MARY Donatien

France

Les mystères de Larispem - III - L’élixir de vérité (Gallimard Jeunesse, 2018)

Artiste polyvalent, Donatien Mary met son talent au service de toutes sortes d’ouvrages : rompu aux techniques de gravure, il illustre des romans, comme des bandes-dessinées et des recueils de poésie. Des pochoirs, aux traits longilignes en passant par les estampes et les tampons, il adapte audacieusement ses méthode à ses sujets, avec une habileté et une finesse qui font de lui un illustrateur en pleine ascension dans le paysage français. Il était déjà exposé au festival en 2016 et nous avons renouvelé notre invitation pour l’édition 2019 afin qu’il nous présente les délicates illustrations à l’encre de Chine des trois tomes de la saga Larispem, à l’occasion d’une exposition à la maison de l’imaginaire.

Dessinateur, illustrateur, graveur, Donatien Mary est (brillamment) diplômé des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2007. Jeune papa parisien, il jongle entre son travail d’illustrateur et des projets personnels peuplés de dinosaures, de marins et de comètes. Il expérimente le dessin sous différentes formes et s’attache à développer un univers singulier. Ainsi chaque projet connaît sa technique propre, avec une certaine prédilection pour toutes les techniques de l’estampe : eaux-fortes, aquatintes, gravures sur bois, linos, ou gommes.

Ayant illustré à ce jour plus d’une dizaine de livres, albums, recueils de poésie, il publie en 2014 chez Cornélius sa première bande-dessinée, Que la bête fleurisse, où les planches originales sont réalisées en gravure sur cuivre, chaque case est une petite plaque, et l’album compte donc 400 eaux-fortes, soit 24 kilos de cuivre. L’album est un huis-clos marin quasi-mystique sur fond de chasse à la baleine, où le dessin prend le dessus sur le texte, minimaliste. Ces magnifiques eaux-fortes sous-marines ont été exposées pour l’édition 2016 du festival. Il a également participé à la mise en dessin, chez Gallimard jeunesse, de deux recueils de poésie, l’un consacré à Verlaine, l’autre à Cendrars, et illustré un livre documentaire destiné aux enfants sur l’écologie et l’environnement (Vivre dans et avec l’environnement).

Nominé en 2019 pour le Grand Prix de l’Imaginaire dans la catégorie illustration pour ses illustrations de la saga écrite par Lucie Pierrat-Pajot (qui nous fera le plaisir d’être présente pour la prochaine édition du festival) Les mystères de Larispem, il exposera à la maison de l’imaginaire des originaux de son travail : subtiles et minutieuses, au pochoir et à l’encre de Chine soufflée, ses illustrations jouent, entre ombre et lumière, la carte de la délicatesse dans un univers steampunk mystérieux.

Que la bête fleurisse

Que la bête fleurisse

Cornélius - 2014

Sur le pont d’un baleinier, l’équipage scrute l’horizon, plongé dans une attente mortifère. Malgré des semaines en mer et la certitude de tenir le bon cap, les proies ne se montrent toujours pas. Désespéré, le capitaine est sur le point d’’abandonner cette désastreuse campagne de chasse, quand la découverte au pas de sa porte d’’une dent de cachalot gravée coïncide avec l’apparition d’un banc de baleine. La chasse commence et la chance semble tourner. Les baleines sont là tous les matins, les cales se remplissent de graisse et régulièrement le capitaine trouve une nouvelle dent, ornée de créatures marines fantastiques. Au cours de ces chasses, un harponneur au visage impassible s’illustre. D’une adresse remarquable, il gagne la confiance du capitaine et de ses seconds ainsi que le respect de l’équipage. Mais son attitude placide face aux événements va bientôt déstabiliser le fragile équilibre qui règne à bord. La hiérarchie est mise à mal lorsque les marins passent de l’admiration à la vénération pour le harponneur : c’est lui qui grave les dents de cachalots. Aveuglé par l’appât du gain et la volonté de rentrer au port les cales pleines, le capitaine s’apercevra trop tard du changement qui s’opère au cœur de son équipage. Les funestes présages qui apparaissent sur chaque nouvelle dent, chaque fois plus terribles, se confondront bientôt avec la réalité.


Revue de presse :

Vivre dans et avec l'environnement

Vivre dans et avec l’environnement

Gallimard jeunesse - 2015

Une philosophe discute avec un ami d’un sujet qui leur tient très à coeur : l’environnement, le rapport de l’homme au milieu où il vit et dont il dépend, sur lequel il agit, qu’il crée et qu’il aménage, mais qu’il met aussi en danger. Aujourd’hui, avec le réchauffement climatique, l’épuisement des sols et des ressources naturelles, le trou dans la couche d’ozone, la pollution et les maladies qui en découlent, c’est l’humanité tout entière qui fait face à une crise écologique. Mais il n’est pas trop tard pour agir, préserver la diversité des formes d’existence sur la terre, développer une autre relation, plus respectueuse et sans doute plus frugale, à tout ce qui nous entoure, cultiver son « jardin de résistance » afin de mieux vivre dans et avec l’environnement...


Poèmes de Blaise Cendrars

Poèmes de Blaise Cendrars

Gallimard jeunesse - 2013

Il chante la beauté du monde et le bonheur d’exister. Sa vie est légende, son œuvre a l’intensité d’une épopée. Cendrars qui s’était placé sous le signe du feu est un grand poète de la modernité.

Oser et faire du bruit
Tout est couleur mouvement explosion lumière
La vie fleurit aux fenêtres du soleil
Qui se fond dans ma bouche
Je suis mûr
Et je tombe translucide dans la rue...


Poèmes de Paul Verlaine

Poèmes de Paul Verlaine

Gallimard jeunesse - 2012

Avec Verlaine, la poésie devient « romance sans paroles », toute de sensation et d’impressions. Celui qui fut élu « prince des poètes » chante la nuance, l’instant, le fugitif, l’espoir...

Les poèmes de Verlaine sont recommandés par le ministère de l’Éducation nationale en classe de 5e.


Les Derniers Dinosaures

Les Derniers Dinosaures

2024 - 2010

Comète ? ère glaciaire ? éruptions volcaniques ? FA-DAISES ! Découvrez enfin LA vérité sur nos ancêtres les dinosaures. Grâce à la découverte d’un extraordinaire manuscrit, oublié dans les rayons poussiéreux de la lointaine bibliothèque de Bichkek, le lecteur apprendra tout sur nos glorieux aïeux : comment ils vivaient, leurs mœurs, leurs jeux et surtout, bien sûr, l’unique et véritable raison de leur extinction…
Le colossal travail de gravure sur bois de Donatien Mary illustre avec brio ce texte de Didier de Calan, savant mélange d’humour et de poésie, dont la densité d’analyse n’a d’égale que la probité scientifique !
Un livre pour toute la famille.