VANIER Nicolas

France

Loup (XO Editions, 2008 / Nathan Jeunesse, 2009)

Biographie

Pour Nicolas Vanier, l’horizon est au Nord.
Depuis bientôt 30 ans il a multiplié les expéditions dans tous les déserts blancs, à cheval, en traîneau à chiens, ou en canoë, des vastes plateaux de Laponie à la Sibérie, en passant par la péninsule du Nouveau Québec-Labrador. Ses livres et ses films, pour adultes comme pour enfants, renouent avec la grande tradition du voyage d’exploration et font partager paysages grandioses, expériences humaines et rencontres inoubliables.

Sa première expédition à pied, il l’entreprend à dix-sept ans : direction les vastes plateaux de Laponie. Accessible depuis la Gare du Nord de Paris, la Laponie est aussi le seul grand Nord adapté au petit budget de l’étudiant sans le sous qu’il est.
Expérience fondatrice puisque sa boussole le mènera désormais toujours dans la même direction, dans des embarcations traditionnelles qui changeront au gré des terrains.

Ainsi, l’année suivante, il traverse en canoë le Grand Nord québécois depuis Shefferville jusqu’à la baie d’Ungava sur les traces des Indiens Montagnais, puis intègre une équipée de deux coureurs et de vingt chiens de traîneau pour traverser la péninsule du Nouveau Québec-Labrador. Le livre Grand Nord et le film Coureurs des Bois font part de sa découverte de la complicité qui unit les attelages de chiens et leur musher, et du sentiment grisant de liberté qu’il ressent. Sitôt rentré il n’a alors plus qu’une idée en tête : repartir. Plus loin, plus longtemps, mais toujours dans la même quête d’authenticité.

De 1986 à 1987, au terme d’une longue préparation technique et d’une laborieuse recherche de financements, il s’élance à nouveau pour un long périple d’un an et demi à travers les Montagnes Rocheuses et l’Alaska.
Trois films de 52 minutes regroupés sous le nom de Triathlon Historique, ont été réalisés sur cette traversée, ainsi qu’un livre du même nom.
Puisque le Nord se décline sous plusieurs longitudes, il part pour la taïga sauvage, qu’il traverse de la Mongolie à l’océan Arctique (Au nord de l’hiver, Transsibérie, le mythe sauvage) et partage plusieurs mois la vie d’une famille évène, éleveurs de rennes et nomades, dans l’arctique sibérien (La vie en nord). Entrainant ceux qu’il aime dans sa passion, il entreprend ensuite un grand périple de 2 500 kilomètres jusqu’en Alaska avec sa femme et sa fille d’un an et demi. Le livre et le film (L’Enfant des Neiges) lui apporte la notoriété.

Fort de la belle performance de son attelage lors de la Yukon Quest, la course de mushers la plus dure du monde à laquelle il participe en 1996, il se lance dans L’Odyssée Blanche, la traversée intégrale du Grand Nord canadien d’ouest en est, d’un océan à l’autre.
Souhaitant faire partager sa passion, il organise la première édition de la Grande Odyssée dans les Alpes et fonde « Les Fauteuils Glissants » une association qui a pour but de rendre possible aux handicapés moteur la pratique du traîneau à chiens.
Sa préparation de l’Odyssée Sibérienne en 2005 est l’occasion de mettre en place un vaste programme d’éducation à l’environnement avec de nombreux partenaires média. Cette Odyssée veut montrer la beauté de cet incroyable territoire et la grandeur de ceux qui y vivent. Au retour de l’expédition, Nicolas Vanier pose cependant une question : pour combien de temps encore ce territoire sera-t-il préservé ?


Bibliographie :

  • Loup (XO Editions, 2008 / Nathan Jeunesse, 2009)
  • Mémoires Glacées (Éditions XO, 2008)
  • L’Odyssée Sibérienne (Éditions du Chêne, 2006)
  • L’Odyssée Sibérienne, Le Guide de l’Aventurier (Nathan Jeunesse, 2006)
  • Tadlak, entre chien et loup Écrit par Diane Vanier, Photos de Nicolas Vanier, (Éditions du Chêne Jeunesse, 2006)
  • Le Dernier Trappeur (Éditions du Chêne, 2004)
  • L’or sous la neige (Éditions XO, 2004)
  • Le voyageur du Froid (Éditions du Chêne, 2003)
  • C’est encore loin l’Alaska... (Editions Albin Michel, 2000)
  • Le Chant du Grand Nord (Éditions XO, 2000)
  • Le Grand Brame (Éditions JC Lattès, 1998)
  • Taïga ou le rêve sibérien (Editions la Martinière, 1998)
  • Destin Nord (Robert Laffont, 1998)
  • Un hiver sur les traces de Jack London (Editions la Martinière, 1997)
  • Nord, Grands voyages dans les Pays d’En Haut (Editions la Martinière, 1997)
  • Robinson du froid (Diane et Nicolas Vanier, Editions de La martinière, 1997)
  • L’Enfant des Neiges (TF1 Éditions - Éditions du Chêne, 1995)
  • Otchum, chef de meute (Editions de La martinière, 1994)
  • Solitudes Blanches (Actes Sud, 1994)
  • La Vie en Nord, Douze ans sur la piste des trappeurs (Robert Laffont, 1993)
  • Transsibérie, le mythe sauvage (Robert Laffont, 1991)
  • Le Triathlon Historique (Albin Michel, 1988)

