BELL Madison Smartt

USA

La ballade de Jesse W., Anything goes (Actes Sud, 2009)

Madison Smartt Bell was born in 1957 and grew up on a farm in Williamson County,Tennessee. He graduated from Princeton and now lives in Baltimore – where he also teaches – with his wife, Elizabeth Spires, a poet, and their daughter. Madison Smartt Bell has written a historical trilogy on Haiti describing the decisive period when the island gained its independence in 1804.
After All Souls’ Rising published in 1995 and unanimously hailed by the critics and finalist for the National Book Award and Master of the Crossroads published in 2000, Madison Smartt Bell has returned with a magnificent new book, a biography of Toussaint Louverture.

In French


Bibliography :

  • Freedom’s Gate : A Brief Life of Toussaint L’Ouverture (Pantheon, 2007)
  • Lavoisier in the Year One : The Birth of a New Science in an Age of Revolution (nonfiction) (Norton, released June 13, 2005)
  • The Stone That the Builder Refused (novel, continuation of Master of the Crossroads) (Pantheon, released Nov 9, 2004)
  • Master of the Crossroads (novel, continuation of All Souls’ Rising) (Pantheon, 2000)
  • Narrative Design : Working with Imagination, Craft, and Form (trade paperback edition) (Norton, 2000)
  • Narrative Design : A Writer’s Guide to Structure (textbook) (W.W. Norton, 1997)
  • Ten Indians (novel) (Pantheon, 1996) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1997)
  • All Souls’ Rising (novel) (Pantheon, 1995) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1996)
  • Save Me, Joe Louis (novel) (Harcourt Brace Jovanovich, 1993) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1994)
  • Doctor Sleep (novel) (Harcourt Brace Jovanovich, 1991) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1992)
  • Barking Man (short fiction) (Ticknor & Fields, 1990) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1991) (Quality Paperback Club, 1991)
  • Soldier’s Joy (novel) (Ticknor & Fields, 1989) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1990)
  • The Year Of Silence (novel) (Ticknor & Fields, 1987) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1989)
  • Zero db (short fiction) (Ticknor & Fields, 1987) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1988)
  • Straight Cut (novel) (Ticknor & Fields, 1986) (Penguin mass-market paperback, 1987) (re-issued by Hard Case Crime in 2006)
  • Waiting For The End Of The World (novel) (Ticknor & Fields, 1985) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1986)
  • The Washington Square Ensemble (novel) (Viking Press, 1983) (Penguin Contemporary American Fiction Series, 1984)

Synopsis of Freedom’s Gate : A Brief Life of Toussaint L’Ouverture :

In 1791, Saint Domingue was both the richest and cruelest colony in the Western Hemisphere ; more than a third of African slaves died within a few years of their arrival there. Thirteen years later, Haitian rebels declared independence from France after the first — and only — successful slave revolution in history. Much of the success of this uprising can be credited to one man, Toussaint Louverture — a figure about whom surprisingly little is known.
Toussaint, born a slave, became a slaveholder himself, with associates among the white planter class. Bell demonstrates how his privileged position served as both an asset and a liability, enabling him to gain the love of blacks and mulattoes as "Papa Toussaint" but also sowing mistrust in their minds.
Another of Bell’s brilliant achievements is demonstrating how Toussaint’s often surprising actions, such as his support for the king of France even as the French Revolution promised an end to slavery and his betrayal of a planned slave revolt in Jamaica, can be explained by his desire to achieve liberation for the blacks of Saint Domingue.

