Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

JORDIS Tristan

France

Crack (Seuil, 2008)

Tristan Jordis
© D. Gaillard

Après des études de Sociologie, Tristan Jordis, passionné par l’urbanisme et l’architecture travaille un an au ministère des transport et de l’aménagement avant d’essayer tout autre chose : le journalisme. Collaborant à différentes radios associatives, il mène plusieurs interviews. Pourtant, il lui manque encore quelque chose : l’image. Ce qu’il veut, c’est sortir la caméra à l’épaule et enrichir l’audio par le visuel. Alors quand l’opportunité de faire ce qu’il aime vraiment se présente, il se lance dans l’aventure : une plongée au cœur de l’univers des fumeurs de crack du Nord de Paris, un milieu dans lequel il s’est immergé, une expérience dont il est sorti changé.
À l’arrivée, le résultat est bien différent du projet de départ : difficile d’avoir un bon rendu quand tout se passe la nuit, dans l’obscurité. Difficile aussi de filmer jour après jour ceux qu’il côtoie et avec lesquels il sympathise. Au final, Crack n’est pas un reportage, c’est un livre, un ovni, situé quelque part entre le documentaire, le roman et l’enquête sociologique, un ouvrage vrai, bien loin de ce que l’on peut lire dans tout bon manuel universitaire.



Lecture de Crack par Tristan Jordis sur Libération


Revue de presse Crack :

Le Monde
Les Échos
La Croix
Le Figaro


Bibliographie :

  • Crack (Seuil, 2008)

Présentation de Crack :

La nuit, dans le Nord-Est parisien, existe un univers dont quelques habitants insomniaques entendent parfois la rumeur mais dont la réalité demeure secrète. Minuit, Porte de la Chapelle, une curieuse faune commence à s’agiter. Visages bigarrés, l’œil aussi alerte que les vampires avant leur festin, les toxicomanes s’emparent du monde endormi et préparent leur envol. Aucun intrus ne se hasarderait à pénétrer dans cette sphère car le but qui domine ces damnés s’appelle le crack. Rien n’y résiste, c’est inscrit, chaque balafre, chaque main qui manie frénétiquement son cutter, chaque regard acéré le crie avec toute la violence d’un mal incurable.
Tristan Jordis, un jeune réalisateur de documentaire, tente une immersion dans ce milieu afin de réussir un film choc. À mesure que des liens se créent, il découvre la souffrance et la force de ces gens qui ne vivent qu’au rythme de la « galette » (dose de crack). Malgré tous ses efforts, la brutalité des situations ne lui permet jamais de filmer cette ronde macabre qui l’absorbe lentement. Trop impliqué pour renoncer, la folie de ce monde commence à le gagner. Il ne lui reste alors que l’écriture comme remède. Sans relâche et sans concession, il va rendre honneur à ces parias pour tout ce qu’il apprendra d’eux sur les ténèbres de la nature humaine.
Grâce à une langue magnifique où les dialogues donnent un rythme puissant, on plonge aux côtés de Souleymane, Rasta ou Serge dans un univers fascinant, insoupçonné, beau et violent.