Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

MOHAMED Nadifa

Angleterre

Black Mamba Boy (Phébus, 2011)

Biographie

Tenter de comprendre les processus de l’exil et la destinée d’une Afrique de l’Est marquée par la dislocation des empires coloniaux, telle est l’ambition du premier roman foisonnant et captivant de la Britannique d’origine somalienne Nadifa Mohamed, découverte récemment sur la scène littéraire en France. Cette première réalisation, Black Mamba Boy, a déjà été récompensée en Grande Bretagne par le Betty Trask Award en 2010, et nommée pour plusieurs autres récompenses dont le prestigieux Guardian First Book Award.

Nadifa Mohamed est née à Hargeisa, en Somalie, en 1981, d’un père employé de la marine marchande et d’une mère activiste politique. Des mouvements de lutte armée ébranlent alors la dictature en place. En 1986, fuyant la guerre civile avec son cortège de persécutions et de famine, sa famille quitte le pays pour s’installer à Londres, où Nadifa Mohamed réside toujours, après avoir obtenu un diplôme en Histoire et Sciences politiques du St. Hilda’s College d’Oxford.

Lectrice « vorace », selon ses propres termes, son envie d’écrire est née avec la volonté de retranscrire l’histoire de son père, ce qu’elle réalise dans Black Mamba Boy. Son inspiration, elle la puise dans l’histoire de sa famille mais aussi dans des sources historiques remontant parfois à plusieurs siècles. Elle s’est par exemple appuyée sur le récit d’un marin Somalien datant de 1929. Cette biographie romancée et très documentée raconte comment Jama, lorsqu’il était enfant, décida de partir à la recherche de son propre père. Un long périple emmène alors l’enfant à traverser des contrées de l’Afrique de l’Est en guerre, déchirées par les conflits coloniaux Européens et marquées par la pauvreté. Ce récit nous fait parcourir avec le personnage non seulement des lieux mais des histoires de vies, il nous questionne sur la notion d’identité : comment se construit-elle lorsqu’elle ne se rattache pas à un lieu particulier ? Au travers de cette expérience personnelle, c’est un chant d’espoir pour les peuples opprimés qui résonne, l’allégorie d’un parcours initiatique encore à accomplir. Le ton personnel et subjectif de l’auteur écrivant sur ses origines se fait le véhicule privilégié des émotions, dépassant l’hommage paternel. Le lecteur s’identifie à ces émotions universelles et à ces personnages venus d’autres pays ; il voyage dans l’Histoire et se plonge dans une Somalie et une Afrique de l’Est telles qu’elles ont rarement été décrites.


Bibliographie :

  • Black Mamba Boy (Phébus, 2011), traduit de l’anglais par Françoise Pertat

Présentation de Black Mamba Boy

couverture Ce premier roman de Nadifa Mohamed débute à Aden, au Yémen, en 1935.
Il retrace la vie mouvementée de Jama, un enfant des rues dont le père a disparu peu après la naissance et dont la mère lui jure qu’il est né sous une bonne étoile. A la mort de celle-ci, Jama part à la recherche de son géniteur. Ce périple rendu incandescent par la croyance en une terre promise, lui fait traverser l’Abyssinie, la Somalie, l’Erythrée, le Soudan, l’Egypte et la Palestine. Mais chaque frontière franchie se révèle source de déception.
Les décennies passent, les empires coloniaux s’effondrent, le monde change, cependant Jama l’aventurier demeure un laissé-pour-compte, malgré le serpent tatoué sur son bras, le fameux mamba noir. Évocation puissante de contrées en proie à la guerre, mais aussi roman de formation, Black Mamba Boy est une véritable épopée qui nous fait mieux comprendre le destin de cette partie du globe.

Revue de presse :

« Nadifa Mohamed signe un roman habité, lyrique, presque halluciné, inspiré de son histoire familiale. » Livres Hebdo, 01/09/2011

« L’auteure s’est inspirée de la vie de son père pour nous livrer un roman à l’écriture chatoyante et poétique, et livre un éclairage sur une région tragiquement sous les feux de actualité », Patricia Weber, Payot (Suisse)

« Son histoire incroyable porte en elle la résonance du récit d’une immigration beaucoup plus universelle : le récit de tous ceux qui partent à la recherche d’un nouveau foyer, pour remplacer le naufrage de l’ancien », article en anglais, The Independant

Black mamba boy

Phébus - 2011

Ce premier roman de Nadifa Mohamed débute à Aden, au Yémen, en 1935. Il retrace la vie mouvementée de Jama, un enfant des rues dont le père a disparu peu après la naissance et dont la mère lui jure qu’il est né sous une bonne étoile. A la mort de celle-ci, Jama part à la recherche de son géniteur. Ce périple rendu incandescent par la croyance en une terre promise, lui fait traverser l’Abyssinie, la Somalie, l’Erythrée, le Soudan, l’Egypte et la Palestine. Mais chaque frontière franchie se révèle source de déception. Les décennies passent, les empires coloniaux s’effondrent, le monde change, cependant Jama l’aventurier demeure un laissé-pour-compte, malgré le serpent tatoué sur son bras, le fameux mamba noir. Evocation puissante de contrées en proie à la guerre, mais aussi roman de formation, Black Mamba Boy est une véritable épopée qui nous fait mieux comprendre le destin de cette partie du globe.

En quête d’origines

Avec Léonora Miano, Nadifa Mohamed, Tash Aw et Dinaw Mengestu - Saint-Malo 2012

Une rencontre entre Léonora Miano, Nadifa Mohamed, Tash Aw et Dinaw Mengestu, animée par Yves Chemla.


Dans le cratère de l’histoire

Avec Mana Neyestani, Eric Borg et Nadifa Mohamed - Saint-Malo 2012

Une rencontre avec Mana Neyestani, Eric Borg et Nadifa Mohamed, animée par Josiane Guéguen


Difficile reconstruction

Avec Chahdortt Djavann, Nadifa Mohamed et Yasmine Char - Saint-Malo 2012

ess="always" allowfullscreen="true" width="480" height="480">

Avec Chahdortt Djavann, Nadifa Mohamed et Yasmine Char, animé par Kerenn Elkaim