Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

KUNZE Reiner

L’étang est ma table (Calligrammes, 2011)

Biographie

© DR

Reiner Kunze est certainement l’une des voix les plus intenses de la poésie allemande contemporaine. La force bouleversante de son œuvre est indissociable de l’extrême frugalité de sa parole. Essentiellement poète – bien qu’il écrive aussi de la prose – il pratique, depuis ses premières publications en 1952, l’écriture comme « acte de survie ». Il est aussi un grand traducteur de poésie, entre autres du domaine tchèque.

Né en 1933 dans l’est de l’Allemagne, Il étudie la philosophie et le journalisme à l’université de Leipzig. Pour des raisons politiques, sa carrière universitaire est brusquement interrompue et il travaille alors comme aide-mécanicien. A partir de 1962, il se consacre à l’écriture à plein temps.

Suite à l’invasion de la Tchécoslovaquie par les pays du Pacte de Varsovie, il quitte le PC et commence à publier son travail sous des pseudonymes. En 1976, son fameux ouvrage Les Années merveilleuses (en français aux éditions du Seuil, 1978), qui critique subtilement les conditions de vie et la situation politique derrière le rideau de fer, rencontre un grand succès en RDA. Cette même année, sa situation s’aggrave et il est exclu de la Chambre des Ecrivains. Il quitte la RDA en 1977 et déménage en Allemagne de l’Ouest. Depuis, il vit au bord du Danube, près de Passau. Il a reçu de nombreux prix dont le prix Trakl et le prix Büchner en 1977 et le prix Hölderlin en 1999.

L’œuvre de Reiner Kunze connaît en France un rayonnement croissant, principalement grâce aux traductions de Mireille Gansel qui œuvre à faire connaître son travail.


Bibliographie :

Ouvrages parus en France :

  • L’étang est ma table, (Calligrammes, 2011)
  • Nuit des tilleuls, traduction Gwenn Darras et Mireille Gansel (Calligrammes / Bernard Guillemot, 2009)
  • La Nasse d’étoiles, traduction Mireille Gansel (Calligrammes / Bernard Guillemot, 2007)
  • Un jour sur cette terre, traduction de Mireille Gansel (Cheyne éditeur, 2001)
  • Le Lion Léopold, traduction Yves-Marie Maquet (Gallimard Jeunesse, 1985)
  • Les Années merveilleuses, traduction François-Réné Daillie (Seuil, 1978)

Reiner Kunze a reçu de nombreux prix, notamment :

2009 Memminger Freiheitspreis 1525
1999 Friedrich Hölderlin-Preis1981 Geschwister Scholl-Preis1977 Georg Trakl-Preis, Österreich, Andreas Gryphius-Preis u. Georg Büchner-Preis
1968 Übersetzerpreis des Tschechoslowakischen Schriftstellerverbandes


Présentation de Un jour sur cette terre :

CHARDON ARGENTÉ


S’en tenir
à la terre

Ne pas jeter d’ombre
sur d’autres

Être
dans l’ombre des autres
une clarté

L’étang est ma table

Calligrammes - 2011

L’étang est ma table Exergue L’étang est ma table quand plus aucune table ne me retient. Dessus j’étale ce qu’on peut à peine encore supporter et vous les carpes koï, vous raturez, raturez, raturez. Note liminaire S’il ouvre sur un mouvement tranquille de couleurs, l’étang de Reiner Kunze n’ignore pas le mystère du mal radical. Il faut entendre le poète dire que « c’est un contre-livre, un livre contre ce qui donne le ton à la laideur, à la brutalité » pour comprendre que c’est aussi une thérapie contre un excès de souffrance du monde. Le poète nous donne une autre clef pour aborder ce texte fondamental : « dans cet étang je vois toute ma vie » – et précisons – une vie créatrice d’elle-même, qui n’a pas renoncé à sa part de responsabilité envers la nature. Qui n’a pas renoncé, suivant l’exemple de Hölderlin, à la plénitude de la pure beauté. À la fin, la bonté du conteur l’emporte.

L’éloge de la nature

Avec Reiner Kunze, Alexis Gloaguen, Sylvia Lipa-Lacarrière, Mireille Gansel et Yvon Le Men - Saint-Malo 2012

Avec Reiner Kunze, Alexis Gloaguen, Sylvia Lipa-Lacarrière, Mireille Gansel et Yvon Le Men