Dico des invités

MAGNANI Milena

Italie

Le cirque chavire (Liana Lévi, 2009)

Milena Magnani
D-R

Née à Bologne en 1964, diplômée en Sciences politiques et sociales, elle a travaillé comme éducatrice en service psychiatrique avant de se consacrer à l’écriture. Elle publie son premier roman en 1993, L’Albero senza radici (L’arbre sans racines), suivi d’un second en 1996 : Dello volte il vento (Parfois le vent). Puis Milena Magnani se tourne vers le théâtre et le cinéma. Sa pièce Lotta d’Angeli, écrite en 1998, a été montée dans plusieurs théâtres d’Europe. En 2000, elle est l’auteur du film Anarchie : quel che resta de liberté, égalité, fraternité (Anarchie : ce qu’il reste de liberté, égalité, fraternité), finaliste du festival du film de Genève en 2000. Deux ans plus tard elle signe les dialogues du moyen-métrage d’Andrea Adriatico L’Auto del silencio (L’auto du silence).
Le cirque chavire est son premier roman traduit en français.

In English


Bibliographie :

  • Le cirque chavire (Liana Lévi, 2009)

Présentation du Cirque chavire :

Branko le Hongrois, dans ses cartons, transporte un cirque. Alors des grappes d’enfants du campement tsigane où il débarque un soir le suivent comme une ombre. Pour eux, et surtout pour la petite Senija, il raconte l’histoire de la splendeur du Kék Cirkusz, le cirque de son grand-père. Avant que la Seconde Guerre mondiale et son cortège de pogroms et de trahisons ne le réduisent à ces quelques boîtes dérisoires. Il raconte avec la voix fébrile de quelqu’un qui espère avoir assez de temps pour transmettre son héritage. Aussi, quand dans ce bidonville en bordure d’autoroute, il sent par sept fois un poignard le transpercer, il ne peut se résoudre à quitter la scène. Portée par une langue aux multiples accents, à l’image de ce camp rom, Milena Magnani nous livre une épopée moderne, qui parle de mémoire, de transmission et d’espoir pour ces éternels laissés-pour-compte d’une magnifique humanité.

« Lorsque le monde est atroce, le salut peut venir d’un cirque. » Erri De Luca

Le cirque chavire

Liana Lévi - 2009

Un camp rom aux confins d’une ville italienne, en bordure d’autoroute, avec sa langue, ses lois, son chef incontesté… Quand Banko le hongrois y débarque un soir avec son camion, il y est fort mal accueilli. Parce que dans ses cartons il transporte un cirque, les enfants du campement vont s’attacher à lui et le suivre comme une ombre. Jour après jour, il leur raconte la splendeur du Kék Cirkusz, le cirque de son grand-père, et son anéantissement pendant la Seconde Guerre mondiale. S’évadant d’une réalité faite de débrouilles, de drogues et de descentes de police, les enfants écoutent avec émerveillement son histoire. Une histoire de cirque et de guerre, d’acrobates et de camps d’extermination. Mais aussi de tromperie et de vengeance. Car le grand-père, trahi par celui qu’il croyait être son ami, a perdu la vie avec toute sa famille à Birkenau. Ce tragique épisode a été soigneusement tu par l’unique survivant de l’extermination, le père de Branko, qui a caché à son fils, jusqu’à leurs origines. Aujourd’hui pourtant, Branko s’inscrit à nouveau dans la tradition familiale. Alors, il ne veut pas quitter ce monde avant d’être sûr que son héritage a bien été transmis, que la mémoire du cirque sera à jamais conservée. Milena Magnani s’efface pour laisser parler, de ouche à oreille, la voix des infinis narrateurs de ce texte. Elle se fait un plaisir de retranscrire les erreurs des personnages dans leur langue “d’accueil” et de nous faire savourer les sonorités de diverses langues ou dialectes roms. Elle chahute ainsi la langue, celle de tous les jours et celle de la littérature, pour l’ouvrir et en faire un espace d’accueil. La langue à travers son histoire, d’ailleurs, a-t-elle été autre chose ? En s’éloignant du purisme, elle se laisse une liberté, une marge, une licence, qui sont celles de la poésie.

La route est ma patrie

Saint-Malo 2009
Dimanche : - 12h00 - La route est ma patrie
avec Sonia Ristic Lucie Land, Milena Magnani et Fabio Geda

En marge

Saint-Malo 2009
Dimanche : 16h15 - En marge
Jean Rolin, Milena Magnani, Giosuè Calaciura, Eric Miles Williamson. Animé par Nathalie Crom