Le Printemps des voyageurs

image
Chasseur de miel, d’Eric Valli

Belle moisson de nouveau cette année. De récits comme de films de très grande qualité. Une nouvelle génération d’écrivains-voyageurs s’affirme, et quelques grands des générations précédentes signent de superbes livres. Temps aussi des hommages. À Jean Malaurie (magnifique portrait par Michel Viotte, réalisateur également d’une Route du blues très réussie en deux parties, dont une inédite). À Olivier et Danielle Föllmi, qu’on ne présente plus. À Eric Valli, par une exposition et deux films de légende. À signaler également : trois beaux films présentés dans le cadre de l’année France-Russie 2010 : Niarma d’Edgar Bartenev, Bienvenue à Enurmino d’Aleksey Vakhrushev, de Svetlana Stasenko.

Un après-midi Grand Nord : projections et rencontres

Dimanche 23 mai à partir de 14h au Théâtre Chateaubriand

  • 14h : Les cinquante ans de Terre Humaine.
    Un portrait de Jean Malaurie par Michel Viotte suivi d’une rencontre à 15h00 avec le créateur de la collection Terre humaine, défenseur des peuples du Nord, président d’honneur de l’Académie polaire de Saint-Pétersbourg.
  • 15h45 : Bienvenue à Enurmino
    Un film d’Aleksey Vakhrushev (60’) tourné sur la péninsule Tchoukotka, où tentent de survivre les derniers descendants des Tchouktes.
  • 16h45 : Rencontre
    Avec Ereimei Aïpine, Nicolas Maslov, Vassili Golovanov, Colin Thubron et Marc-Henri Picard sur cette « autre Russie »
  • 17h45 : La saga des Khantys
    En partenariat avec les éditions Paulsen, projection en avant-première, de la grande fiction tirée du roman d’Aïpine, sur le massacre par les Soviétiques de cette ethnie.

Cinéma

Vent de sable, femme de roc
Nathalie Borgers (France 5, 2008, 85’)

Samedi 22 mai, 18h30, auditorium du Palais du Grand Large / rediffusion lundi, 14h30 Vauban salle 4

Vent de sable, femme de roc, de Nathalie Borgers

Chaque année, France 5 nous propose au grand Auditorium un film exceptionnel : celui-ci, bouleversant, ne déroge pas à la règle !
Les Toubous sont des pasteurs nomades, voisins des Touaregs. Leur domaine  : le Sahara. Chaque été, les femmes effectuent seules un voyage de quatre mois. Armées de poignards, avec leurs enfants, elles marchent vers le Nord, jusqu’aux oasis au-delà du Grand Erg de Bilma pour récolter les dattes, avant de traverser le Sahara en sens inverse, vers le marché de N’Guigmi, à la frontière du Tchad et du Nigeria. Un trajet de 1500 km effectué en trois semaines. Avec le produit de la vente des dates, un foyer nomade peut survivre pendant un an. Ce voyage périlleux est pour ces femmes leur espace de liberté auquel elles tiennent par dessus tout.


Parmi les auteurs à découvrir :

- Alain Borer
Le Ciel et la Carte (Seuil, 2010)

Poète, critique d’art, essayiste, romancier, dramaturge, écrivain-voyageur, spécialiste mondialement reconnu d’Arthur Rimbaud, il nous donne ici le récit de son voyage à bord de la Boudeuse en forme de farce hilaro-tragique. Alain Borer est membre du jury du Prix Nicolas Bouvier.

- Alix de Saint-André
En avant, route ! (Gallimard, 2010)

Impertinente et espiègle, iconoclaste et rieuse, elle manie la langue avec insolence et vagabonde avec malice par les chemins de Compostelle.

- Érik Orsenna
L’entreprise des Indes (Stock, 2010)

La mer et l’Afrique sont les passions de ce grand navigateur. Écrivain et académicien, il nous invite à une promenade aux temps des grandes découvertes, en compagnie de deux frères, Barthomomeu et Christophe Colomb.

- Colin Thubron, Prix Nicolas Bouvier 2010
En Sibérie (Hoëbeke, 2010)

« Ici, des grues blanches dansent dans le permafrost ; là, une grande ville flotte, perdue, parmi des fragments de banquise à la dérive ; là-bas des mammouths sommeillent sous les glaciers. Ailleurs, peut-on craindre, les terreurs du Goulag continuent secrètement… » C’est sans conteste le plus grand «  travel writer » vivant, qui signe ici un chef d’œuvre. Colin Thurbon est cette année le lauréat du prix Nicolas Bouvier, décerné chaque année à Saint-Malo par ses amis écrivains, autour d’Eliane Bouvier, à la mémoire de l’auteur de L’Usage du monde, Le Poisson-scorpion, Chroniques japonaises, qui auront illuminé et continuent d’illuminer leurs lecteurs.