Dico des invités depuis 1990

MAGNIER Bernard

France

African Renaissances Africaines (Silvana Editoriale, 2010)

Bernard Magnier

Bernard Magnier, journaliste, dirige la collection Lettres africaines aux Editions Actes sud et programme le festival littératures métisses d’Angoulême. Il est également conseiller littéraire pour le Tarmac de la Villette, le Centre national du livre et la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Pompidou, à Paris.

Dans le recueil African Renaissances Africaines, une trentaine d’auteurs donnent leur vision de l’indépendance et expriment leur façon de la célébrer (ou non). Placé sous la direction éditoriale de Bernard Magnier, directeur de la collection « Afrique » chez Actes Sud, l’ouvrage abonde de poèmes, de nouvelles, de pièces en un acte et d’essais - personnels et politiques - d’auteurs comme Alain Mabanckou (Congo-Brazzaville), Aminata Sow Fall (Sénégal) ou encore Boris Boubacar Diop (Sénégal) pour ne citer qu’eux.


Présentation de African Renaissances Africaines :
spip_logo
À l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de dix-sept pays africains, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, en partenariat avec le Musée de l’Afrique Centrale de Tervuren, propose durant l’été 2010 un vaste programme sous le titre L’AFRIQUE VISIONNAIRE.
Ce volume présente une anthologie de textes littéraires, aussi bien des poèmes que des pièces de théâtre, d’écrivains africains célèbres qui racontent, chacun selon son mode d’expression, l’expérience de l’indépendance conquise par les pays africains en 1960.

Rêves d’hiver au petit matin, les printemps arabes vus par 50 écrivains et dessinateurs

Elyzad Editions - 2012

Rêves d’hiver au petit matin, les printemps arabes vus par 50 écrivains et dessinateurs Textes inédits et dessins recueillis par Bernard Magnier à l’occasion des manifestations organisées au théâtre du TARMAC à Paris, début 2012, autour des « printemps arabes ». Tunisiens, Marocains, Algériens, Égyptien, Français, Espagnole ou Belge, Libanais, Mauritanien, Haïtiens, Cubains ou Argentine de Paris, Roumains ou Bosnien, Mauricienne, Comorien ou Malgaches, Algérien d’Italie, Libyen d’Amsterdam, Haïtien de Montréal, Togolais de Paris, Ivoirienne de Johannesburg, Tchadien de Genève ou de Mexico... 50 écrivains et dessinateurs, citoyens du monde et comptables de ses saisons, livrent « leurs » printemps, comme autant d’attentes, d’envies, de désirs, de craintes. Des regards fiévreux qui permettent, des mois après les faits, de mesurer l’intensité de l’onde irradiée par les révolutions arabes. Tous disent l’espérance violente et la déconvenue, les cris de liberté ensevelis sous les pierres des lendemains qui déchantent, les rêves déchirés par des réveils aux fragrances amères. Ils disent aussi combien ces saisons debout sont des lueurs pour d’autres insurrections en attente et que parfois au loin des printemps ont fané dans le silence. Ils disent que « les fleurs du printemps sont les rêves de l’hiver racontés au petit matin »… Bernard Magnier Les auteurs et dessinateurs : Zeina Abirached, Gustave Akakpo, Laura Alcoba, Kebir Ammi, Selmen Arts, Alexandra Badea, Lola Banon Castellon, Tahar Bekri, Yahia Belaskri, Souâd Belhaddad, Jeanne Benameur, Kamal Ben Hameda, Anouar Benmalek, Derri Berkani, Lamia Berrada-Berca, M’Barek Beyrouk, Mahi Binebine, Meriam Bousselmi, Velibor oli , Ananda Devi, Salim Hatubou, Nadia Khiari, Wahiba Khiari, Moussa Konaté, Amara Lakhous, Koulsy Lamko, Fouad Laroui, Malika Madi, Georgia Makhlouf, Eduardo Manet, Danièle Maoudj, Arezki Metref, Nétonon Noël Ndjékéry, James Noël, Wilfried N’Sondé, Khaled Osman, Plantu, Emmelie Prophète, Jean-Luc Raharimanana, Johary Ravaloson, Sonia Ristic, Rodney Saint-Éloi, Boualem Sansal, Abdelhak Serhane, Sunjata, Véronique Tadjo, Sami Tchak, Matéi Visniec, Hyam Yared, _Z_