La Grande Hermine

(Pierre-Antoine Lizée et Frédéric Heude, Babylone, 2003, 52’)
image

Un chalutier congélateur breton quitte comme à son habitude le port de Saint-Malo pour aller pêcher la morue dans les eaux froides de la mer de Barents, au nord de la Norvège. Durée du voyage : trois mois. "La Grande Hermine, journal d’un marin" est un récit. Récit documentaire tout d’abord, il montre, pendant toute la durée d’une campagne de pêche, l’organisation et la dureté du travail à bord du bateau-usine. Il prend en outre la valeur d’un véritable témoignage : le réalisateur, marin parmi les marins, dès que son travail le lui permet, nous raconte caméra au poing le quotidien de cet équipage en huis clos. Avec tendresse, avec intimité. Récit épique également, voire mythologique, car Pierre-Antoine Lizée, le réalisateur-graisseur, dans la grande tradition des marins voyageurs, nous livre toute la poésie d’une société brute de décoffrage. Les mers fortes, les tempêtes, la glace, les fjords de Norvège ou encore la rencontre de baleines sont autant de moments forts de cette épopée ordinaire.