La couleur de la nuit

Actes Sud - 2011

De l’initiation sexuelle et criminelle dispensée par les sectes “mansoniennes” à la fin des années 1960, à la réactivation, chez l’une de leurs anciennes adeptes, d’une fascination pour la destruction au moment de l’effondrement des tours du World Trade Center, une variation sur les séductions de la dépravation et de la barbarie, où Madison Smartt Bell, à travers le personnage d’une Médée des temps modernes, convoque les mythes archaïques ayant fait le lit des cultes dionysiaques, pour, entre “terreur et pitié”, cartographier, au temps présent, les ténébreux enfers de la souffrance quand celle-ci se mue en extase de la catastrophe. Une mise en abyme nécessaire à l’heure où la violence tend à modifier les facultés de représentation dont toute civilisation est tributaire. Après sa journée de travail dans un casino planté en lisière du désert du Nevada, où elle côtoie les desperados du jeu et quelques tueurs à gages occasionnels qu’elle méprise, Mae a pour habitude, une fois sa passion pour les viandes outrageusement saignantes assouvie, de regagner sa caravane. D’où elle ressort, fusil en main, afin de se livrer à de nocturnes équipées solitaires dans les paysages désolés et peuplés de coyotes qui forment son environnement immédiat… Depuis la récente attaque contre le World Trade Center, s’est cependant substitué à ce “passe-temps” le visionnage compulsif de vidéos du désastre, Mae ayant reconnu sur l’une d’entre elles le visage convulsé de Laurel, son amour de jeunesse, perdue de vue depuis trente ans. Sur l’incandescente histoire d’amour qui a jadis lié les deux jeunes femmes et sur les expériences extrêmes qu’elles ont partagées au sein d’une secte à la fin des années 1960, Mae, s’adressant au lecteur comme depuis les Enfers, a édifié un mythe aussi personnel que définitif : elle se perçoit comme la descendante en ligne directe d’un culte dionysiaque dont la secte n’a jamais constitué qu’un avatar. En s’imprégnant de souffrance puis en infligeant cette souffrance à autrui (comme elles le firent jadis sous la férule de D., leur gourou) – dit-elle à Laurel qu’elle a enfin réussi à joindre par téléphone – toutes deux se sont à jamais séparées de leur semblables. Mais de tels propos n’atteignent plus une Laurel devenue mère, qui enseigne dans une école privée de New York et a tiré un trait définitif sur ce passé… Face au déni de sa bien-aimée et complice d’autrefois, au fil de scènes troublantes d’intensité et de cruauté, aux limites de l’onirisme, Mae se souvient : après avoir passionnément étanché l’une avec l’autre les pulsions homosexuelles qu’elles se sont découvertes, les deux jeunes femmes ont été les victimes plus ou moins consentantes d’abus sexuels ritualisés au sein d’un groupe fédéré tant par D., le gourou, que par la figure charismatique de O., un musicien révéré par tous les membres de la secte, féminins comme masculins. Jalousie, affects délirants, états seconds et rapports de pouvoir aidant, Mae et Laurel, mettant à contribution les enseignements sanguinaires et orgiaques prodigués par D. à coups de manipulation sexuelle, de télépathie et de substances hallucinogènes diverses, ne tardent pas à rentabiliser l’expérience pour leur propre compte en recourant à une pratique toujours plus décomplexée de la violence – avant de s’entre-déchirer et de mettre en pièces leur propre “association”. La folle insistance de Mae, son fol amour, conduisent bientôt Laurel, qui n’a pas perdu tous ses réflexes d’antan, à mandater un tueur à gages pour éliminer son ancienne compagne. Traquée, Mae abat son poursuivant et s’enfuit dans l’intention de provoquer l’ultime face-à-face avec Laurel, dans les parages de Ground Zero… Dans cette variation très personnelle sur les cultes dionysiaques, Madison Smartt Bell réactive et reconfigure une mythologie plus récente : celle qui accompagna le parcours, de sinistre mémoire, de la “famille Manson” (lequel culmina avec la barbarie de l’assassinat perpétré sur la personne de l’actrice Sharon Tate, épouse de Roman Polanski, alors enceinte d’un enfant, ainsi que sur quatre autres victimes). Portant un regard pénétrant sur le statut de la violence aux Etats-Unis – sur le plan collectif comme individuel – l’écrivain crée, avec Mae, un personnage d’une complexité puissamment inédite, dont le rêve de sanctuaire amoureux aux allures de cauchemar se structure autour de failles psychiques béantes, et d’une aliénation par la souffrance qui l’a radicalement marginalisée et chez qui les images du 11 Septembre exercent un pouvoir de fascination fondé sur un érotisme du carnage et du cataclysme. Depuis son tout premier roman The Washington Square Ensemble (publié en 1983 et inédit en français), Madison Smartt Bell explore la nature de la violence et les séductions de l’anarchie. Son œuvre regorge de personnages d’outsiders et de nihilistes qui incarnent une implacable méditation sur le Mal, laquelle trouve sans doute son aboutissement romanesque avec le personnage de Mae. Au fil de La Couleur de la nuit, Madison Smartt Bell sonde en effet les profondeurs empoisonnées où l’Eros se soutient de la souffrance d’autrui. En explorant une aspiration récurrente de l’homme à se délivrer de sa conscience, à appartenir à un groupe et à suivre des “leaders” susceptibles de sanctifier jusqu’à la dépravation, il met l’accent sur une archaïque propension (bien avant Charles Manson ou les attentats-suicides) à s’adonner à l’ivresse et à la barbarie ritualisées, sous les espèces de cultes mystérieux. De Médée à Orphée, d’Euridyce aux Ménades, le roman convoque, sous d’autres noms et d’autres cieux, les éternels voyageurs au pays du chaos et de la mort, où la destruction crée l’extase et où l’illusion façonne l’enfer au sein d’une fable impressionnante qui parlera aux lecteurs de James Ellroy et de Cormac McCarthy.


Le maître des carrefours

Actes Sud - 2004

Sur la route

Saint-Malo 2009
Lundi : 16h00 - Sur la route
Eric Sarner, Madison-Smartt Bell. Animé par Géraldine Delauney

Leurs Amériques

Saint-Malo 2009
Dimanche : 14h00 - Leurs Amériques
avec Jake Lamar, Madison-Smartt Bell, Richard Lange et Craig Johnson

Musique des lettres

Saint-Malo 2009
Samedi : 14h00 : Musique des lettres
Madison-Smartt Bell, Arni Thorarinsson, Richard Lange, Michel Dintrich. Animé par Jean-Claude Lebrun