Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

OTSIEMI Janis

Le chasseur de lucioles (Jigal, 2012)

Biographie

À la fois piquant, cru et inventif, le roi du polar gabonais prend un malin plaisir à mettre son pays "face à ses tares les plus méprisables". Né en 1976 à Franceville dans la province du Haut-Ogooué au Gabon, Janis Otsiemi vit et travaille à Libreville. Il a publié plusieurs romans, poèmes et essais au Gabon où il a reçu en 2001 le Prix du Premier Roman Gabonais pour Tous les chemins mènent à l’Autre.

En premier lieu, c’est pour ses copains du quartier qu’il a décidé d’écrire du polar... Son style ? Urbain, social et très direct, « gabonismes » compris ! Passionné de cinéma et de football, qu’il pratique assidûment, lecteur vorace, Janis Otsiemi remplit sa bibliothèque de romans hétéroclites comme ceux de Le Clézio, ADG, Abasse Ndione, Deon Meyer ou Jean-Claude Izzo. En 2010, il reçoit le Prix du Roman Gabonais pour La vie est un sale boulot, également nominé pour le Prix Continental.

La bouche qui mange ne parle pas (2010), une rapsodie sur fond de corruption dans un Libreville contemporain plutôt explosif, reçoit un accueil plus que positif de la presse : pour Libération Janis Otsiemi est "l’écrivain gabonais qui fait des bébés à la langue française".

Dans son dernier roman Le chasseur de lucioles, paru en 2012, Janis Otsiemi trouve le ton exact pour rendre l’ambiance des bas-fonds de Libreville, et signe un polar pimenté et déjanté.


Bibliographie :

  • Le chasseur de lucioles (Jigal, 2012)
  • La Bouche qui mange ne parle pas (Jigal, 2010)
  • Patience Dabany, le rythme dans le sang (Edilivre, 2010)
  • Femmes de pouvoir du Gabon (Mon Petit Éditeur, 2010)
  • Léon Mba, père de la nomenklatura gabonaise (Edilivre, 2009)
  • La vie est un sale boulot (Jigal, 2009)
  • La faute à l’Autre (Edilivre, 2009)
  • Guerre de succession au Gabon : les prétendants (Edilivre, 2009)

Présentation de Le chasseur de lucioles :

À Libreville, une prostituée est découverte sauvagement assassinée dans un motel de la périphérie. Les agents de la PJ - de fidèles abonnés des bordels de la capitale - pensent tout d’abord à un crime de rôdeur... Quand une seconde fille est retrouvée égorgée dans un autre hôtel du quartier, les policiers sont encore loin d’imaginer qu’ils ont affaire à un client bien décidé à nettoyer la ville de toutes ses lucioles... Celui qui te veut du mal la nuit a commencé à t’en vouloir le jour. C’est dans ce climat de psychose générale que les gendarmes de la DGR enquêtent de leur côté sur le braquage d’un fourgon de la Société Gabonaise de Sécurité dont le butin de plusieurs millions de francs CFA attise bien des appétits...

  • "Je révèle à la société gabonaise ses tares les plus méprisables !" Lire l’article sur Jeune Afrique.

Présentation de La Bouche qui mange ne parle pas :

spip_logo
Solo vient de purger trois ans de taule pour une bagarre qui a mal tourné. À sa sortie, son cousin Tito, un vrai dur, lui propose une affaire... Il lui suffit de voler une voiture, de l’accompagner sur un coup et de manger sa langue. Une sacrée bonne aubaine pour ambiancer toute la nuit et régler ses dettes... Mais Solo se retrouve au cœur d’une embrouille qui pue salement la mort. Au Gabon, on murmure que certains politiciens n’hésitent pas à recourir aux meurtres rituels pour se maintenir au pouvoir... Écœuré, effrayé, traqué, Solo prend ses distances et se planque, mais à Libreville les flics ont mangé des guêpes et ont fermement l’intention de lui faire passer le goût du manioc.


Revue de presse :