Filmographie :


Présentation de Loup

Avec ce roman d’aventures mené tambour battant, Nicolas Vanier nous transporte au milieu de territoires sublimes et inconnus.
Attendri par le spectacle d’une louve jouant avec ses louveteaux, Sergueï sait qu’il transgresse les lois millénaires de son peuple nomade. Il a en face de lui des loups, les égorgeurs de rennes, les ennemis héréditaires. Il est tenu par son rôle de futur chef de clan de les abattre tous, sans état d’âme. Mais, dans l’insouciance de ses dix-sept ans, Sergueï se dit qu’il aura tout le temps de le faire plus tard. Pas un instant, il ne pense que sa vie est en train de basculer. Le jeune Évène vient d’entrer dans le cercle des loups.
À cause de cette trahison, Sergueï est renié par son père et banni de son clan. Il doit désormais survivre seul dans le désert glacé de la Sibérie. Mais quand des hommes sans scrupules, venus de cet ouest tout-puissant, débarquent et menacent la survie des siens, le jeune homme n’a plus qu’une idée en tête : sauver coûte que coûte sa tribu et la femme qu’il aime. Seul contre les pirates des temps modernes, Serguei réussira-t-il à empêcher la disparition de son peuple ?

Une aventure extraordinaire au cœur du Grand Nord sibérien, entre un monde ancestral régi par les lois de la nature et la modernité, qui menace de tout balayer. Ce roman a été adapté au cinéma par Nicolas Vanier en 2009.


Site officiel de Nicolas Vanier


L'Odyssée blanche

L’Odyssée blanche

(Nicolas Vanier, MC4, 2000, 52’) -

En traversant le Grand Nord canadien d’est en ouest en moins de 100 jours, Nicolas Vanier relève le défi le plus fou de sa carrière !

Après avoir traversé la Sibérie en 1990-1991, Nicolas Vanier relève en 1999 un nouveau défi, que beaucoup considéraient infaisable, voire insensé : la traversée du Grand Nord canadien en un temps record. Baptisée l’Odyssée blanche, cette expédition se déroule aux confins de territoires qui comptent parmi les plus majestueux et les plus dangereux de la planète. Seul avec son équipage de chiens de traîneaux, Nicolas va ainsi relier, en un hiver, l’océan Pacifique à l’océan Atlantique à travers tout le Grand Nord canadien, depuis Skagway en Alaska jusqu’à Québec au Canada : Montagnes Rocheuses, grands lacs, fleuves gelés, banquise, taïga et toundra…

Nicolas va parcourir près de 8 000 km par des températures qui atteignent -40 °C de moyenne. Cette aventure surhumaine, Nicolas Vanier l’accomplit avec un seul mot d’ordre : le respect de la nature. Un respect qui passe par l’art du déplacement. Pas question d’utiliser autre chose que le moyen de locomotion le plus naturel (et le plus approprié) : le traîneau à chiens. Constitué, par Nicolas Vanier lui-même, de chiens plus qu’expérimentés, cet attelage indispensable confine l’Odyssée Blanche à un art de voyager. Un périple de communauté où l’homme et les chiens sont dépendants les uns des autres, poussés par le même désir d’avancer, de poursuivre la route, au mépris des incertitudes climatiques, de la fatigue et des dangers.

Pour l’Odyssée Blanche, Nicolas et ses chiens vont engloutir près de 100 kilomètres par jour de pistes enneigées. Il faut savoir que ces pistes doivent être balisées en motoneige. Dans son périple, Vanier est épaulé par des Indiens, des Inuit et des trappeurs, lesquels servent de guides en se relayant. Ils précèdent l’attelage de Nicolas de quelques jours et lui ouvrent les 8000 km de route. Autant d’implications humaines et animales au service d’une aventure dont la grandeur et la rudesse imposent bel et bien Nicolas Vanier comme le successeur de Jack London.

En présence de Nicolas Vanier.


L'Odyssée Blanche

L’Odyssée Blanche

(Nicolas Vanier, MC4, 2000, 90’) -

En traversant le Grand Nord canadien d’est en ouest en moins de 100 jours, Nicolas Vanier relève le défi le plus fou de sa carrière !

