LÉVEILLÉ-TRUDEL Juliana

Canada

Nirliit (La Peuplade, 2018)

Québécoise passionnée de théâtre, elle travaille dans le domaine de l’éducation au Nunavik, territoire situé dans le Grand Nord canadien. Pour son premier roman, elle remporte le Prix Pantagruel 2018 et s’inspire en partie de ses expériences vécues auprès des Inuits. Témoignage poignant sur les conditions de vie de cette communauté autochtone, et plus particulièrement des femmes, cette œuvre douce-amère rend compte avec justesse, brutalité et poésie des réalités complexes, à la fois violentes et magnifiques, des terres arctiques canadiennes. "Dépouillées des mythes et des stéréotypes aveuglants, au profit d’une perspective intimiste et hyperréaliste qui appelle une re-connaissance mutuelle. Une véritable rencontre, d’égal à égal.” (Le Devoir)

Née à Montréal en 1985, Juliana Léveillé-Trudel pratique l’écriture dramatique et a fondé le Théâtre de brousse. Depuis 2011, elle travaille au Nunavik, dans le secteur éducatif.

Pour son premier roman, paru en 2015 et publié en France en 2018, l’écrivaine s’inspire de son propre vécu. Nirliit rend compte, avec une sensibilité particulièrement accrue et une brutalité saisissante, de la condition de vie des Inuits. La plume bouleversante de l’écrivaine nous immerge dans la toundra du XXIè siècle, plus précisément dans le village de Salluit, situé au Nunavik. La narratrice s’y rend tous les ans, en été, afin de venir en aide aux enfants de la communauté et lutter contre les problèmes d’addiction et de délinquance. Nirliit, c’est le portrait d’une communauté autochtone brisée, en proie à l’alcool, la drogue et la misère. C’est le rapport des relations violentes et complexes entre les travailleurs blancs "du Sud" et la population inuite. C’est le constat d’un Occident qui détruit à petit feu la culture du Grand Nord canadien. C’est également une histoire d’amour et d’amitié, magnifique et puissante. La première partie de l’ouvrage est dédiée à Eva, amie Inuite de la narratrice, disparue dans les eaux du fjord. C’est avec simplicité et justesse que Juliana Léveillé-Trudel nous alerte sur la condition extrêmement difficile des femmes de cette communauté qui sont parfois achetées, violées, battues, tuées... Ici, l’autrice donne à voir, à travers un langage éminemment cru et poétique, une partie du monde trop souvent délaissée et oubliée.


Bibliographie

  • Nirliit (La Peuplade, 2018)
Nirliit

Nirliit

La Peuplade - 2018

Une jeune femme du Sud qui, comme les oies, fait souvent le voyage jusqu’à Salluit, parle à Eva, son amie du Nord disparue, dont le corps est dans l’eau du fjord et l’esprit, partout. Le Nord est dur – « il y a de l’amour violent entre les murs de ces maisons presque identiques » – et la missionnaire aventurière se demande « comment on fait pour guérir son cœur ». Elle s’active, s’occupe des enfants qui peuplent ses journées, donne une voix aux petites filles inuites et raconte aussi à Eva ce qu’il advient de son fils Elijah, parce qu’il y a forcément une continuité, une descendance, après la passion, puis la mort.

Juliana Léveillé-Trudel livre un récit d’amour et d’amitié beau et rude comme la toundra. Nirliit partage la « beauté en forme de coup de poing dans le ventre » qu’exhale le Nord.


  • “[Un] livre cru, dur comme la pierre du Nord, mais nécessaire comme une peine d’amour.” La Presse
  • “Ce premier roman, d’une puissante beauté, nous berce de mots et de paysages nordiques. Eva a été jetée dans le fjord, au nord du 62e parallèle, mais elle n’a pas disparu pour autant. La narratrice, une Blanche néanmoins familière de ces contrées lointaines, lui donne un visage partout dans la toundra.” Magazine Les Libraires
  • “Un pas vient d’être franchi dans l’évolution des représentations culturelles des autochtones. Dépouillées des mythes et des stéréotypes aveuglants, au profit d’une perspective intimiste et hyperréaliste qui appelle une re-connaissance mutuelle. Une véritable rencontre, d’égal à égal.” Le Devoir