  • « ... l’écrivain gabonais qui fait des bébés à la langue française »
    Libération.
  • « mais le plus spectaculaire dans ce roman, c’est la langue que déploie Janis Otsiemi, moins un jardon qu’une force de frappe... »
    K-LIBRE
  • « on est dans Chester Himes avec cette aventure de flics pourris à Libreville »
    SUD-OUEST
  • « il y a ces élans libertaires dans la bouche et dans les veines, un cocktail explosif... »
    FRÉDÉRIC POILBOUT
  • « Enfin il y a le style de Janis Otsiemi, direct, acéré, coloré, un mélange exotique et détonnant »
    BLACK NOVEL
  • « ... un argot que n’aurait pas renié un Frédéric Dard africain... »
    PARIS NORMANDIE
  • « ... Un vrai bonheur de lecture... »
    BSC NEWS
  • « La langue est belle, riche, chantante. Ça coule sous les yeux et c’est un bonheur ; c’est coloré, imagé, savoureux. Une vraie découverte... ! »
    NOIR COMME POLAR
  • « ... Le verbe sur le bord de cogner, le roman est mené avec une conviction d’écriture énorme... »
    RAYON POLAR
  • " Au delà de l’intrigue et de la dénonciation de la corruption, ce qui séduit particulièrement dans cet OVNI gabonais, c’est la langue."
    ALIBI
  • "Polar court et brut, la lecture est aisée et rythmée, ponctuée par une caractéristique du style de l’auteur : celle de la formule qui percute, toujours à bon escient."
    LE PATRIOTE
  • "Décidément Janis Otsiemi confirme de la plus belle des façons qu’il est un auteur à suivre et vous auriez tort de laisser passer cette belle chance de lire un auteur au style direct, acéré et coloré."
    BLACK NOVEL

African tabloïd

Jigal Editions - 2013

« Janis Otsiemi dégaine ses polars comme autant de cartouches de liberté… Comme il dope son écriture d’un argot local débridé, ça devient un feu d’artifice. On savoure… » Le Point Libreville. 2008. Un an avant les élections, un type est retrouvé mort sur une plage de Libreville, près du palais de la présidence de la République, une balle dans la gorge et deux doigts de la main gauche coupés. La victime est un journaliste d’investigation connu pour ses enquêtes très sensibles sur le pouvoir dont il dénonçait la corruption et la main mise sur les affaires du pays. Pour la corporation, la société civile et les associations de défense de la presse, il s’agit là, à l’évidence, d’un assassinat politique. Mais à Libreville, comme partout ailleurs en Afrique, les apparences sont souvent trompeuses…


Le chasseur de lucioles

Jigal Editions - 2012

À Libreville, une prostituée est découverte sauvagement assassinée dans un motel de la périphérie. Les agents de la PJ - de fidèles abonnés des bordels de la capitale - pensent tout d’abord à un crime de rôdeur... Quand une seconde fille est retrouvée égorgée dans un autre hôtel du quartier, les policiers sont encore loin d’imaginer qu’ils ont affaire à un client bien décidé à nettoyer la ville de toutes ses lucioles... Celui qui te veut du mal la nuit a commencé à t’en vouloir le jour. C’est dans ce climat de psychose générale que les gendarmes de la DGR enquêtent de leur côté sur le braquage d’un fourgon de la Société Gabonaise de Sécurité dont le butin de plusieurs millions de francs CFA attise bien des appétits...


Les Hommes et les femmes d’Ali Bongo Ondimba

Mon Petit Editeur - 2011

La politique n’est pas seulement une affaire de pouvoir, elle est aussi une affaire d’hommes et de femmes. Pour asseoir l’Emergence, le président de la République Ali Bongo Ondimba s’est mué en grand sélectionneur d’hommes et de femmes d’Etat devant l’Eternel. Qui sont ces hommes et ces femmes ? Avec Les hommes et les femmes d’Ali Bongo Ondimba, Janis Otsiémi poursuit son anatomie de la vie politique gabonaise en brossant une galerie de portraits objectifs et subjectifs de ces hommes et femmes qui font et défont l’actualité politique du Gabon. Cette liste reste exhaustive ; elle peut changer à tout moment selon les aléas de l’avenir et la volonté du Prince.


La Bouche qui mange ne parle pas

Jigal Editions - 2010

Solo vient de purger trois ans de taule pour une bagarre qui a mal tourné. À sa sortie, son cousin Tito, un vrai dur, lui propose une affaire… Il lui suffit de voler une voiture, de l’accompagner sur un coup et de manger sa langue. Une sacrée bonne aubaine pour ambiancer toute la nuit et régler ses dettes… Mais Solo se retrouve au cœur d’une embrouille qui pue salement la mort. Au Gabon, on murmure que certains politiciens n’hésitent pas à recourir aux meurtres rituels pour se maintenir au pouvoir… Écœuré, effrayé, traqué, Solo prend ses distances et se planque, mais à Libreville les flics ont mangé des guêpes et ont fermement l’intention de lui faire passer le goût du manioc…


Patience Dabany, le rythme dans le sang

Edilivre - 2010

Patience Dabany, le rythme dans le sang, ce titre résume à lui tout seul le parcours de cette grande dame de la musique gabonaise et africaine. Sa discographie est un régal. Tout en s’inspirant des rythmes traditionnels du Gabon, elle a réussi le subtil mélange avec les rythmes modernes. Conséquence : sa musique est une sorte de variété « arc-en-ciel » qui a conquis toutes les générations et tous les continents.


