Dico des invités depuis 1990

MANAS José Angel

Espagne

La Nuit des morts (Anacharsis, 2015)

Avec une entrée fracassante dans la littérature espagnole dès la sortie de son premier roman Historias del Kronen, lauréat du Prix Nadal en 1994, l’espagnol José Angel Mañas a su s’imposer de voix ferme. Ses intrigues policières dénoncent les dérives d’une société de consommation qui ne sait plus quoi inventer pour combler son vide émotionnel, l’Homme étant considéré lui-même comme un produit. Inscrite dans un "style socialo-réaliste", sa vision du monde, sans indulgence et empreinte d’humour noir dérange.

Lorsque Historias del Kronen paraît, José Angel opère un coup de maître et insuffle un nouvel élan romanesque dans une époque de désenchantement littéraire en Espagne. Soucieux de restituer une certaine réalité sociale, il s’accapare les éléments contemporains d’une culture punk-rock et télévisuelle en intégrant dans son œuvre à la fois le langage de la rue et les sujets tels que l’alcool, la drogue, le sexe, ou encore la pub via des jeux typographiques et de mise en page. Il inspire alors une nouvelle génération d’auteurs : la génération X, qui deviendra la « generacion Kronen » portée à la fin des années 90 par de jeunes écrivains tels que Pedro Maestre ou Ray Loriga. Écrire la société, le corps et le sexe sont au cœur de leurs oeuvres qui dénoncent la vacuité de l’être.

José Angel Manas étudie l’Histoire contemporaine à l’Université autonome de Madrid, mais également en Angleterre et en France, tout en restant connecté au monde littéraire. Indigné de voir à quel point la littérature est devenue commerciale et de quelle manière le fantasme d’être écrivain supplante l’acte d’écrire en lui-même, il publie L’Affaire Karen qui dévoile la perfidie du monde de l’édition et du monde des lettres en écho à la violence d’un trafic de drogue. Il effectue ensuite une satire de cette déchéance de l’écrivain-imposteur en écrivain-escroc dans le psycho-thriller Je suis un écrivain frustré, lauréat du Prix Paul Guérin en 2009, et adapté au cinéma par Patrick Bouchitey sous le titre Imposteur.

Dans sa dernière parution en France, cet auteur emblématique du réalisme social rompt avec le roman policier. José Angel Manas abandonne le vide existentiel, la violence ainsi que la désillusion de ses personnages, et s’aventure pour la première fois dans un nouveau genre : le roman historique. Dans un style réaliste qui a souvent recours au langage audiovisuel propre à l’auteur, celui-ci traite d’un grand mythe de l’antiquité, Alexandre le Grand dans La Nuit des morts. Ce nouveau défi s’inscrit dans la continuité des thèmes abordés dans ces œuvres précédentes : la jeunesse, le chaos, les conflits générationnels, le désir de conquête...


Bibliographie

  • La nuit des morts, traduit par (Anacharsis, 2015)
  • L’affaire Karen, traduit par Jean-François Carcelen et Jean Vila (Métailié, 2008)
  • Quand on aime (Métailié, 2003)
  • La Ville disjonktée, traduit par Jean-François Carcelen et Jean Vila (Anne-Marie Métailié, 2003)
  • Je suis un écrivain frustré traduit par Jean-François Carcelen (Anne-Marie Métailié, 1998)
La nuit des morts

La nuit des morts

Anacharsis - 2015

José Ángel Mañas déroule ici une frise flamboyante comme un bas-relief babylonien qui aurait été conçue par un dramaturge grec.
La nuit de l’an 323 avant Jésus-Christ. Alexandre le
Grand, fiévreux, agonise dans son lit face aux jardins
suspendus de Babylone. À sa demande, son devin Aristandre convoque les mânes de ceux qui l’ont accompagnédans son invraisemblable entreprise. Lentement, l’un après l’autre, les fantômes arrivent boire le sang chaud du sacrifice et se confrontent à Alexandre, auquel ils font revivre, âpres, cruels
ou joyeux, les jours intenses de son aventure.
Ainsi commence cette Nuit des Morts, point d’ancrage d’une fresque épique que José Ángel Mañas nous fait revivre en nous emmenant de la Macédoine jusqu’en Inde en passant par Suse, capitale de l’Empire perse achéménide, ou les
déserts d’Égypte et d’Hyrcanie.
Emportés par les péripéties d’une conquête effrénée qui semble ne jamais devoir finir, Macédoniens, Perses, Indiens on Égyptiens un temps amis, le lendemain ennemis implacables, au campement d’Alexandre ou dans les palais des capitales de l’Empire perse, se débattent comme qui se noit dans la mer d’un destin d’orage. Nicias, simple soldat, Alexandre et ses amis d’enfance, Darius Codoman, Grand Roi de Perse, ou sa mère Sisygambis, Autophradatès et Artabaze, les fidèles tenants d’un empire qui s’effondre, ou Cambyse, traître malgré lui, et Bessos l’ambitieux donnent de la voix dans un monde bouleversé où les dieux eux-mêmes sont de la partie.

Un roman polyphonique au rythme hardi dont les chants successifs nous conduisent au coeur des petites et grandes aventures qui ont présidé à la naissance par le fer et dans le sang d’un empire aussi immense qu’éphémère, et à l’éclosion d’une légende universelle.
La Nuit des Morts, au fond, c’est le Roman d’Alexandre de ce début de XXIe siècle.

Traduit de l’espagnol par Anouk Minkine.


Revue de presse

C’est un magnifique roman qui ne devrait pas intéréssé que les amateurs du genre historique."

https://www.joseangelmanas.com/secreto_oraculo.html

Lors de la phase de recherche, il a retrouvé ses vieux livres de la Faculté d’Histoire. Des études qui lui ont permis de se rapprocher de cette époque avec plus d’aisance. "Il existait une tension entre le roman et l’Histoire, mais je n’ai pas hésité. J’ai pris les licences poétiques dont j’avais besoin. Quand tu entreprends un tel défi, tu as deux problèmes : exagérer ou réduire le nombre de pages. Ce sont onze ans de campagne. Il faut synthétiser. Je l’ai fait en cinq cents pages. L’obstacle suivant est la monotonie. Il faut tisser les batailles de sorte à ne pas ennuyer, parce quec’est toujours la même chose : Alexandre arrive, il affronte son adversaire et gagne. Et cela se répèet encore et encore.
https://www.larazon.es/manas-deja-el-kronen-y-se-pasa-a-la-novela-historica-QJLA_RAZON_29164#Ttt1u4tLRAXB5fpS


Vidéo

La ville disjonktée

Anne-Marie Métailié - 2003

Epopées

Avec Philipp Meyer, Aleksandar Gatalica, Jack Küpfer, José Angel Mañas. - Saint-Malo 2015

Avec Philipp Meyer, Aleksandar Gatalica, Jack Küpfer, José Angel Mañas. Débat animé par Emmanuelle Dancourt


La nuit des morts

Avec José Angel Mañas - Saint-Malo 2015


Avec José Angel Mañas, une rencontre animée par Eduardo Castillo


Quand le roman écrit l’histoire

Avec José Angel Mañas, Bachi Salim, Jil Silberstein, Aleksandar Gatalica. Rencontre animée par Yann Nicol - Saint-Malo 2015

Avec José Angel Mañas, Bachi Salim, Jil Silberstein, Aleksandar Gatalica. Rencontre animée par Yann Nicol