Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

POLLOCK Donald Ray

États-Unis

Le Diable, tout le temps (LGF, 2014)

Donald Ray Pollock est une des voix les plus significatives de la littérature contemporaine, dans la tradition américaine du roman noir. Il propose une fresque sombre et fascinante de l’Amérique rurale du sud de l’Ohio dans deux ouvrages unanimement salués par le public et la presse américaine. Le premier, Knockemstiff, recueil de nouvelles publié en 2008 aux États-Unis marque son avènement. Une réputation qu’il consolide avec la sortie de son premier roman, Le Diable, tout le temps, publié en 2011 et classé parmi les « Trois livres qu’il faut avoir lu » par le magazine Esquire (juin2011). Le livre a été réédité en poche en 2014.

Né en 1954 à Knockemstiff, une petite ville de l’Ohio, Donald Ray Pollock a été ouvrier pendant trente-deux ans dans une usine de pâte à papier avant de prendre le chemin de l’université et de se consacrer à l’écriture. Baigné dès son enfance dans l’atmosphère d’une Amérique rurale et violente, amateur de littérature noire et de films d’horreurs, il puise dans son expérience l’inspiration pour des livres dans lesquels il exprime son obsession pour la noirceur et le sang.

Donald Ray Pollock s’interroge sur la part d’ombre située en chaque individu et sur la nature du Mal, et n’a pas hésité à se plonger dans la lecture de biographies de tueurs en série pour écrire son dernier roman, Le Diable, tout le temps. Si sa vision est noire, il sait néanmoins que l’espoir existe. Lui-même éprouvé par la vie, c’est avec fierté qu’il arbore son tatouage « Carpe Diem », emblème du credo qui guide aujourd’hui sa vie. Dans Le Diable, tout le temps, entre ombre et lumière, images vivaces et réalisme poignant, des personnages étranges aux âmes tourmentées prennent vie. Pris au piège de leur propre vie, ils cherchent la rédemption par tous les moyens : voyage, meurtre, prière. Des visions christiques hantent leurs parcours, imprégnés de l’idée que le salut n’est accessible que par la souffrance. On ressent pourtant de l’attachement pour ces personnages grandis par la prose de l’auteur. L’écriture de Donald Ray Pollock, aussi belle qu’éprouvante, entraîne le lecteur dans une odyssée inoubliable dont il ne sort pas indemne.


Bibliographie :

  • Le Diable, tout le temps (LGF, 2014)
  • Le Diable, tout le temps, (Albin Michel, 2012)
  • Knockemstiff (Doubleday, 2008)
Le Diable, tout le temps

Le Diable, tout le temps

LGF / Livre de Poche - 2014

De l’Ohio à la Virginie-Occidentale, de 1945 à 1965, des destins se mêlent et s’entrechoquent : un rescapé de l’enfer du Pacifique, traumatisé et prêt à tout pour sauver sa femme malade ; un couple qui joue à piéger les auto-stoppeurs ; un prédicateur et un musicien en fauteuil roulant qui vont de ville en ville, fuyant la loi... La prose somptueuse de ce premier roman de Donald Ray Pollock contraste avec les actes terribles de ses personnages. Un univers qui rappelle ceux de Flannery O’Connor, Jim Thompson ou Cormac McCarthy.

Le Diable, tout le temps

Albin Michel - 2012

Le Diable, tout le temps Dans la lignée des oeuvres de Truman Capote, Flannery O’Connor ou Jim Thompson, un roman sombre, violent et inoubliable sur la condition humaine. De la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s’entrechoquent. Willard Russell, qui a combattu dans le Pacifique, est toujours tourmenté par ce qu’il a vécu là-bas. Il est prêt à tout pour sauver sa femme Charlotte, gravement malade, même s’il doit pour cela ne rien épargner à son fils Arvin… Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et prend de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste…. Roy, un prédicateur convaincu qu’il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Theodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé. Donald Ray Pollock s’interroge sur la part d’ombre qui est en chaque individu, sur la nature du Mal. Son écriture est d’une beauté inouïe mais sans concessions. Avec maestria, il entraîne le lecteur dans une odyssée sauvage qui marque durablement les esprits.

Poor White Trash, l’Amérique des laissés pour compte

Avec Sylvie Laurent, Eric Miles Williamson et Donald Ray Pollock - Saint-Malo 2012

Avec Sylvie Laurent, Eric Miles Williamson et Donald Ray Pollock, animé par Hubert Artus


Mythologies américaines

Mythologies américaines

Avec Jim Fergus, Bruce Machart et Donald Ray Pollock - Saint-Malo 2012

Avec Jim Fergus, Bruce Machart et Donald Ray Pollock