Femmes de pouvoir du Gabon

Mon Petit Editeur - 2010

Avec "Femmes de pouvoir du Gabon", Janis Otsiémi poursuit son anatomie de la vie politique gabonaise à travers les portraits objectifs et subjectifs qu’il taille des femmes qui détiennent une parcelle d’influence, d’autorité et de pouvoir au Gabon. Si la plupart de ces femmes, sujet avoué de ce livre, sont essentiellement issues du Parti démocratique gabonais (P.D.G) ou pirouettent autour du pouvoir en place, pourvoyeur d’hommes et de femmes politiques depuis plus d’une quarantaine d’années, Janis Otsiémi a élargi son champ d’analyse aux femmes qui émergent aussi bien de l’opposition, du monde des affaires que de la société civile.


Léon Mba, père de la nomenklatura gabonaise

Edilivre - 2009

Janis Otsiémi revisite l’histoire politique du Gabon à travers les trajectoires uniques et communes de ses premiers hommes politiques. Des trajectoires qui apparaissent toutefois comme un véritable prétexte pris par l’auteur pour cerner et démonter le mécanisme de l’histoire de la construction de la classe nomenklaturiste, thème central inavoué de cet ouvrage. Véritable tabou au Gabon, la question politique est de celles qui font sortir les loups du bois. La polémique, la chasse à l’homme que susciteront cet essai, les foudres que l’auteur s’attirera des contempteurs ou des zélotes de tout poil découleront de sa lecture erronée, savamment orchestrée dans un but obscur par des pisse-vinaigre en mal de sensation.


La vie est un sale boulot

Jigal Editions - 2009

À Libreville, Chicano sort de prison, après avoir purgé quatre ans pour un braquage qui a mal tourné ! Adieu la bande de paumés, finies les embrouilles, il veut devenir quelqu’un, un honnête homme si possible… Reconquérir Mira, trouver un boulot, monter un petit commerce et gagner sa galette à la sueur de son front, voilà son rêve ! Mais comment faire quand on a ni sou, ni métier, ni diplôme dans un pays où la corruption est la règle d’or à tous les carrefours ? Car ici plus qu’ailleurs, si la barbe et le grelot ne font pas une chèvre… la vie est souvent un sale boulot !


La faute à l’Autre

Edilivre - 2009

Le crime passionnel, l’arnaque, le braquage, la vengeance… sont autant des thèmes au menu de ces onze nouvelles noires rassemblées ici sous le titre « La Faute à l’Autre ». A travers ces nouvelles, Janis Otsiémi brosse dans une langue dépouillée de toutes fioritures des faits divers ciselés au mot près, non sans humour et noirceur.


Guerre de succession au Gabon : les prétendants

Edilivre - 2009

La question de la succession ou de la relève, selon l’expression consacrée par le chef de l’Etat gabonais lui-même, Omar Bongo Ondimba, n’est plus taboue car l’idée est dans tous les brain-trust politiques. Tout le monde, à commencer par les pédégistes, semble aujourd’hui convaincu que l’heure de la relève au plus haut sommet de l’Etat a sonné, qu’Omar Bongo Ondimba est plus près de la ligne droite de sortie qu’il ne l’a jamais été. A plus de 70 ans, le chef de l’Etat gabonais, doyen des chefs d’Etats africains, semble fatigué, usé par plusieurs années de pouvoir. Et du coup, sachant que la magistrature suprême n’est pas une course de chevaux, chaque prétendant, dans le plus grand secret, brode, ébauche ou peaufine des plans de carrière. Témoin de la vie politique gabonaise, Janis OTSIEMI nous livre dans cet essai une galerie de portraits d’une vingtaine de personnages politiques susceptibles de succéder à Omar Bongo Ondimba.

Dire l’indicible

Hakan Gunday, Henry Kenol, Janis Otsiemi, Mike Nicol - Saint-Malo 2013

Avec Hakan Gunday, Henry Kenol, Janis Otsiemi, Mike Nicol
Animé par Hubert Artus


Le nouveau roman africain

Helon HABILA, Teju COLE, Sefi ATTA, Kopano MATLWA, Janis OTSIEMI - Saint-Malo 2013

Avec Helon HABILA, Teju COLE, Sefi ATTA, Kopano MATLWA, Janis OTSIEMI
Animé par Catherine Pont-Humbert


Afrique : Dans le chaos

Uwem Akpan, Janis Otsiemi. Animé par Yves Chemla - Saint-Malo 2013

Avec Uwem Akpan et Janis Otsiemi. Animé par Yves Chemla


Les voix de la ville

Saint-Malo 2011

Avec Amkoullel, Rama Thiaw, Janis Otsiemi et Jérôme Nouhouaï. Présenté par Margot Loizillon.


Gangsters, détectives, prostituées... Les personnages du roman urbain.

Saint-Malo 2011

avec : Richard LANGE, OTSIEMI Janis, ARANGO François, SANTAKI Rachid
animé par : Josiane Gueguen