Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

THORET Jean-Baptiste

Road Movie, USA (Hoëbeke, 2011)

Biographie

Spécialiste du Nouvel Hollywood et du cinéma italien des années 70, Jean-Baptiste Thoret, né en 1969, est historien et critique de cinéma. Spécialiste des réalisateurs de genre comme John Carpenter, Tobe Hooper et George A. Romero, co-rédacteur en chef de la revue Simulacres de 1999 à 2003 puis de Panic depuis 2005, il collabore aux émissions de radio Mauvais genres et La Dispute sur France Culture et tient une rubrique cinéma dans l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Auteur d’un documentaire sur Dario Argento, Soupirs dans un corridor lointain(2001), il a participé aux récents ouvrages Dennis Hopper et le Nouvel Hollywood, Riffs pour Melville (Yellow Now) et Koji Wakamatsu, cinéaste de la révolte .

Avec Road Movie, publié en 2011, il entreprend de comprendre une partie du mythe Américain à travers le “road movie” : un genre 100% américain, né du désir de prendre la mesure d’un pays gigantesque, lieu de tous les fantasmes, de toutes les démesures, de tous les paradoxes.


En savoir plus :

Bibliographie :

  • Road Movie, USA (Hoëbeke, 2011) - co-écrit avec Bernard Benoliel
  • Cinéma contemporain : mode d’emploi (Flammarion, 2011)
  • Sergio Leone (Cahiers du Cinéma/Le Monde, 2008)
  • Politique des zombies, l’Amérique selon Romero (dir.) (Ellipses, 2007)
  • Le Cinéma américain des années 70 (Cahiers du cinéma, 2006)
  • Why Not ? Sur le cinéma américain (Rouge profond, 2003) (coordinateur avec Jean-Pierre Moussaron)
  • 26 secondes : L’Amérique éclaboussée. L’assassinat de JFK et le cinéma américain,
    (Rouge profond, 2003) - prix 2003 du Syndicat français de la critique de cinéma, meilleur essai
  • Dario Argento, magicien de la peur (Cahiers du cinéma, 2002/2008)
  • Une expérience américaine du chaos : Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper (Dreamland, 2001)
  • Mythes et Masques : Les fantômes de John Carpenter (Dreamland, 1998), avec Luc Lagier - prix de la Cinémathèque française pour le meilleur ouvrage critique français de l’année

Présentation de Road Movie, USA :

spip_logo
L’Amérique a tout de suite eu besoin du cinéma : pour tirer le portrait de tout un peuple d’émigrés venus bâtir une nation. Pour s’imposer comme le pays de la liberté. Pour saisir comme dans un miroir grands espaces, ciels bleus et routes à perte de vue, autant de promesses de trajets initiatiques. Des Raisins de la colère à La Balade sauvage, de la fin des Temps modernes à Easy Rider, de New York-Miami à Route One/USA, le road movie – un drôle de genre qui doit beaucoup au western et veut encore y croire – s’est confronté à cette immensité du continent, lieu de tous les fantasmes, de toutes les démesures, de tous les paradoxes. Paradoxe de voyages qui en chemin n’en finissent pas de retrouver les traces du passé. Paradoxe d’aventures qui se révèlent toutes, pour le meilleur et pour le pire, une expérience intérieure, un aller sans retour, voire une hallucination. Paradoxe de films qui voudraient prendre la mesure d’un pays gigantesque comme une carte rêve de correspondre à son territoire.

Road Movie USA

Hoëbeke - 2011

Road Movie USA L’Amérique a tout de suite eu besoin du cinéma : pour tirer le portrait de tout un peuple d’émigrés venus bâtir une nation. Pour s’imposer comme le pays de la liberté. Pour saisir comme dans un miroir grands espaces, ciels bleus et routes à perte de vue, autant de promesses de trajets initiatiques. Des Raisins de la colère à La Balade sauvage, de la fin des Temps modernes à Easy Rider, de New York-Miami à Route One/USA, le road movie – un drôle de genre qui doit beaucoup au western et veut encore y croire – s’est confronté à cette immensité du continent, lieu de tous les fantasmes, de toutes les démesures, de tous les paradoxes. Paradoxe de voyages qui en chemin n’en finissent pas de retrouver les traces du passé. Paradoxe d’aventures qui se révèlent toutes, pour le meilleur et pour le pire, une expérience intérieure, un aller sans retour, voire une hallucination. Paradoxe de films qui voudraient prendre la mesure d’un pays gigantesque comme une carte rêve de correspondre à son territoire.

Sur la route

Sur la route

Avec Jean-Baptiste Thoret, Barry Miles, Paolo Rumiz, Eric Sarner et Jean-François Duval - Saint-Malo 2012

Avec Jean-Baptiste Thoret, Barry Miles, Paolo Rumiz, Eric Sarner et Jean-François Duval