Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

LEHOUCQ Roland

France

La Science fait son cinéma (Le Bélial’, 2018)

Enfin à Saint-Malo, cet astrophysicien est passionné de science-fiction, c’est dire s’il maîtrise les deux termes de cette littérature pas comme les autres. Il mêle avec autant d’humour que d’habileté pédagogique, son goût pour la littérature inventive et pour ses connaissances scientifiques... et fait de la vulgarisation en amusant, sans pour autant renoncer à la rigueur scientifique. Il faut dire qu’il affiche un brillant parcours : sorti de l’École Normale Supérieure, agrégé de physique, professeur à l’École Polytechnique, directeur du festival nantais au rayonnement international Les Utopiales, chevalier de la légion d’honneur pour contribuer au rayonnement scientifique de la France à l’international… Il publie avec Jean-Sébastien Steyer, un recueil d’essais sur quinze films et leur rapport à la science, de la possibilité de plonger dans un trou noir dans Intersellar à celle de communiquer avec des aliens dans Premier Contact

Sorti de l’École Normale Supérieure, agrégé de physique, professeur à l’École Polytechnique, directeur du festival nantais au rayonnement international Les Utopiales, administrateur de l’Association française d’astronomie, Roland Lehoucq est également directeur de la collection Parallaxe chez Le Bélial’ et vulgarisateur scientifique. Il marie son amour pour la science à celui de la science-fiction dans ses ouvrages. Il vient décortiquer des oeuvres de fiction pour les mettre à l’épreuve de la science. Loin de se faire le détracteur des incohérences scientifiques, il vient au contraire redorer l’image de la science, lui rendre un charme attrayant et accessible aux novices qui se régaleront de ses investigations passionnantes. Il est également contributeur régulier dans la revue Bifrost où il tient une chronique.

En 2018 il est fait chevalier de la légion d’honneur pour sa contribution au rayonnnement de la France à l’international dans le domaine de la recherche en sciences et sciences sociales.

L’ouvrage qui le révèle est publié en 2003, il s’y demande D’où viennent les pouvoirs de Superman ? Décryptant les super-pouvoirs du héros il s’interroge sur les écarts que s’autorisent la bande-dessinée par rapport à la science. C’est le début de son aventure de vulgarisation scientifique par le biais de la littérature.

Il nous fait le plaisir d’être présent pour l’édition 2019 du festival, pour son dernier texte co-écrit avec Jean-Sébastient Steyer La Science fait son cinéma. Dans ce recueil d’essais il se penche sur quinze films qu’il décortique d’un point de vue scientifique, sous la forme de courtes enquêtes. Esprit critique et esprit d’analyse sont de mise dans cet ouvrage qui transmet tout à la fois amour de la fiction et de la science…

Photo : ©Yves Tennevin

La Science fait son cinéma

La Science fait son cinéma

Le Bélial’ - 2018

Défier les lois de la physique avec Ant-Man, et celles de l’anatomie avec Godzilla. S’aventurer aux abords d’un trou noir… et y plonger avec Interstellar. Communiquer avec les aliens comme dans Premier Contact. Se retrouver seul sur Mars et tenter d’y survivre. Étudier Prometheus et s’interroger sur l’origine et l’évolution des espèces extraterrestres… Ici, Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA, et Jean-Sébastien Steyer, paléontologue au Muséum national d’histoire naturelle de Paris et au CNRS, ne cherchent pas à démolir le septième art et son rapport à la science, mais bien à enrichir le regard du lecteur en traitant du contenu scientifique d’une quinzaine de films. Plus que le résultat, c’est la démarche qui importe : mobiliser ses connaissances, s’informer, faire preuve d’esprit critique, développer sa capacité d’analyse, goûter au plaisir de la découverte. Et, surtout, faire de la science en s’amusant !


  • « Les deux scientifiques parviennent à interagir avec les lecteurs, ils restent toujours abordables, même si les articles peuvent être plus ou moins ardus pour peu que l’on aborde la mécanique quantique ou la relativité. La science fait son cinéma permet au lecteur d’en sortir grandi. Quelle que soit son instruction, il apprendra des notions qui régissent son existence, sans qu’il en prenne forcément conscience. » Yozone
  • « La science fait son cinéma est donc une lecture très plaisante qui part d’une excellente idée, aborder la science par le biais des films de science-fiction. On apprend beaucoup de choses et sur de nombreux domaines de la science. Objectif atteint pleinement pour ma part ! » Au Pays des Cave Trolls
  • « Mission accomplie donc pour ce premier essai de la collection « Parallaxe » qui, sous un air léger, nous fait faire de la science, de la vraie. Nul doute que la lecture de La science fait son cinéma vous fera jeter un œil désormais plus éclairé sur ces films qui tordent régulièrement le cou des lois de la physique ou sacrifient le réalisme sur l’autel du divertissement. Mais peu importe au fond, les auteurs (…) « ne cherchent pas à démolir le septième art » (dixit la quatrième de couverture) mais à faire de la science en s’amusant, et le but est ici parfaitement atteint ! » Lorhkan et les mauvais genre
Faire des sciences avec Star Wars

Faire des sciences avec Star Wars

Le Bélial’ - 2015

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine... le bon professeur Lehoucq contait déjà ses histoires ! Ce spécialiste ès bullshit dans les films de SF (et accessoirement astrophysicien au Commissariat à l’énergie atomique de Saclay et président des Utopiales, le festival international de science-fiction de Nantes) décortique chaque trimestre dans les colonnes de Bifrost les dernières productions d’Hollywood pour déméler le vrai du faux, le crédible de l’incongru, la science de la pseudo-science.


  • « En résumé, Faire des sciences avec Star Wars offre une approche scientifique et ludique dans un univers de SF bien connu (et qui fait encore rêver) et permet de se cultiver en s’amusant […] » RSF

Programme


Dimanche

17h30
2001 L’Odyssée de l’espace, l’héritage de Stanley Kubrick
Cinéma Vauban – Salle 1 (300 places)

Invités : TAVERNIER Bertrand, LEOURIER Christian, LANDRAGIN Frédéric, LEHOUCQ Roland, CIMENT Michel


19h15
Signatures
 

Lundi

11h45
Langues imaginaires
Maison de l’Imaginaire

Invités : BLAS de ROBLÈS Jean-Marie, FERRÉ Vincent, DAMASIO Alain, LANDRAGIN Frédéric, LEHOUCQ Roland


15h00
Signatures