Salle Maupertuis : figures de l’engagement

image
Atiq Rahimi
© Hélène Banberger

« Engagement » : le mot fait peur, qui rappelle un temps où les écrivains trop souvent se mettaient au service d’une idéologie. De cet engagement là, Louis Guilloux en avait analysé tous les pièges, tout en maintenant très haut l’exigence d’une littérature soucieuse du monde, comme le montre le très beau film Louis Guilloux l’insoumis, de Roland Savidan et Florence Mahé, projeté à 10h00, qui précédera un débat sur « littérature et engagement » avec Duong Thu Hong qui publie un superbe livre sur Ho Chi Minh, Kjartan Flogstat qui vient d’écrire sur les ouvriers d’une usine norvégienne, Atiq Rahimi, prix Goncourt 2008, Alain Dugrand auteur d’une magnifique biographie de Willi Müzemberg l’artiste-résistant qui défia Hitler comme Staline et Bernard Chambaz, récent prix Louis Guilloux pour Yankee.

Aravind Adiga
© Akash-Shah

« Dire le monde » : ils le font, et avec quelle force ! Annonciateurs du monde qui vient dans sa complexité et ses dérèglements : « le monde qui vient », à 14 h 00 avec Édouard Glissant, Amin Maalouf, Aravind Adiga et Breyten Breytenbach.

Biyi Bandele
©Jerry Bauer

« Romans historiques » le qualificatif est généralement péjoratif — mais quand l’histoire apparaît comme une dimension romanesque du présent ? Pour penser comme pour voir il arrive que trop de proximité nuise… Avec Biyi Bandele, Jean-Marie Blas de Roblès et Jean-Marie Laclavetine, à 15 h 45.