Après avoir traversé la Sibérie en 1990-1991, Nicolas Vanier relève en 1999 un nouveau défi, que beaucoup considéraient infaisable, voire insensé : la traversée du Grand Nord canadien en un temps record. Baptisée l’Odyssée blanche, cette expédition se déroule aux confins de territoires qui comptent parmi les plus majestueux et les plus dangereux de la planète. Seul avec son équipage de chiens de traîneaux, Nicolas va ainsi relier, en un hiver, l’océan Pacifique à l’océan Atlantique à travers tout le Grand Nord canadien, depuis Skagway en Alaska jusqu’à Québec au Canada : Montagnes Rocheuses, grands lacs, fleuves gelés, banquise, taïga et toundra…

Nicolas va parcourir près de 8 000 km par des températures qui atteignent -40 °C de moyenne. Cette aventure surhumaine, Nicolas Vanier l’accomplit avec un seul mot d’ordre : le respect de la nature. Un respect qui passe par l’art du déplacement. Pas question d’utiliser autre chose que le moyen de locomotion le plus naturel (et le plus approprié) : le traîneau à chiens. Constitué, par Nicolas Vanier lui-même, de chiens plus qu’expérimentés, cet attelage indispensable confine l’Odyssée Blanche à un art de voyager. Un périple de communauté où l’homme et les chiens sont dépendants les uns des autres, poussés par le même désir d’avancer, de poursuivre la route, au mépris des incertitudes climatiques, de la fatigue et des dangers.

Pour l’Odyssée Blanche, Nicolas et ses chiens vont engloutir près de 100 kilomètres par jour de pistes enneigées. Il faut savoir que ces pistes doivent être balisées en motoneige. Dans son périple, Vanier est épaulé par des Indiens, des Inuit et des trappeurs, lesquels servent de guides en se relayant. Ils précèdent l’attelage de Nicolas de quelques jours et lui ouvrent les 8000 km de route. Autant d’implications humaines et animales au service d’une aventure dont la grandeur et la rudesse imposent bel et bien Nicolas Vanier comme le successeur de Jack London.
Samedi 2 juin à 10h30
Suivi d’une rencontre “Voyageurs de la glace”

Belle et Sébastien

XO Editions - 2013

D’après l’oeuvre de Cécile Aubry L’amitié et l’amour comme remparts à la folie des hommes 1943. Dans un vil­lage au cœur des Alpes, les trou­pes alle­man­des font régner la peur. Malgré tout, cer­tains s’orga­ni­sent et résis­tent… Alors qu’Angelina, la belle bou­lan­gère, doit four­nir coûte que coûte du pain aux Allemands, le doc­teur Guillaume, lui, fait passer la fron­tière en mon­ta­gne à des juifs per­sé­cu­tés. Le lieu­te­nant alle­mand Peter Braun le sait et cher­che à démas­quer les fugi­tifs et leur guide. À cette périlleuse passe d’armes s’ajoute une riva­lité entre les deux hommes au sujet d’Angelina… Pendant ce temps, le vil­lage tout entier s’est ligué contre Belle, la chienne des Pyrénées. Est-elle bien cet animal errant qui égorge les mou­tons ? Sébastien, l’enfant des mon­ta­gnes, s’est promis de la défen­dre, de la sauver, alors que tous se sont unis contre « la Bête ». Au cœur de la mon­ta­gne magni­fi­que et par­fois ter­ri­fiante se noue un drame que seule l’amitié pourra déjouer. Si Sébastien par­vient à vain­cre les pré­ju­gés des hommes…


Le grand voyage : Mohawks et le peuple d’en haut

XO Editions - 2011

« Tu iras par la terre, la pierre, le flot et les glaces. » Ce sont les dernières paroles que Raian, le vieux chef Nahanni, adresse à Mohawks, son arrière-petit-fils de seize ans. Le Grand Voyage ! La plus haute mission qui soit. Très rarement initiée, encore plus rarement réussie. Parmi les obstacles et non des moindres : l amour, qui immobilise. Car la route est longue... Le nouveau Zuyis, le Voyageur doit rejoindre quatre villages sacrés et recréer le lien qui est l unité et la force des peuples d en haut. Tous vont attendre son retour. Il ne faut pas tarder. Une menace plane... Mohawks part pour un voyage qui durera 48 lunes. En canoë, à cheval, puis avec un attelage de chiens dont le fidèle Torok est le chef de meute, il va relier les différents villages en parcourant sans relâche la taïga, la toundra, les montagnes et la banquise. Il va errer, espérer, apprendre et se décourager jusqu à en perdre le fil de sa quête. Mais opiniâtre, fier et vaillant, malgré l amour, le froid, la solitude et les épreuves, le Voyageur n abandonnera jamais... Né en 1962, Nicolas Vanier vit en Sologne avec sa femme et leurs trois enfants, lorsqu il ne voyage pas à travers le Grand Nord. Il a raconté ses aventures dans plusieurs ouvrages et films qui ont connu d immenses succès parmi lesquels Le Chant du Grand Nord, L Or sous la neige, L Odyssée sibérienne, Le Dernier Trappeur, Mémoires glacées et loup.


Solitudes blanches

Actes Sud - 1994

La vie en Nord : douze ans sur la piste des trappeurs

Robert Laffont - 1993