Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

SIMON Marc-Endy

Haïti

Je ne pardonne pas au malheur (Éditions Atelier Jeudi Soir, 2011)

Biographie

Né en 1984, Marc-Endy Simon fut coordinateur d’un projet de bibliothèque mobile initié en Haïti par Bibliothèques Sans Frontières. Il est aujourd’hui membre de la Jeune Chambre internationale de Delmas. Poète et comédien, il a publié son premier recueil Je ne pardonne pas au malheur suite au séisme de janvier 2010, où il a perdu son enfant : trente-quatre textes, comme une énième réplique du séisme, bouleversant cette fois les mots. Un cri lugubre, empli des souvenirs de ce mardi funeste, secoué encore par la « brutalité de la terre qui s’ébroue ».
« Des quatre coins de l’île/ s’échappent des cris moulus/des souffles impuissants/larmes amères/partage des survivants/arrosant sans arrêt la poussière stérile/d’où ne surgira que ce qui lui ressemble ».
Puisant dans sa colère l’énergie d’écrire, le poète au "cœur fissuré" sublime sa catastrophe, et porte au milieu « des cimetières sans croix » le deuil des survivants, de tout « ceux qui ont cette ville comme une corde autour du cou ».

En 2015, Marc-Endy Simon, membre actif des Vendredis littéraires de l’Université Caraïbe animés par Lyonel Trouillot, remporte le 40e prix Henri Deschamps pour son recueil Des poèmes en bois de campagne, formidable « traversée d’Haïti » souligne Evelyne Trouillot et il est également lauréat du prix d’Excellence du programme de GRAHN-Monde en littérature d’expression française.
Dans, une interview dans Le National, il nous parle de sa poésie.


Bibliographie :

  • Je ne pardonne pas au malheur (Éditions Atelier Jeudi Soir, 2011)

Revue de presse :

  • « Mark-Endy Simon livre dans « Je ne pardonne pas au malheur » son premier recueil de poèmes, une oeuvre de qualité, porteuse de promesses. Ce recueil est une écriture poétique dont les images ne se cherchent pas. Elles coulent doucement, jaillissent, pour laisser contempler ses feux de beautés. » Chenald Augustin , Le Nouvelliste (Haïti)