Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

MORDZINSKI Daniel

Argentine

Dernières nouvelles du Sud, en collaboration avec Luis Sepúlveda (Métailié, 2012)

Biographie

En près de trente ans d’activité, le photographe argentin Daniel Mordzinski s’est imposé dans le monde comme le photographe des écrivains sud-américains. Jorge Borjes, Gabriel García Márquez, José Luis Sampedro, mais aussi Salman Rushdie ou même Alain Mabanckou sont immortalisés par le photographe. Si Daniel Mordzinski vit aujourd’hui à Paris, et travaille pour le quotidien espagnol El País, il n’est pas coupé de ses racines sud-américaines, et continue de couvrir de nombreux festivals de littérature comme le Hay Festival.

Daniel Mordzinski ne se borne pas à suivre une esthétique en particulier. Il se déclare plutôt comme le "grand complice de trois générations d’écrivains" : en leur laissant une grande liberté il parvient à tirer des portraits poignants et très révélateurs de la personnalité de ses sujets.

Face au monde qui change, dont les distances diminuent sans cesse, et dont les destinations autrefois dangereuses sont aujourd’hui prisées des touristes, Daniel Mordzinski et Luis Sepúlveda décident en 1996 de partir pour un dernier voyage vers les confins du monde. Les deux comparses se lancent dans un périple au coeur des terres qui ont vu naître le realismo mágico, et à la manière des personnages de Borjes ou de García Márquez, évoluent entre réalité et rêve. Partis de San Carlos de Bariloche, ils prévoient de mettre le cap au Sud à partir du 42e parallèle, jusqu’au Cap Horn, pour ensuite revenir en Argentine par la Patagonie. De ce périple de près de 4000km, ils ne parcourront que quelques centaines de bornes, mais livreront ensuite un ouvrage fort sur l’amitié, mais aussi un "inventaire des pertes" de ces espaces sauvages aujourd’hui livrés à la cupidité des hommes, dans lesquels il ne reste que peu de place pour la rêverie.


Bibliographie :

  • Dernières nouvelles du Sud, en collaboration avec Luis Sepúlveda (Métailié, 2012)
  • Les Trois Rives (Catalogue de l’Exposition, Métailié, 2011)
  • Israël Terre d’Écritures (Gallimard, 2009)
  • La Senda de los Moriscos (Lunwerg, 2009)
  • El Refugio des Fuego (Ediciones B., 2003)
  • Les Visages de l’Écriture (Hurtubise, 2003)
  • Marseille, en collaboration avec Jean-Claude Izzo (Hoëbeke, 2000)

À découvrir :

Le portfolio en ligne de Daniel Mordzinski.


Présentation de Dernières nouvelles du Sud

Traduit de l’Espagnol (Chili) par Bertille Hausberg.

spip_logo

Luis Sepúlveda et son ami le photographe Daniel Mordzinski sont partis en 1996 pour un long voyage qui devait les mener, au sud du monde, à travers la Patagonie, de San Carlos de Bariloche, puis à partir du 42e parallèle sud jusqu’au Cap Horn et retour par la grande île de Chiloé.

Ils en ont rapporté un livre d’aventures, de rencontres, de témoignages sur la transformation d’un territoire mythique, l’un des derniers endroits où sont encore possibles les légendes. Mais le temps, les changements violents de l’économie, le règne de la cupidité ont fait que sur chacune de leurs histoires passe le souffle des choses inexorablement perdues et qu’ils nous donnent ici “un inventaire des pertes” qui est aussi le coût impitoyable de notre époque.

Ce voyage sans but, sans boussole, sans souci du temps est aussi le récit d’une amitié, le refuge que deviennent les voyages heureux dans les souvenirs, le formidable roman d’un monde à jamais disparu.

Revue de presse :

Interview de Luis Sepúlveda et de Daniel Mordzinski pour la sortie de Dernières nouvelles du Sud (en Espagnol).

Dernières nouvelles du sud

Anne-Marie Métailié - 2012

Dernières nouvelles du sud « Nous sommes partis un jour vers le sud du monde pour voir ce qu’on allait y trouver. Notre itinéraire était très simple : pour des raisons de logistique, le voyage commençait à San Carlos de Bariloche puis, à partir du 42e Parallèle, nous descendions jusqu’au Cap Horn, toujours en territoire argentin, et revenions par la Patagonie chilienne jusqu’à la grande île de Chiloé, soit quatre mille cinq cents kilomètres environ. Mais, tout ce que nous avons vu, entendu, senti, mangé et bu à partir du moment où nous nous sommes mis en route, nous a fait comprendre qu’au bout d’un mois nous aurions tout juste parcouru une centaine de kilomètres. Sur chacune des histoires passe sans doute le souffle des choses inexorablement perdues, cet « inventaire des pertes » dont parlait Osvaldo Soriano, coût impitoyable de notre époque. Pendant que nous étions sur la route, sans but précis, sans limite de temps, sans boussole et sans tricheries, cette formidable mécanique de la vie qui permet toujours de retrouver les siens nous a amenés à rencontrer beaucoup de ces « barbares » dont parle Konstantinos Kavafis. Quelques semaines après notre retour en Europe, mon socio, mon associé, m’a remis un dossier bourré de superbes photos tirées en format de travail et on n’a plus parlé du livre. Drôles d’animaux que les livres. Celui-ci a décidé de sa forme finale il y a quatre ans : nous volions au-dessus du détroit de Magellan dans un fragile coucou ballotté par le vent, le pilote pestait contre les nuages qui l’empêchaient de voir où diable se trouvait la piste d’atterrissage et les points cardinaux étaient une référence absurde, c’est alors que mon socio m’a signalé qu’il y avait, là en bas, quelques-unes des histoires et des photos qui nous manquaient. » Luis Sepúlveda, avant-propos du livre

Les empires du froid

Avec Isabelle Autissier, Jean-Luc Coatalem, Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski - Saint-Malo 2012

Une rencontre avec Isabelle Autissier, Jean-Luc Coatalem, Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski, animée par Josiane Guéguen


Voyage en Patagonie

Avec Luis Sepúlveda et Daniel Mordzinski. - Saint-Malo 2012

Face au monde qui change, dont les distances diminuent sans cesse, Luis Sepúlveda part en 1996, avec son compère le photographe Daniel Mordzinski, pour un dernier voyage vers les confins du monde. Les deux comparses se lancent dans un périple au coeur des terres qui ont vu naître le realismo mágico, et à la manière des personnages de Borjes ou de García Márquez, évoluent entre réalité et rêve. Partis de San Carlos de Bariloche, ils prévoient de mettre le cap au Sud à partir du 42e parallèle, jusqu’au Cap Horn, pour ensuite revenir en Argentine par la Patagonie. De ce périple de près de 4000km, ils ne parcourront que quelques centaines de bornes, mais livreront ensuite Dernières nouvelles du Sud (Métailié, 2012), un ouvrage fort sur l’amitié, mais aussi un "inventaire des pertes" de ces espaces sauvages aujourd’hui livrés à la cupidité des hommes, dans lesquels il ne reste que peu de place pour la rêverie.

Une rencontre animée par Margot Loizillon.


L’esprit des lieux

Avec Luis Sepulveda, Daniel Mordzinski, Gilles Lapouge et Jean-Luc Marty - Saint-Malo 2012

Avec Luis Sepulveda, Daniel Mordzinski, Gilles Lapouge et Jean-Luc Marty, animée par Yves Chemla.