Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

PAGE Martin

La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique (éditions de l’Olivier, 2010)

Biographie

Né en 1975, Martin Page passe sa jeunesse en banlieue sud de Paris. Son premier roman, Comment je suis devenu stupide, est publié en 2001. Suivront, au Dilettante, La Libellule de ses huit ans (2003), On s’habitue aux fins du monde (2005). Peut-être une histoire d’amour paraît en 2008 aux éditions de l’Olivier. Auteur d’un livre sur la pluie, il écrit également pour la jeunesse à l’Ecole des Loisirs (Conversation avec un gâteau au chocolat, Je suis un tremblement de terre…). Ses livres sont traduits dans une quinzaine de pays.
Il obtient en 2010 le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs pour son nouveau roman La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique.


Bibliographie

Romans

  • La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique (L’Olivier, 2010)
  • Peut-être une histoire d’amour (éditions de l’Olivier, 2008 ; Point Seuil 2009)
  • De la pluie (essai) (éditions Ramsay, 2007)
  • On s’habitue aux fins du monde (Le Dilettante, 2005)
  • La libellule de ses huit ans (Le Dilettante, 2003)
  • Une parfaite journée parfaite (éditions Mutine, 2002 ; Point Seuil)
  • Comment je suis devenu stupide (Le Dilettante, 2001)

Jeunesse

  • Traité sur les dragons pour faire apparaître les miroirs
  • Je suis un tremblement de terre
  • Conversation avec un gâteau au chocolat (dessins de Aude Picault)
  • L’invention d’un secret (Juke-box, collectif)
  • Le garçon de toutes les couleurs

spip_logoPrésentation de La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique : Prix Ouest France Etonnants Voyageurs 2010
« Par nombre de traits de caractère, de choix et de positions, je me place hors du cours normal des choses. Ce qui s’est produit lors de la semaine suivante procède donc d’une certaine logique. » Mathias, l’« homme de l’ombre » qui rédige depuis douze ans les discours du maire de Paris, doit rencontrer Fata Okoumi, une femme d’affaires africaine grièvement blessée par un policier auquel elle refusait de présenter ses papiers d’identité. Il s’est vu confié par le maire le soin d’apaiser la colère de la victime et d’imaginer le moyen de réparer l’offense. Mais est-ce vraiment le hasard ou une certaine logique qui conduit Mathias à s’attacher déraisonnablement à sa mission ? Et à vouloir ardemment exaucer le dernier souhait de Fata Okoumi – quand ce souhait est de faire disparaître Paris ?
Martin Page est passé maître dans l’art d’inventer des histoires insensées et de les raconter avec le plus grand réalisme. Cette alliance des contraires est au coeur de l’écriture de ce roman sombre et vivant, mélancolique et idéaliste, porté par sa promesse inaugurale : accompagner chaque disparition d’une renaissance.


L’apiculture selon Samuel Beckett

L’Olivier - 2013

Lorsqu’il est chargé par Samuel Beckett de classer ses papiers, un jeune doctorant en anthologie décide de tenir le journal de cette expérience. C’est en effet un Beckett aux facettes insoupçonnées qu’il retrouve chaque jour : un gourmand amateur de chocolat chaud, un original à la garde-robe extravagante, un joueur de bowling, un apiculteur passionné et un écrivain facétieux pour lequel il va jusqu’à fabriquer de fausses archives. Toutefois l’apiculteur pourrait bien être Martin Page lui-même qui, tel un alchimiste, fait son miel de cette rencontre. Au-delà du portrait désopilant d’un homme dont la clairvoyance se traduit en humour - ou l’inverse -, L’Apiculture selon Samuel Beckett propose une réflexion sur l’image de l’écrivain, sa construction, l’utilisation de son œuvre. Ainsi, les échanges qu’il imagine entre Beckett et Jan Jonson (en 1985, ce metteur en scène suédois monta En attendant Godot avec des prisonniers qui profitèrent d’une tournée pour s’évader) constituent une irréfutable démonstration des capacités de résistance d’une œuvre.

Rencontre avec Martin Page, lauréat du prix Ouest France

Saint-Malo 2010
Avec Martin Page et Hervé Bertho du journal Ouest France.