MEDDI Adlène

Algérie

1994 (Rivages, 2018)

Après des études de journalisme et de sociologie des médias à l’université d’Alger et à l’EHESS, il emprunte les voies de l’écriture en 2002, avec un premier polar, Le casse-tête turc puis La prière du Maure en 2003. « Meilleure plume algérienne » selon Kamel Daoud, il publie cette année l’intense 1994 chez Rivages, où l’histoire individuelle et l’histoire collective se brouillent, pour engendrer une saisissante fresque de l’Algérie tourmentée de « la décennie noire ».

Né en 1975 à Alger, Adlène Meddi est rédacteur en chef de l’hebdomadaire "El Watan" weekend, journaliste pour le magazine « Le Point » , reporter et écrivain.

Après des études de journalisme et de sociologie des médias à l’université d’Alger et à l’EHESS, il finit par emprunter les voies de l’écriture en 2002, avec un premier polar, Le casse-tête turc puis La prière du Maure en 2003, plongée dans une Algérie où la frontière entre la raison et la folie s’estompe jusqu’au vertige, et qu’Alger sombre dans le chaos.... qui ressort cette année en poche chez Jigal. En 2016, il co-écrit Jours tranquiles à Alger avec Mélanie Matarese, paru aux éditions Riveneuve.

Son troisième roman 1994, puissante et sombre peinture de l’Algérie à feu et à sang des années 1990, est acclamé par la critique, et lui vaut d’être finaliste du prix des 5 continents, et lauréat du prix Transfuge 2018 du meilleur polar francophone. Par le truchement de quatre jeunes lycéens, la « Meilleure plume algérienne » nous plonge au cœur de ces conflits qui ont à jamais marqué le pays et qui imprègnent encore si intensément son présent…


Bibliographie

  • 1994 (Rivages, 2018)
  • Jours tranquilles à Alger (Riveneuve Éditions, 2016)
  • La prière du Maure (Barzakh, 2003, réédition Jigal Éditions, 2019)
  • Le casse tête turc (Éditions Barzakh, 2002)
1994

1994

Rivages - 2018

1994 : c’est l’année où tout bascule pour quatre jeunes lycéens algérois d’El-Harrach. Le pays est à feu et à sang lorsque ces adolescents décident de former, avec leurs propres moyens, un groupe clandestin de lutte antiterroriste. Dans ce roman dense et puissant, à travers des personnages aussi emblématiques que complexes, Adlène Meddi raconte les guerres qui ont marqué le pays et qui imprègnent encore si intensément le présent des Algériens.


  • « Un roman à l’écriture dense, qui pulse comme le cœur d’un homme aux abois. » Liberation,22 octobre 2018
  • « 1994, d’Adlène Meddi est un grand roman sur la décennie noire en Algérie. » LeFigaro, 28 septembre 2018
  • « Faisant alterner les époques, 1994 est une œuvre patchwork qui esquisse un tableau terrifiant du pouvoir algérien au début des années 1990. Un pouvoir mafieux, sanguinaire, face à des terroristes arriérés. Le parcours d’Amin relève à la fois du roman initiatique – premières amours, premières déceptions, premières folies − et de la chronique de la violence. » Le Monde, 21 septembre 2018
La prière du Maure

La prière du Maure

Jigal Éditions - 2019

« C’est la langue de l’auteur, fiévreuse, charnelle, violente qui séduit un lecteur aussi vite piégé que ce flic solitaire… » Marianne.

« Le cortège des berlines blindées serpentait dans la nuit et le brouillard. À travers les roseaux muets, suintaient les lumières des phares. Faisceaux jaunes mordant l’obscure vapeur des enfers… Et Dieu lui-même semblait avoir déserté… » Alger, les années 2000. Un jeune homme disparaît. Pour régler une dette, Djo, commissaire à la retraite – entêté, solitaire et amoureux – reprend du service et réactive ses réseaux. L’enquête devient une inquiétante course contre la mort, les fantômes d’une époque que tous croyaient révolue ressurgissent. Les capitales étrangères paniquent, les systèmes de sécurité s’effondrent. Dans une Algérie où la frontière entre la raison et la folie s’estompe jusqu’au vertige, Alger sombre dans le chaos…


Jours tranquilles à Alger

Riveneuve - 2016

Une fois encore, l’Algérie est face à son destin. Elle doit relever tellement de défis dans un avenir proche ! Il lui faut réussir une transition politique délicate avec une génération de dirigeants civils et militaires qui refusent de s’effacer, repenser son économie écrasée par la rente des hydrocarbures qui s’est subitement asséchée et gérer une population en mutation sous l’effet de la pression démographique et de nouvelles aspirations sociales. Elle a certes de quoi se réaliser comme pays émergent et s’imposer comme interlocuteur crédible des grandes puissances dans une région déstabilisée par la menace terroriste. Mais elle doit aussi réussir à construire un Etat de droit. Témoins privilégiés de l’Algérie des années Bouteflika, Adlène Meddi et Mélanie Matarese racontent le pays de l’intérieur. Immergés dans l’actualité et parfois dans les secrets de ce pouvoir insaisissable et complexe, ils font partager leurs rencontres et leurs aventures. Au jour le jour, au gré de chroniques douces-amères, ils retracent heures sombres et moments de grâce, et surtout leur tendresse pour cette nation jeune, riche d’histoire et, finalement, si méconnue.