Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

LE CORRE Yvon

France

Les Outils de la Passion (Glénat, 2010)

Biographie

Nomade rebelle, marin avisé, peintre de talent, il a parcouru le monde sur des bateaux étonnants, pour aller à la rencontre du monde et des autres.
Il en a rapporté des carnets de voyage et des récits. La baie de Morlaix, Roscoff, Saint-Malo, l’Irlande ou encore Marseille, la Corse, la Corogne, Récife au Brésil et plus à l’ouest Manhattan, Seaport... autant de destinations aux noms évocateurs où l’homme a dessiné sa vie.

Dès l’âge de cinq ans, il découvre la région de Saint-Malo, ses traditions, ses différents métiers, un pinceau à la main. Son univers s’élargit mais le goût de l’observation fine et du dessin reste lorsqu’il découvre la Yougoslavie à 15 ans. Il se met à dessiner des articulations de gouvernail de trains de flottage de bois sur les rivières du Monténégro et réalise des portraits de bûcherons, de leurs outils, de leurs maisons. Attiré par le dépaysement, il part seul l’année suivante en Autriche et en Turquie où il troque ses croquis contre des repas. À partir de ce moment, le dessin restera pour lui une monnaie d’échange, le moyen de survivre à l’étranger.

Citoyen des mers il embarque au fil de sa vie sur cinq bateaux, Iris, Eliboubane, Yuna, Alexandrie ou Divalo, des navires d’architecture ancienne qui sont comme autant d’outils qui ont forgé les mains du marin, l’ont mené de mondes de glace (Antarctide) en déserts (Taïeb, une rencontre au désert) et de situations passionnantes et enrichissantes en aventures brutales ou dangereuses.

Les outils de la passion, aujourd’hui réédité, nous emmène au côté d’un homme en quête d’une vie plus authentique, plus précaire aussi, loin des standards habituels. Des premiers bords tirés avec La Marie-Chose de Carantec aux découvertes plus lointaines, il a capté les gestes simples des hommes "qui forgent de leurs mains les choses de la vie". Il a enrichi la première édition de nombreuses légendes manuscrites. Ses aquarelles et ses dessins qui ont saisi les détails des choses, des gens, des bateaux, sont mis en page avec des documents anciens souvent dans une dominante sépia, et des blocs de textes agréablement répartis.

Yvon Le Corre revient à Saint-Malo avec L’Ivre de mer, un ouvrage édité par ses soins et imprimé à l’ancienne, au plomb, au cuivre et à l’eau forte ! Un texte sur la mer, parsemé d’aquarellse, "un hymne au temps et à la liberté, humble recueil d’amuse-gueules dont le goût reste longtemps en bouche" selon Nicolas Salles du Télégramme. Et Yvon d’ajouter : « J’ai été libre de faire exactement ce que je voulais. Et le temps ne comptait pas ». Un livre qui fera l’objet d’une exposition à la Maison de la poésie et des écrivains dans la vieille ville !


Bibliographie :

  • Les Outils de la Passion, réédition (Glénat, 2010)
  • Taïeb, une rencontre au désert (Le Chêne 2002)
  • Les Outils de la Passion (Le Chasse-Marée, 2001)
  • Carnet d’Irlande (Chasse-marée, 2000)
  • Mali melo (Glénat, 2000)
  • Irlande. Les Demeures du grand souffle (Gallimard, 1994)
  • Antarctide (Gallimard, 1992)
  • Les Tavernes d’Alcina (Gallimard, 1990)
  • Heureux qui comme Iris (Gallimard, 1978)

Présentation de Les Outils de la Passion

SPIP_LOGO

Une écriture rebelle et fantasque. Des dessins qui se reconnaissent au premier coup d’œil. Une passion pour la vie quand on va au bout de ses rêves. Une passion pour la mer. Cet ouvrage est devenu un classique. Pour cette nouvelle édition, Yvon Le Corre a ajouté de nombreuses légendes.
« Écoute, c’est un secret : ralentis ta vie au point qu’elle devienne tienne. Ensuite, prends ton élan et mets-y ta passion. »

