« Je est un autre »

image

L’invention de soi, dans l’expérience vécue de l’immigration : rapport au pays d’origine, entre-deux et identités multiples. Mais l’invention de soi, aussi, sur place, à l’heure d’une culture-monde de plus en plus pressante.
Les commémorations n’ont d’intérêt que si la mémoire nécessaire se double d’une projection vers l’avenir : ne sommes-nous pas en plein dans ce qu’esquissait notre manifeste « pour une littérature-monde » ? Léonora Miano, dans un texte récent, « Habiter la frontière », dessinait les contours de ce qu’elle nomme les « identités frontalières (…) ancrées, non pas dans un lieu de rupture, mais, au contraire, dans un espace d’accolement
permanent. La frontière, telle que je la définis et l’habite, est l’endroit où les mondes se touchent, inlassablement. C’est le lieu de l’oscillation constante : d’un espace à l’autre, d’une sensibilité à l’autre,
d’une vision du monde à l’autre. »
Avec : Léonora Miano, Alain Mabanckou, Emmanuel Dongala, Libar Fofana, Pascal BLANCHARD, Véronique Tadjo

Palais de la Culture : Samedi 27 novembre 15h30