Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

PIERSANTI Gilda

France - Italie

Roma Enigma : Un printemps meurtrier (Le Passage, 2010)

Biographie

Gilda Piersanti est une amoureuse inconditionnelle de Rome et de Paris : si elle a choisi de vivre dans cette dernière depuis vingt ans, c’est néanmoins dans la capitale italienne qu’elle a grandit et fait ses études, et qu’elle campe les intrigues de ses polars haletants. "La ville a la géographie de nos histoires, de nos rencontres, de nos passions" explique-t’elle. "Rome est devenue un personnage à part entière. Elle réagit souvent aux émotions, aux réflexions des personnages. Ce n’est pas qu’un décor." Ses romans explorent l’architecture, l’art et les rues de la belle ville sainte qu’elle connait comme sa poche.

Né à Tivoli en 1957, Gilda Piersanti a fait des études classiques (grec et latin) avant de tomber amoureuse de la littérature française et de réaliser une thèse sur l’esthétique de Baudelaire. Tour à tour critique littéraire, commissaire de deux expositions (sur Constantin Guys et Charles Meryon, deux artistes que Baudelaire admirait), cette perfectionniste de la langue, qui habite désormais un immeuble de Belleville, a d’abord fait ses armes en traduisant les roman des autres, avant de se consacrer pleinement à sa passion de l’écriture dès 1995. C’est tout naturellement qu’elle s’est tourné vers le roman noir : "Les lectures précoces de Dostoïevski ne sont pas étrangères à mon penchant pour l’analyse du Mal", déclare-t’elle.
Elle publie alors en 2003 Rouge Abattoir, premier volume de ce qui deviendra le "Cycle des saisons meurtrières" : à Rome, les crimes se succèdent comme les saisons, et la ville est maculée de sang. La jeune inspectrice Mariella de Luca, dont le lecteur peut suivre l’évolution tout au long du cycle, enquête sur chacune des énigmes, épaulée par un vieux commissaire avec lequel elle noue une certaine connivence. Gilda Piersanti tente d’aller au delà des codes du genre et de repousser les limites attendues du polar. Son oeuvre a été récompensée par le prix du Polar Méditerranéen 2007 et le prix SNCF du polar européen 2007 pour Bleu Catacombes. Après Vert Palatino (printemps), Bleu Catacombes (été), Jaune Caravage (automne), l’auteur rompt avec les couleurs et entame un nouveau cycle de saisons. Roma Enigma, qui se déroule à Rome au printemps, parait en 2010 : une jeune étudiante est assassinée par balle devant le seuil de la pâtisserie la plus réputée de la ville.


Bibliographie :

  • Roma Enigma (Le Passage, 2010)
  • Vengeances romaines (Le Passage, 2009)
  • Jaune Caravage (Le Passage, 2008)
  • Bleu catacombes (Le Passage, 2007)
  • Médées (Le Passage, 2006)
  • Vert Palatino (Le Passage, 2005)
  • Rouge abattoir, (Le Passage, 2003)
  • L’inconnu du Paris-Rome (Le Passage, 2003)

Présentation de Roma Enigma : Un printemps meurtrier

spip_logoLa Garbatella, à Rome, un soir calme de printemps. Sur le seuil de la pâtisserie la plus réputée du quartier, une jeune étudiante s’effondre… Tuée par balle.
Un meurtre inexplicable : pas d’arme du crime, aucun suspect, rien dans le passé de la victime qui permette de suivre la moindre piste. Un meurtre sans mobile. Le crime parfait ?
Dans les méandres de la ville éternelle, un nouveau défi pour l’inspecteur Mariella De Luca et sa coéquipière, la belle Silvia Di Santo.

Roma Enigma : Un printemps meurtrier

Le Passage - 2010

Roma Enigma : Un printemps meurtrier La Garbatella, à Rome, un soir calme de printemps. Sur le seuil de la pâtisserie la plus réputée du quartier, une jeune étudiante s’effondre... Tuée par balle. Un meurtre inexplicable : pas d’arme du crime, aucun suspect, rien dans le passé de la victime qui permette de suivre la moindre piste. Un meurtre sans mobile. Le crime parfait ? Dans les méandres de la ville éternelle, un nouveau défi pour l’inspecteur Mariella De Luca et sa coéquipière, la belle Silvia Di Santo.

L’inspecteur est de retour

Saint-Malo 2011

Avec Tarquin HALL, Gilda PiERSANTI, animé par Delphine Peras