, une « féministe islamique » qui tente en vain de se présenter aux élections présidentielles depuis des années. Mirza Mozaffar, ancien politicien, homme public en déclin, mais membre toujours fringuant de la jet set téhéranaise et don juan infatigable.
Ces trois points de vues sur l’Iran structurent ce roman qui nous fait découvrir que les mollahs sont des hommes d’affaires comme les autres, mais aussi que la boisson préférée de la jeunesse iranienne est le Parsi Cola ! L’enquête policière permet de revenir sur la période sanglante qui a marqué l’instauration de la République islamique. Narek éclaircira ainsi les circonstances de la mort de sa propre mère, au lendemain de la révolution de 1979. Enfin, en filigrane, sont évoquées les raisons de la victoire de l’actuel président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Dernier refrain à Ispahan

Liana Lévi - 2012

Interdit de montrer ses cheveux. Interdit de s’habiller sans respecter l’uniforme islamique. Et interdit de chanter en public. Les ayatollahs ne manquent pas d’idées quand il s’agit d’entraver la liberté des femmes. Pourtant, lorsque la grande chanteuse Roxana revient dans la ville de son enfance, après un long exil aux États-Unis, certains de ses airs résonnent encore dans les taxis d’Ispahan. Son projet ? Donner un concert dans lequel se produiront d’autres femmes. Un projet qui ne verra jamais le jour car Roxana sera définitivement réduite au silence. Et elle ne sera pas la seule à subir ce sort… C’est justement à ce moment-là que Narek, un jeune journaliste franco-iranien venu prendre le pouls de la révolte de 2009, rejoint la ville. Cette enquête lui permettra encore une fois de découvrir une facette insoupçonnée de la réalité iranienne.


Qui a tué l’ayatollah Kanuni ?

Liana Lévi - 2009