Francophonie : une utopie à refonder ?

image

Il serait pour le moins étrange, quand s’impose l’évidence d’une nouvelle phase historique mondiale, tandis qu’un monde s’efface et qu’un autre naît sous nos yeux, dans les convulsions et les désordres, que la francophonie puisse longtemps poursuivre, inchangée, sur son erre. Le sentiment d’un « essoufflement historique » est-il fondé — faute d’avoir su développer les ressources d’un imaginaire au diapason de l’évolution du monde ? La francophonie est-elle, et si oui peut-elle rester, un « club de chefs d’État » privilégiant des logiques d’appareil ? Comment faire, de cette belle idée, une force pour penser, se penser et agir dans le monde d’aujourd’hui ? Un imaginaire pour les temps présents : n’est-ce pas l’enjeu réel – qui interpelle artistes et écrivains ? D’eux seuls, de leur effervescence créatrice peut venir l’élan d’un renouveau. C’est ce que voulait à sa manière exprimer le « manifeste pour une littérature-monde ». Utopie, dira-t-on. Mais précisément : n’avons nous pas besoin, aujourd’hui, d’une nouvelle utopie ?
Avec : Léonora Miano, Alain Mabanckou, Dominic Thomas, Roland Colin, Olivier Bleys, Michel Le Bris

Centre Culturel Français : Dimanche 28 novembre 12h