Dico des invités depuis 1990

PLANTU

France

100 dessins pour Haïti (Casterman, 2010)

Biographie

Jean Plantureux dit Plantu, est né en 1951 à Paris. Il obtient son Bac en 1969 au Lycée Henry IV et, animé par sa passion, il décide de partir à Bruxelles apprendre le dessin à l’école Saint-Luc, animée par des dessinateurs proches d’Hergé. De retour à Paris, Plantu travaille en tant que dessinateur pigiste. Ses dessins sont publiés dès 1970 ; il crée des illustrations pour Bonne Soirée, Pariscope, Télé 7 jours, Vingt ans, Génération, l’Étudiant et bien sûr, Le Monde. Le 1er octobre 1972, Bernard Lauzanne, rédacteur en chef du Monde, publie le premier dessin de Plantu, sur la guerre du Vietnam. En 1974, Claude Julien, directeur du Monde diplomatique, propose à Plantu de publier ses dessins. De 1980 à 1985, il dessine la Une du journal Phosphore. De 1981 à 1987, Plantu participe régulièrement à l’émission « Droit de réponse » diffusée sur TF1, jusqu’au jour où Francis Bouygues, propriétaire de la chaîne, licencie l’équipe de Michel Polac. 1985 marque un tournant dans sa carrière : André Fontaine, directeur du Monde, impose un dessin quotidien de Plantu à la Une du journal pour « rendre sa place à la tradition française des dessins politiques ».
Depuis 1991, il collabore avec l’hebdomadaire L’Express qui lui consacre chaque semaine l’intégralité de sa troisième page.

En 1991 et en 2002, deux thèses doctorales lui sont consacrées : « Les implicites culturels chez Plantu » par Maguy Pothier à la Sorbonne et « La signification politique des dessins de Plantu (1972-2000) » par Rémi Pézerat à l’Université Nancy-II.

De nombreux prix ont été décernés à Plantu, entre autres les prix de la fondation Mumm en 1988, prix de l’humour noir en 1989 ainsi que le prix international de la caricature Gat Perich en 1996. En 2007, il reçoit le deuxième prix ONU de la caricature de l’année (Jury : Kofi Annan et Elie Wiesel).

À la demande de la Poste, il réalise un timbre en 1998, au profit de l’association Médecins sans Frontières. La même année, l’Unesco publie plusieurs dizaines d’éditions étrangères illustrées par Plantu pour célébrer le 50e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’homme. En 2005, la Poste choisit ses dessins pour les timbres édités qui commémorent le 60ème anniversaire de la libération des camps de concentration émis le 24 avril 2005, jour du souvenir des déportés en France.

Plantu organise de nombreuses expositions : Rio de Janeiro (1986), Iran, Sri Lanka, Haïti, Japon (1989), Côte d’Ivoire (1994), Argentine, Soudan, Mexico (1996), Cameroun (2000), Turquie (2001), Grèce, Chili, Qatar, Égypte (2006), Slovénie (2005), etc. et ses dessins font l’objet de nombreuses publications.
En novembre 1991, lors d’une exposition de ses dessins à Tunis, Plantu rencontre Yasser Arafat et l’invite à réagir à ses dessins. Yasser Arafat dessine lui-même l’étoile de David du drapeau israélien sur un dessin de Plantu qui obtient le Prix du document rare au Festival du Scoop d’Angers. Le film de la rencontre est diffusé sur France 2. Une autre rencontre organisée à Jérusalem, offre l’opportunité à Plantu de dessiner avec Shimon Pérès. Pour la première fois, sont apposées sur un même dessin les signatures du numéro un de l’OLP et du leader de la diplomatie israélienne, un an avant les accords d’Oslo de 1993.
En 2005, lorsque les dessinateurs danois transgressent un interdit religieux en portraiturant Mahomet, la communauté musulmane perçoit cela comme un affront. Plantu s’interroge, car si « l’art dépasse tous les interdits, il faut être respectueux dans l’irrespect. » Avec Kofi Annan, alors secrétaire général à L’ONU, il organise un rassemblement de dessinateurs de presse internationaux, en 2006 à New York sur le thème « Désapprendre l’intolérance ! », animé par douze des plus grands dessinateurs de presse du monde entier. De cette initiative va naître l’association pour la fondation Cartooning for Peace en 2008, présidée par Plantu, dont le but est d’organiser des expositions, des rencontres partout dans le monde autour du thème de la paix.
Depuis, Cartooning for Peace à organisé des expositions à Atlanta, Rome, Wellington (Nouvelle-Zélande), Paris, Caen (Mémorial de la Paix). Les prochaines expositions manifestations auront lieu à Boston, Bogota et La Réunion.

Visiter le site internet de Plantu.


Bibliographie :

  • 100 dessins pour Haïti (Casterman, 2010)

Pour connaître les nombreuses publications de l’auteur, rendez-vous sur le site de l’auteur.


Présentation de 100 dessins pour Haïti

Né de la tragédie de janvier dernier, ce livre collectif rassemble, sur 200 pages en noir et blanc, des illustrations réalisées par une large communauté de dessinateurs venus de tous les horizons : auteurs de bande dessinée français et étrangers comme, Loisel, Charles Masson, Bastien Vivès, José Muñoz, Baru, Isabel Kreitz, Christian De Metter, mais aussi dessinateurs de presse internationaux de l’association présidée par Plantu Cartooning for Peace, et beaucoup d’autres. Des écrivains sont également investis dans le projet, autour de trois auteurs qui avaient en projet de créer une déclinaison haïtienne d’Etonnants Voyageurs : Lyonel Trouillot et Dany Laferrière, tous deux haïtiens, et le français Michel Le Bris, qui était dans l’île au moment du tremblement de terre. Le livre entend réfuter l’idée, largement véhiculée à la suite de la catastrophe, que Haïti serait une île maudite.