Téléchargez le Dimanche Ouest France
(Fichier PDF - 2.7 Mo)

Dico des invités

VITALI Andrea

Italie

Avec les Olives ! (Buchet Chastel, 2009)

Andrea Vitali
D-R

« Au commencement était l’écriture. » Ainsi Andrea Vitali débute-t-il son autobiographie. Dès l’enfance il veut écrire. Pas de journal intime, ni de poèmes gardés secrètement, non, il conçoit l’écriture comme une expérience de partage, espérant que chacun puisse lire ce qu’il écrit. A Bellano, sur les rives du Lac de Côme où il est né, sa première expérience de partage est aussi son premier amour à qui il envoie des lettres passionnées et nombreuses. La belle lui préfèrera un type plus terre à terre, moins épistolier, mais pourvu d’une motocyclette. Remis de cet échec amoureux, et parvenu au lycée, il cherche quoi faire de cette nécessité d’écrire qui l’habite et décide de se tourner vers le journalisme, reste à convaincre son père du bien fondé de la décision…
Il prépare son meilleur discours, présente sa vocation avec cœur et passion et le seul mot que le paternel laisse échapper est « non ». Sa carrière de journaliste s’arrête là. Et, continuant ses études, Andrea Vitali devient médecin généraliste.
Mais c’est à ce père, peu bavard et simple qu’il attribue malgré tout sa carrière de romancier. Parce que l’habitude paternelle de se coucher tôt afin de lire tard sous les couvertures, le fils la reçu également, et a compris qu’aussi simple que deux et deux font quatre, son besoin d’écrire ne s’épancherait que dans le roman. C’est encore à son père, racontant ses souvenirs de la guerre sur la terrasse les soirs de printemps après le dîner, dans l’odeur médicamenteuse et entêtante qui remonte des eaux noires du Lac de Côme, qu’il emprunte le sujet de son premier roman, Il procuratore. Nous sommes en 1988, et c’est le point de départ d’une carrière de romancier qui l’a mené a devenir, aujourd’hui, l’un des romanciers les plus populaires d’Italie. Son roman, La folie du Lac, paru en 2006, obtient le Prix Biancarella, remis par 200 libraires de la Péninsule et s’est écoulé à plus de 160000 exemplaires !
Plongeant dans les souvenirs de ses tantes Rosina, Eufrasia, Mirandola, Colomba etc, etc (la liste est longue) qui toutes ont partagé des histoires avec lui depuis qu’il est enfant, Andrea Vitali est devenu raconteur, à la manière d’un Fellini, avec verve, humour et tendresse, il conte cette Italie un peu folle, fantasque et amoureuse du siècle dernier.


Bibliographie :

  • Avec les Olives ! (Buchet Chastel, 2009)
  • La Folie du lac (Buchet Chastel, 2008, trad. Françoise Brun)

Présentation de Avec les olives ! :

Dans ce roman, qui, comme La folie du lac, se situe à Bellano, sur les rives du lac de Côme, au cœur de l’Italie provinciale, dans les années 30, Andrea Vitali donne vie avec beaucoup d’humanité à une ribambelle de personnages : un expert chasseur, nommé Il Crociati, Luigina Piovati plus connue sous le nom de l’Uselanda, Eufrasia Sofistrà, qui lit le destin des autres et le sien, une vieille fille qui joue du piano pendant que Mussolini conquiert l’Afrique... Et surtout quatre casse-cous, tes les "Vitelloni" de Fellini qui viennent mettre un peu d’animation dans Bellano sur les rives du lac ; et puis il y a la pâle et frêle Filzina, sœur de l’un d’entre eux, secrétaire modèle, qui se consacre à ses heures perdues à des œuvres de charité et qui finira, comme toutes les héroïnes d’Andre Vitali par nous étonner...
Elle est tombée amoureuse d’un homme qui ne plaît pas à son frère et qui porte en lui un secret sulfureux évoqué dans le titre et qui ne sera connu de tous qu’après la nuit de noces... Ce secret risque de mettre en péril l’honneur de toute une famille qui remue ciel et terre pour tirer son épingle du jeu. Mais il y a aussi naturellement les personnages truculents qui ont déjà fait leur apparition dans La folie du lac : le maire et son épouse, Dilenia Settembrelli, le maréchal, les gendarmes, le capitaine Ernesto Maccado, sans compter les chats et les pigeons de Bellano qui jouent aussi un rôle important et semblent humer l’air du lac, comme pour mieux souligner la comédie humaine qui se trame sous leurs yeux.
On y retrouve la même verve que dans La folie du lac et le même portrait d’une Italie vraie et profonde qu’on a plaisir à retrouver, parce que c’est celle - immortelle dans les esprits - qu’on aime.

Présentation de La folie du Lac :

Sur les rives du lac de Côme, la petite ville de Bellano est en pleine effervescence car son maire, Agostino Meccia, vient de prendre la décision de poursuivre un projet aussi moderne qu’extraordinaire : il veut relier Côme à Bellano et à Lugano par une ligne triangulaire et révolutionnaire d’hydravions qui fera baver d’envie les communes avoisinantes. L’idée est glorieuse en cette calme et fascisante année 1931, mais un tel investissement ne va-t-il pas grever les caisses de la cité ? Et l’hydravion est-il si sûr ? Quant à la fille unique de Meccia, Renata, hier encore une petite fille, devenue subitement si fantasque, ne cache-t-elle pas quelque nouveau caprice ? La Folie du Lac, saga truculente de Bellano, avec ses amours et ses scandales, ses vices et son curé, ses rêves de modernisme et ses ragots, traverse les générations et nous emporte avec le sourire et à vive allure au cœur de cette Italie que nous aimons tant.

Avec les olives !

Buchet Chastel - 2009

Conteurs, raconteurs

Saint-Malo 2009
Dimanche : 11h45 - Conteurs, raconteurs
Steve Toltz, Andrea Vitali, Bernard Giraudeau. Animé par Jean-Claude Lebrun