Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

STIKS Igor

Bosnie

Le serpent du destin (Galaade, 2012)

Biographie :

© Ivan HRKAŠ

Né en 1977, Igor Štiks a 15 ans lorsqu’il doit fuir Sarajevo, alors que la guerre embrase la Yougoslavie. Après avoir étudié la philosophie en France, il est devenu chercheur en sciences politiques en Écosse. Il vit aujourd’hui entre Sarajevo, Zagreb et Édimbourg.
Phénomène incontournable de la jeune littérature des Balkans, Igor Štiks a reçu le prix du meilleur premier roman en Croatie en 2001. Traduit en plus de douze langues, Le Serpent du destin, couronné livre de l’année en Croatie en 2002 et récompensé par de nombreux prix littéraires depuis, est son deuxième roman. Il vient d’obtenir le grand prix du Festival International de théâtre de Belgrade.


  • Le serpent du destin (Galaade, 2012)

Le serpent du destin (Galaade, 2012) :

« Il est impossible de poursuivre sa vie sans avoir compris que tout ce sur quoi elle reposait était un mensonge, une illusion, une tromperie même, derrière laquelle se terrait une vérité connue trop tard. »
Richard Richter est né deux fois, une fois à Vienne en 1942 et l’autre à Sarajevo un demi-siècle plus tard. Le Serpent du destin est l’histoire de cette seconde et douloureuse naissance.
Qui pouvait imaginer ce qui attendait Richard Richter quand, après de longues années parisiennes, il décida de revenir à Vienne, sa ville natale, où, pendant toute sa jeunesse, il avait côtoyé, sans le savoir, un dangereux secret ?
Découvrant par hasard le journal intime de sa mère, disparue peu après sa naissance, Richard Richter apprend qui est son père, un certain Jakob Schneider. Il part alors à la recherche de ses racines et sa quête le mène dans la ville assiégée de Sarajevo. C’est là qu’il rencontre Ivor et Alma, deux jeunes gens avec qui, dans le quotidien de la guerre, il se laisse guider par ses propres désirs dans une relation imprévisible et intense, qui bouleverse sa vie et lui redonne espoir - à moins que le destin ne se moque encore de lui.
Dans ce roman construit telle une tragédie antique, Igor Štiks revisite le mythe d’Œdipe tout en prenant l’histoire européenne à bras-le-corps. Le Serpent du destin est son premier texte traduit en français.

  • Les éditions Galaade publieront dans la collection « Auteur de vue » Le droit à la rebellion, texte d’intervention consacré aux Balkans co-écrit avec Srećko Horvat, à l’automne 2012

Le serpent du destin

Galaade Editions - 2012

« Il est impossible de poursuivre sa vie sans avoir compris que tout ce sur quoi elle reposait était un mensonge, une illusion, une tromperie même, derrière laquelle se terrait une vérité connue trop tard. » Richard Richter est né deux fois, une fois à Vienne en 1942 et l’autre à Sarajevo un demi-siècle plus tard. Le Serpent du destin est l’histoire de cette seconde et douloureuse naissance. Qui pouvait imaginer ce qui attendait Richard Richter quand, après de longues années parisiennes, il décida de revenir à Vienne, sa ville natale, où, pendant toute sa jeunesse, il avait côtoyé, sans le savoir, un dangereux secret ? Découvrant par hasard le journal intime de sa mère, disparue peu après sa naissance, Richard Richter apprend qui est son père, un certain Jakob Schneider. Il part alors à la recherche de ses racines et sa quête le mène dans la ville assiégée de Sarajevo. C’est là qu’il rencontre Ivor et Alma, deux jeunes gens avec qui, dans le quotidien de la guerre, il se laisse guider par ses propres désirs dans une relation imprévisible et intense, qui bouleverse sa vie et lui redonne espoir - à moins que le destin ne se moque encore de lui. Dans ce roman construit telle une tragédie antique, Igor Štiks revisite le mythe d’Œdipe tout en prenant l’histoire européenne à bras-le-corps. Le Serpent du destin est son premier texte traduit en français.

L’Europe s’invente à Sarajevo

Avec Igor Šticks, Drago Jancar, Velibor Colic, Nedim Gürsel - Saint-Malo 2012

Rencontre avec Igor Šticks, Drago Jancar, Velibor Colic, Nedim Gürsel, animée par Yann Nicol