Depuis son enfance dans la baie de Morlaix (Finistère), Yvon Le Corre collectionne les images – photos fanées, pages griffonnées, aquarelles éclatantes de fraîcheur – qui ponctuent son aventure intérieure et rythment sa formidable expérience de la mer, sur ses voiliers traditionnels successifs. Yvon Le Corre a amarré son cœur à Tréguier, port des Côtes- d’Armor, dans une maison à colombages naguère promise à la démolition, une « vieille coque » restaurée à la main, comme un bateau.

Revue de presse :

  • " Les outils de la passion, c’est un beau et bon livre. Il sent les copeaux de chêne, le bitume, le chanvre et l’encre de chine. Et le sel, et le vin de l’aventure maritime, humaine. Yvon Le Corre, le peintre, le dessinateur, rivalise de talent avec Le Corre Yvon, le marin et l’écrivain. Pas si simple à décrire, d’ailleurs, que ce fort volume de 264 pages sur beau papier épais. On pourrait dire que c’est un capharnaüm, irrésistible, qui tient a la fois du carnet de voyage, du cours de navigation, du journal intime et du traité d’architecture navale.
    Yvon Le Corre y raconte à la fois ses périples - au Brésil, en Bretagne, son pays, en Galice, dans le Maine, aux Caraïbes, en Irlande -, sa vie et ses bateaux, des voiliers en bois à l’ancienne. (...) Pas de logique à chercher dans ce récit que l’on découvre comme on découvre un archipel, par bribes, à l’improviste, et dicte par un besoin unique, être marin, parfois dans le dénuement mais dans la plénitude" LE MARIN
  • "Les Outils de la passion d’Yvon Le Corre est la matrice de nombre de carnets de voyages. En tout cas de qualité, tels ceux dus à Titouan Lamazou (il fut l’equipier et l’éleve du dessinateur Le Corre) ou à Gildas Flahault. En verité, il s’agit plutôt d’un carnet de l’intime et de la transmission." VOILES ET VOILIERS
Les outils de la passion

Les outils de la passion

(Alain Gallet, France 3 Ouest, 2000, 52’) -
© France 3 Ouest

Un superbe portrait du peintre navigateur Yvon Le Corre qui se confie, livre son cheminement intérieur. C’est un voyage jalonné de "moments poétiques" et habité par une parole forte, sensible, tout empreinte d’humanisme, dont la qualité lui confère une dimension toute particulière. En présence du réalisateur.
Suivi d’une rencontre avec Yvon Le Corre.

Les Outils de la Passion

Glénat - 2010

Revenu de ses nombreux périples à travers le monde, Yvon Le Corre fait partager sa quête des outils nécessaires pour vivre sa passion de la mer et de la côte.Tous ses bateaux sont présents : celui des premiers bords, la Marie-Chose de Carantec, l’Iris, merveilleux smack de l’Essex, qui finit drossé sur les côtes d’Écosse, pillé par les naufrageurs ; Eliboubane, cent fois rêvé, cent fois dessiné, cent fois regréé, le bateau des mille aventures, offert un beau jour à un travailleur des mers lointaines ; vint le tour de Youna, gracieuse Nordique qui lui prodigua les joies d’une navigation familiale au ras des grèves ; quant au dernier venu, Divalo, un chaland à voiles, c’est l’archétype d’une vie toute simple sur l’eau. Tous ces bateaux et bien d’autres croqués au hasard de ses pérégrinations, en Bretagne, en Patagonie, au Portugal, aux Caraïbes ou dans les îles du Cap-Vert sont les outils d’une passion vécue jusqu’au bout des rêves.


Les Tavernes d’Alcina

Gallimard - 1990

Yvon Le Corre, l’Ivre de mer

Saint-Malo 2011

Un débat animé par Géraldine Delauney